Carnier publie une analyse sur les soubresauts de l‘enquête en Mauritanie

Carnegie publie une analyse sur les soubresauts de l‘enquête en MauritanieEssahraa – Le centre américain des recherches «Carnegie» a publié sur son site Web une analyse sur l’enquête en cours en Mauritanie et les instructions auxquelles elle a mené sur la base du rapport de la commission d’enquête parlementaire.

Intitulé « La Mauritanie peut-elle protéger sa stabilité politique? » et signé par la chercheuse marocaine au centre Intissar Fakir, l’analyse s’interroge si l’actuel président mauritanien Mohamed Ould Cheikh Ghazouani parviendra « à maintenir la transition politique du pays sur les rails en repoussant les tentatives menées par son prédécesseur Mohamed Ould Abdel Aziz, afin reprendre la magistrature suprême? »

Et de souligner, que l’enquête anticorruption visant l’ex Chef de l’Etat Ould Abdel Aziz est motivée « par un effort largement partagé destiné à contrecarrer le vœu manifeste de l’ancien président de revenir au pouvoir ».

Et de poursuivre : « l’impopularité d’Ould Abdel Aziz auprès de la classe militaire, politique et de la population mauritanienne a unifié l’élite derrière un sursaut judiciaire qui pourrait le mettre derrière les barreaux », rappelant sa garde-à-vue pour « des allégations de corruption » du 17 aout avant d’être libéré sous caution le 24 août dernier.

Carnegie rappelle également que Ould Abdel Aziz est arrivé au pouvoir en 2009 à la suite d’un coup d’État qu’il a aidé à orchestrer en 2008.

« Sa grande cupidité et sa volonté de s’enrichir étaient largement connue », ajoute le centre.

Un leader de la société civile, qui a préféré garder l’anonymat, après un entretien WhatsApp effectué en septembre 2020 avec Intissar Fakir est allé jusqu’à dire:

«Ould Abdel Aziz. . . est avide de pouvoir, agressif et n’abandonnera pas s’il n’est pas arrêté.  »

Et de poursuivre : « au cours de ses dix années au pouvoir, il s’est protégé de la responsabilité malgré les appels de l’opposition pour enquêter sur la corruption »

Et de rappeler qu’il a soutenu le président Mohammed Ould Ghazouani en tant que successeur, espérant qu’Ould Ghazouani serait une marionnette. Mais dès le début, le nouveau président – qui a pris ses fonctions en aout 2019 – a montré sa rupture avec l’ancien président.

« «

Echelle des niveaux de corruption et du capitalisme de connivence (cronysme)

L’Assemblée nationale a annoncé la création de la commission d’enquête parlementaire (CEP) en janvier 2020 pour enquêter sur les marchés gouvernementaux suspects qui ont été conclus pendant le mandat d’Ould Abdel Aziz.

La commission, composée de membres de l’opposition et du parti au pouvoir, semble avoir mené son enquête en toute indépendance.

Elle a examiné un certain nombre de projets, notamment des projets d’infrastructure d’une valeur de 1,14 milliard de dollars, le terminal de conteneurs et d’hydrocarbures du port de l’Amitié de Nouakchott et la construction et la gestion d’un complexe de pêche à Nouadhibou, entre autres.

Les conclusions du comité ont révélé que de hauts responsables de l’État se sont entendus contre des dessous de table, avec les bénéficiaires dans la vente de terres publiques, de leur accorder des centaines de millions de dollars de concessions illégales et ont réalisé des bénéfices énormes grâce à des partenariats, par exemple avec des sociétés de pêche étrangères qui se sont livrées à l’évasion fiscale aux dépens des communautés de pêcheurs locales.

Bon nombre des transactions examinées semblent avoir profité à Ould Abdel Aziz, à sa famille immédiate et à plusieurs associés proches, rapporte le centre qui cite l’exemple de 3la vente controversée de 80% des actions de la mine F’Derick.

« La mine contient 30 millions de tonnes de minerai de fer, précieux, étant donné que l’exploitation minière représentait plus de la moitié des recettes d’exportation de la Mauritanie à la fin des années 90. Le PIC a révélé que le gendre d’Ould Abdel Aziz, Mohamed M’Sabou, était impliqué dans la vente, qui aurait eu lieu sans l’approbation du conseil d’administration de la Société nationale des mines et de l’industrie. L’accord montre la volonté d’Ould Abdel Aziz de capitaliser sur les ressources naturelles du pays à des fins personnelles.

Lire la source ICI

https://carnegieendowment.org/2020/09/17/can-mauritania-protect-its-political-stability-pub-82735

via cridem

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire