Mauritanie : Les vérités d’Aziz sur le Mali

Mauritanie : Les vérités d’Aziz sur le Mali Maghreb Online – Interpellé sur la situation au Mali, l’ancien président mauritanien Mohamed Ould Abdelaziz a déballé les véritables raisons du blocage. Voici le texte intégral de sa réponse:

« La situation que vit le Mali actuellement est la conséquence des actions terroristes qui se passent et qui se sont déroulés depuis pratiquement une décennie.

Le terrorisme a commencé à s’implanter au Mali en 2003 lorsque, pour la première de l’époque d’Omar El Mokhtar et du parachutiste algérien avaient pris en otage plus de 40 allemands. C’est à ce moment-là que le terrorisme a été déplacé du Nord vers le Sud et vers le Nord du Mali.

Ce terrorisme a trouvé les moyens de financement à travers les paiements des rançons. Il a commencé à se développer à partir de cet instant. C’est à ce moment que le terrorisme s’est implanté au Nord du Mali.

Malheureusement , nos frères maliens ont négligé cette situation. Ils ont même, pendant toute cette période, toléré, accepté, admis, et même traité avec ces gens-là. Pendant toute la décennie jusqu’au départ de Toumani Touré. Nous, on voyait les problèmes venir. La Mauritanie en a souffert, on a connu notre première attaque en 2005, et ainsi de suite : El Ghallaouiya, Tourine, Alèg, etc…

Après le changement au Mali, on a poussé, parce qu’il y avait un Etat Major commun entre le Mali, le Niger et l’Algérie. Il y avait 4 pays à l’époque, mais cette structure n’a jamais pu fonctionner correctement. Il n’y a jamais eu de lutte, ni de planification ni d’engagement sur le terrain parce qu’il y avait des situations qui empêchaient cela.

Après le départ d’ATT et l’arrivée d’un nouveau régime au Mali, on a essayé de nous organiser et créer une structure, le G5, pour le Sahel. Mais, étant donné qu’il y avait une système qui collaborait et qui acceptait et qui avait une certaine entente entre le terrorisme ambiant et le pouvoir central au Mali. Mais, dès que ce pouvoir est parti, les terroristes ont voulu remplir ce vide, ils ont voulu équiper le pays. C’est à ce moment-là que l’armée française est intervenu pour arrêter l’avancée inexorable des terroristes, que les maliens et même les pays voisins ne pouvaient pas arrêter.

On a commencé à nous organiser, on a créé cette structure du G5-Sahel et il y a eu l’intervention des unités de la CEDEAO. A l’époque, on nous a demandé d’intervenir et je me suis refusé à cela parce que j’avait ému certaines conditions préalables pour m’engager. Finalement, on a organisé le G5-Sahel, on a cherché le financement, on a commencé à faire des actions, à planifier ces actions, à prendre et à voir l’ampleur de la situation. Mais, entre-temps aussi, il s’est greffé la présence des terroristes, d’autres cellules terroristes qui ne sont pas étrangères au Mali qui mettaient au devant certaines revendications, certes, acceptables, parfois farfelues. Parce exemple, certaines de ces organisations ou groupes armées demandaient la création d’une république au Nord du Mali. D’autres avaient des revendications beaucoup plus farfelues, et ainsi de suite, ce qui a compliqué un peu les choses.

Ces organisation, au lieu de les combattre, il a été décidé de s’asseoir, discuter et traiter avec eux, alors qu’elles étaient au terrorisme, ils étaient des auxiliaires des terroristes étrangers basés au Nord du Mali. Au même temps, ils s’autofinançaient par les impôts, le paiement des rançons, et par la collecte des impôts sur le trafic des drogues et par les actions de trafic de drogue. Cela a gagngréné presque tout le pays.

Quand on regarde la situation actuelle du Mali, les difficultés sont le résultat de tout cela. L’intervention française, la négociation avec ces groupes terroristes qui ont muté pour être des mouvements politiques par la suite. L’erreur de l’Etat malien est d’avoir créé des milices pour combattre le MNLA et d’avoir réussi, peut-être, à avoir des résultats et d’avoir copié ces mêmes milices pour combattre leurs propres citoyens dans la partie Sud du Mali. Je me suis souvent opposé à cela.

Ça me posait un problème: je me disais que les maliens qui, comme nous, font partie du G5, nous devons tous intervenir pour aider le Mali parce que, tant que le terrorisme subsiste au Mali, il va continuer à entâcher notre pays et à se développer dans la région. Même s’il n’est pas présent chez nous, il perturbe les investissements, la stabilité et la sécurité chez nous. N’oubliez qu’une grande partie de la Mauritanie est en rouge parce que nous sommes proches du Malil.

Donc, il fallait aider les maliens, mais, moralement, et même plus, on pouvait pas aller combattre dans un pays qui se trouve être en guerre avec ses propres citoyens. C’est ça le problème, c’est ça les difficultés les plus complexes. On abeau parler du G5, des moyens qui manquent, mais il y a ce problème qui se pose. J’ai même envoyé des messages à ces gens-là pour qu’il y ait une réconciliation entre ces groupes armés et l’Etat malien et à n’importe quel prix. Je l’ai demandé au président malien. C’est vrai qu’il n’a pas été aidé par son opposition, il avait la volonté de résoudre tous ces problèmes, mais c’était un problème très, très complexe. Il ya avit aussi des enjeux et des intërêts énormes. Finalement, ça a entaché toute la région. Ils sont montés vers l’Est, vers le Niger, vers le Sud, vers le Burkina Faso, en aggravant la situation. L’instabilité du Mali c’est l’instabilité du Sahel en entier, une instabilité que nous vivons depuis plus d’une décennie.

Il s’agit d’une situation de blocage. Esperons qu’avec cette nouvelle situation, les choses vont évoluer de manière positive. Espérons-le! Mais le fond du problème c’est ça. Tant que les maliens combattent pour des raisons politiques, des raisons de terrorisme, sécurité ou de trafic de drogue, leurs propre citoyens et qu’ils ne trouvent pas de solution négociée, le problème ne se resoudra pas de sitôt ».

Via cridem

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire