La fondation caritative SNIM doit géneraliser ses actions à tous les retraités où qu’ils se trouvent sur le territoire national

Mauritanie. SNIM : 105 milliards de bénéfices, pas encore une ...Par définition , une association caritative est une association à but non lucratif dont l’objectif est de porter secours et assistance aux personnes malheureuses.C’est sous cette optique que la direction de la SNIM a créé « la fondation SNIM », lui a alloué un gros budget et a désigné son staff directionnel et son conseil d’administration.
Lancée au départ, sur la bonne voie non lucrative  et non politique , la direction de la fondation a entamé ses actions en direction des retraités de la SNIM qui ont sacrifié leur vie à servir la société-mére.
Dans ce cadre, un recensement (ou tentative ) a été effectué et des coopératives de retraités ont été fondées à Zouérate et à Nouadhibou, auxquelles la fondation livre des produits de premières nécessités, à des prix similaires à ceux dans les économats de la société. Elle leur offre également ,à chaque fête religieuse, une aide financière.
Ces dernières années, la fondation s’est vue détournée de sa mission humanitaire principale, consacrant la plus grande partie de son budget à des investissements à caractère politique et  entrepreneurial  , tel la construction d’immeubles à Nouakchott (Hotel anciens blocs) , route goudronnée, ligne électrique, parc de loisirs  (Benichab-Inchiri) etc..
A la suite des derniers développements de la situation dans le pays ,suite à la publication du rapport de l’Inspection générale de l’Etat (IGE),concernant la gestion des dernières années  et celui du rapport de la commission d’enquête parlementaire(CEP) remis à la justice, la raison semble revenir dans les esprits et la gestion des deniers publics de plus en plus surveillés.

Dans ce cadre et  considérant les nombreuses difficultés auxquelles sont confrontés , les retraités SNIM , dont entre autres , la cherté de la vie face à leur maigre pension CNSS trimetrielle, leurs conditions physiques en continuelle régression et leur fragilité face aux maladies et  contraintes imposées par le coronavirus émergeant,la fondation SNIM, à  la suite des dernières décisions du conseil d’administration de la Snim ,d’accorder des salaires incitatifs aux travailleurs , suite à la hausse du prix du fer , aux résultats satisfaisants de production et de vente enregistrés ces derniers temps, se doit  d’augmenter, diversifier et élargir ses actions pour intégrer tous les retraités où qu’ils se trouvent sur l’ensemble du territoire.  et pas qu’à Zouérate et Nouadhibou.

A cet égard, il importe de rappeler que :

- Les populations des régions de Nouadhibou et surtout Zouerate sont à majorité, des retraités qui ont servi la Snim, bien avant indépendance du pays , par le fait qu’ils sont les premiers habitants dans ces régions à construire des habitations et à s’installer en tant que citadins

- De père en fils,des hommes et femmes  ont consacré leur jeunesse , à œuvrer pour que la Miferma puis la Snim , puisse continuer à contribuer à l’économie nationale  et à toujours améliorer le  produit intérieur brut(PIB) dans le  pays.

- Grace aux devenus aujourd’hui,retraités, la Snim a pu surpasser les nombreux obstacles auxquels, elle fut confrontée (baisse periodique  du prix du fer mondial, guerre du Sahara, aléas liés aux soubresauts et changements politiques au sommet de l’Etat , catastrophes accidentelles etc..)

- Les devenus aujourd’hui retraités ont, avant que la capitale Nouakchott ne soit bâtie,  éventré la montagne pour creuser  le tunnel de Choum, aux fins d’ éviter au pays ,des contraintes qu’imposerait  le royaume voisin  d’Espagne et ont posé un chemin de fer, long de 780 km , dans un désert des plus austères et des plus rigides du monde.

-  Les retraités d’aujourd’hui, ont sacrifié la vie deneuf ( 9)  de leurs collègues et des dizaines de blessés  , le 29 Mai 1968 , pour exiger des dividendes plus importants ,tirés  des ventes du minerai sur les marchés européens, au profit du budget de l’Eta mauritanien et aux travailleurs mauritaniens

- Les retraités sont ceux là mêmes, qui ont, dés l’enclenchement de la guerre du Sahara , versé l’équivalent de 3 jours de leurs salaires, en guise de » contribution  à la défense nationale » et ce,pendant les cinq années qu’a duré cette malheureuse guerre.

- Les retraités ont bravé, toutes les circonstances affligeantes survenues, à la suite de l’attaque meurtrière ,le 1er mai 1977, par le polisario, de la ville de Zouerate, en colmatant rapidement toutes les brèches professionnelles apparues  à la suite du départ précipité  des expatriés…etc..etc…

- Les retraités qui ont accompli leur mission et quitté l’entreprise avant 2014, ont été victimes d’une fausse interprétation de la loi relative au calcul de la prime « départ à la retraite » , leur faisant perdre plus de 20% de leurs droits pécuniaires, comparativement aux autres employés des sociétés exerçant en Mauritanie

La fondation caritative SNIM, en généralisant ses actions à l’ensemble des retraités dans toutes les régions du pays  n’aurait  fait que justifier sa raison d’être  et qu’accomplir un devoir moral que l’entreprise-mére  doit à l’endroit de ses anciens serviteurs.

Ely Salem Khayar

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire