Cette faille du proche entourage autour de Ghazouani

L’image contient peut-être : 1 personne, costume
Messieurs les proches collaborateurs,

Vos égos et votre manque de discernement ont failli créer un scandale qui aurait pu éclabousser le chef d’Etat qui n’a pas besoin de ça par les temps qui courent.

D’abord vos égos respectifs :

X : «  Moi, je suis un ami, un frère d’une vie entière, je parle au chef de l’Etat comme je veux quand je veux et peux faire passer par cette porte qui je veux sans passer par vous »

Y :« C’est ce qu’on verra ! Moi, je suis le cousin, le proche confident et l’incontournable homme de confiance. Personne ne passera par ici sans en parler avec moi »

Ensuite votre manque de discernement :

Quand votre guerre d’egos crée des blocages impossibles à assumer quand on a parlé comme un proche parmi les proches avec une totale assurance, il faut au moins respecter les gens qui sont pris malgré eux dans votre guerre à peine larvée de proches du chef de l’Etat.

Votre devoir est de le protéger par tous les moyens surtout quand l’un de vous a déjà engagé sa parole. Votre devoir est de calquer vos rapports avec les gens sur la diplomatie du chef de l’Etat pour s’attirer la sympathie de personnalités n’ayant rien en commun et même ennemies politiques.

Votre devoir malgré vos divergences est d’éteindre toute tension fruit de l’engagement de l’un de vous car vous êtes proches parmi les proches et par conséquent vous devez toujours penser à vos responsabilités face à l’image du chef de l’Etat.

Même quand l’un fuit ses responsabilités, l’autre doit voler à son secours pour éteindre toute tension avant qu’elle ne prenne des proportions malheureuses. Si vous pensez que vous êtes de trop hauts personnages de l’Etat pour vous mouiller directement, envoyez quelqu’un de votre entourage en votre nom calmer le jeu et remettre du respect dans tout ça surtout que vous êtes censés tous travailler pour la réussite du chef de l’Etat.

Si vous êtes incapables de voir clairement les enjeux néfastes de vos guerres de mentons pour une si petite affaire, que ferez-vous demain quand surgira un problème majeur entre vous ? Allez-vous laisser l’un s’enfoncer pour vous en débarrasser même si cela atteint le président ou allez-vous l’aider afin de protéger l’image du chef de l’Etat ?

Vos égos déplacés et votre manque manifeste de discernement quant à la nature de la victime auraient pu faire perdre au chef de l’Etat un allié non négligeable paraît-il, dégoûté par tant de légèreté dans la gestion d’un engagement du chef de l’Etat à ce niveau de responsabilités.

Quoi qu’il arrive, vous devez dépasser vos sensibilités, vos tribus, vos régions, votre beidhanité et votre hartanité pour protéger l’image de votre patron le président.

Passons…

Ahmed Ould Soueid Ahmed

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire