Voilà ce qu’un Professeur américain a écrit sur l’’illustre Erudit feu Addoud

L'Erudit et savant mauritanien  Ould Addoud (1929 - 2009)L’Erudit et savant mauritanien Ould Addoud (1929 – 2009)

Le site Sahelblog,  dirigé par le professeur américain de sciences politiques, Alex Thurston, a publié, le lundi 21 septembre courant, la biographie de l’éminent et surdoué Erudit et savant mauritanien Mohamed Salem Ould Addoud (1929 – 2009).

 

Le blog, qui traite la politique et la religion au Sahel et dans la Corne de l’Afrique, aborde en premier essor la biographie de ‘Ould Addoud dans une longue publication intitulée « Biographies des Oulémas contemporains du Sahel, est une série de brèves biographies des oulémas sahéliens et nigérians du nord des XXe et XXIe siècles, et qui pourrait s’élargir plus tard pour inclure des personnages du XIXe siècle. Les sélections et l’ordre sont entièrement déterminés par caprice.)

 

Voilà ce  que Alex Thurston dit

 

« Cheikh Mohamed Salem Ould Mohamed Ali Ould Abdel Wedoud, dit Addoud, est né en Mauritanie de nos jours, en 1929 (une source dit 1930, mais la date de 1929 est la plus retenue).

 

Il a un héritage majeur et vaste en Mauritanie. L’homme est important non seulement pour la profondeur de son apprentissage et son impact universitaire, mais aussi pour sa longue carrière au gouvernement.

 

Son père, Cheikh Mohamed Ali (décédé en 1982), mérite de mettre en exergue sa biographie.

 

Il était l’un des savants les plus éminents de sa propre génération. Et un autre membre de la famille est encore plus célèbre actuellement et dont Cheikh Addoud  était l’oncle maternel (et Cheikh Mohamed  Ali était le grand-père maternel), en l’occurrence l’illustre Erudit Cheikh Mohamed Hacen Ould Deddew ( né en 1963).

 

La famille est originaire de Boutilimit, relevant de la wilaya du Trarza.

 

Le premier et le plus important enseignant de Cheikh Addoud était apparemment son père, qui dirigeait un mahdara (école islamique classique) de premier plan. Voici les deux hommes dans la photo, Cheikh Addoud à gauche et Cheikh Mohamed Ali à droite:

 

Selon la courte biographie de l’Erudit dans ce livre, Cheikh‘Addoud a enseigné, pendant sa jeunesse à la mahdara de son père.

Il a été recruté par la suite, au cours des années 1950 pour enseigner à l’Institut islamique de Boutilimit (..).

 

Cheikh Addoud a été choisi au début des années 1960 comme faisant partie d’une petite délégation de jeunes universitaires islamiques envoyés pour étudier le droit en Tunisie, où il a obtenu une licence en droit vers 1965.

 

L’expérience comprenait également u volet lié à la formation dans les tribunaux tunisiens.

C’est une ainsi qu’il acquis une éducation hybride, traditionaliste et soutenue par l’État, qui lui a donné un profil rare, en particulier dans le contexte du début de la Mauritanie postcoloniale, où au début il n’y avait guère plus qu’une poignée de diplômés collégiaux / universitaires.

 

Sa carrière par la suite, selon cette notice nécrologique, a impliqué une série de nominations gouvernementales de premier plan à des postes liés aux affaires islamiques et à la magistrature, y compris de longs mandats en tant que Vice-président ou président (1984-1987) de la Cour suprême, puis ministre de la Culture et de l’Orientation islamique (1987-1992) et par la suite Président du Haut Conseil islamique (1992-1997).

 

La période de 1984 à 1997 qui consacre le  sommet de sa carrière professionnelle, a coïncidé avec la première phase du mandat du Colonel militaire Maaouya Ould Taya (auteur d’un coup d’État en 1984 avant d’être déposé par un putsch  en 2005).

 

Cheikh Addoud a également eu, parfois parallèlement à ses nominations judiciaires et gouvernementales, une carrière d’enseignant à l’Université de Nouakchott et dans une autre grand établissement académique, en l’occurrence l’Institut Supérieur des Etudes et des Recherches islamiques.

 

Cheikh Addoud a pris sa retraite après son passage au Haut Conseil islamique.

Cette notice nécrologique, qui donne des dates légèrement différentes de certains des rendez-vous mentionnés ci-dessus, révèle qu’il a passé ses dernières années à enseigner dans sa mahdara dans le village d’Oumou Ghoura située à environ 60 kilomètres hors de Nouakchott. Il est décédé en avril 2009.

 

En termes d’héritage intellectuel, il a laissé derrière lui une multitude d’œuvres écrites dans des domaines tels que la croyance et la jurisprudence – y compris un commentaire versifié sur un texte juridique de base de Maliki, le Mukhtasar de Khalil, où le commentaire de Cheikh ‘Addoud aurait dépassé 10000 versets.

 

Lors de mes propres voyages à Nouakchott, je n’ai pas réussi à trouver d’exemplaires imprimés de ces œuvres, et je n’en ai pas encore trouvé en ligne.

Beaucoup de ses œuvres, je suppose, n’existent que sous forme de manuscrits ou en tirages très limités.

 

En ce qui concerne les étudiants, sont je suis certains qu’ils nombreux, les deux plus importants que je connaisse sont (1) son célèbre neveu, mentionné ci-dessus, Cheikh Mohamed Hacen Ould al-Dedew, et (2) le savant marocain Cheikh Said Al Kamali.

 

D’après ce que je peux dire lors de conversations relativement informelles à Nouakchott, Cheikh Addoud n’est pas perçu comme un «savant du sultan» unidimensionnel – même les critiques des gouvernements successifs semblent considérer Cheikh Addoud comme ayant un degré et une profondeur d’apprentissage extra-spéciaux .

 

En même temps, ce long service gouvernemental signifie que certains Mauritaniens le considèrent aujourd’hui comme relativement loyaliste dans sa politique.

https://sahelblog.wordpress.com/

heikh Addoud à gauche et Cheikh Mohamed Ali à droiteCheikh Addoud à gauche et Cheikh Mohamed Ali à droite

Source : https://essahraa.net/fr/html/09232020-0709

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire