Le dossier social en Adrar: multiplicité des interventions et diversité du rendement

Atar - Album photos - La MauritanieCette année, la wilaya de l’Adrar a été caractérisée par un ensemble d’interventions sociales visant à atténuer les conséquences de la pandémie de Corona et les mesures de précaution qui l’accompagnent qui ont eu un impact significatif sur divers aspects de la vie sociale au sein de la wilaya, bien que les autorités régionales aient pris l’initiative de soutenir la politique sociale à travers la mise en œuvre de nombreux programmes au profit des classes vulnérables, notamment les distributions gratuites, l’octroi de prêts et le soutien aux jeunes, aux femmes, aux enfants, aux handicapés et autres groupes de la société.

Afin de connaître les différentes dimensions du dossier social et le type d’interventions faites au profit de la population de l’Adrar, le bureau de l’Agence Mauritanienne d’Information a mené plusieurs entretiens avec un certain nombre de responsables intéressés par le volet social, ce qui permet d’en suivre les traits saillants et les mesures entreprises ayant contribué à réduire la souffrance des classes vulnérables de la société.

Dans ce contexte, Cheikh Ould Bilal, conseiller en charge des affaires politiques et sociales auprès du wali de l’Adrar, a expliqué que la politique régionale s’articule autour de plusieurs aspects de développement et sociaux, d’autant que le Président de la République, M. Mohamed Ould Cheikh El-Ghazouani, s’est concentré dans son programme « Taahoudati » sur les priorités en rapport avec la vie du citoyen faible, en tant qu’objectifs suprêmes visant à créer la cohésion sociale sur tout le territoire national.

Il a souligné que la wilaya de l’Adrar a pu cette année mettre en œuvre de nombreuses interventions importantes dans plusieurs domaines : le soutien social aux personnes vulnérables, en cette période de crise de Coronavirus, à travers une exemption de deux mois du paiement de la facture d’eau et d’électricité, la gratuité du transport des patients et la prise en charge des femmes lors de l’accouchement, en contrepartie de 4000 anciennes ouguiyas au lieu de 9000.

Il a ajouté que l’État a mis en œuvre un programme extrêmement important, qui se décline en trois composantes de base, l’alimentation animale, l’eau pastorale et la santé animale, afin d’aider les agriculteurs à surmonter les effets de la sécheresse.

Le conseiller a indiqué que l’agence « Taazour » est intervenue dans la wilaya pour soutenir les classes vulnérables, car l’enveloppe d’intervention est de 80 millions anciennes ouguiyas au profit des franges vulnérables de la population, qui ont été distribués à 3.165 familles, à raison de 22.500 anciennes ouguiyas comme aide pour supporter la crise de Corona.

Le conseiller a souligné que le ministère des Affaires islamiques est également intervenu en faveur des coopératives, dont 50 ont reçu des soutiens d’un montant global de 10 millions d’anciennes ouguiyas, à raison de 200.000 anciennes ouguiyas pour chaque coopérative, en plus de l’aide des Caisses d’Épargne et de Crédit (CAPEC), qui a fourni une aide de 60 millions d’anciennes ouguiyas, au profit de 292 bénéficiaires, répartis entre 16 coopératives à raison de 300.000 anciennes ouguiyas pour chacune.

Il a indiqué que plus de 276 personnes ayant pris des initiatives privées dans le cadre de l’appui à des activités génératrices de revenus (AGR) en fournissant 200.000 anciennes ouguiyas pour chaque individu, ainsi que la mise en place d’un comité d’urgence afin d’éviter l’impact des pluies, et intervenir en temps opportun à travers des mécanismes de suivi pour assurer l’efficacité de l’intervention au profit des citoyens et pour garantir la paix sociale au sein de la wilaya.

À son tour, la déléguée régionale en Adrar du ministère des Affaires sociales, de l’Enfance et de la Famille, Mme Mama Mint Ekbar a affirmé que sa mission, conformément au décret de 2005 visant à l’intégration des femmes dans la vie active et à leur octroyer le droit à la priorité, le soutien pour l’accès des femmes à la vie politique qui sont les principaux objectifs, outre la promotion des droits des enfants. La lutte contre toutes les pratiques préjudiciables aux enfants et aux femmes, la préservation de la cohésion familiale grâce à l’activation du code civil, ainsi que le soutien juridique aux femmes, la réduction de la désintégration familiale et l’intégration des personnes ayant des besoins spéciaux.

En ce qui concerne la situation des personnes handicapées au niveau de la wilaya, il a précisé que la politique régionale vise à changer les mentalités et les perceptions négatives des personnes handicapées en leur permettant d’avoir droit à une vie décente, et en leur fournissant tous les moyens nécessaires, tels que des chaises, des cannes et des moyens d’étude et de divertissement, en plus de l’approfondissement de leur participation aux divers aspects de la vie, et d’avoir des activités génératrices de revenus pour les aider à résister aux conditions de la vie, tout en préparant des programmes de développement spéciaux et en les aidant dans les domaines de l’éducation, de la formation, du sport, de la santé, etc.

La déléguée régionale du ministère des Affaires sociales en Adrar a ajouté que son ministère subventionne annuellement ce volet avec un montant de 240.000 ouguiyas pour chaque handicapé selon un ensemble de critères, dont la pauvreté, les handicaps multiples, l’octroi d’une subvention pour financer des projets générateurs de revenus, tels que les poulaillers, la vente de crédit, la culture maraichère, à raison de 50.000 anciennes ouguiyas pour chaque projet. C’est que 8 projets à Chinguetti et 4 à Atar ont été financés cette année.

déléguée a indiqué qu’il existe un axe essentiel que le Ministère des affaires féminines s’emploie à activer par le biais de la délégation, à savoir la prise en charge complète des malades souffrant d’insuffisance rénale, car une unité de dialyse a été ouverte au niveau de la wilaya, avec une subvention annuelle allouée à ces personnes à raison de anciennes ouguiyas pour chaque malade, en plus de la prise en charge des pauvres et nécessiteux par le biais de la sécurité sociale à travers un certificat d’assurance en coopération avec la commune pour faciliter la prise en charge de son traitement par l’hôpital.

Dans le domaine de l’enfance, elle a expliqué que la délégation régionale intervient au stade de l’éducation préscolaire à travers la tutelle de 32 jardins d’enfants, et s’emploie à l’amélioration des méthodes d’éducation et de développement des compétences, ajoutant que la dernière formation, réalisée durant année en cours, a bénéficié à 26 éducateurs, avec la publication d’un manuel des programmes d’initiation des enfants, car chaque école maternelle a un guide de l’éducatrice et un ensemble d’affiches expliquant les dispositions de la Convention internationale sur les principes de base des droits de l’enfant.

Elle a ajouté qu’il existe 7 centres d’alimentation collective financés par une organisation française spécialisée dans la fourniture de ces services aux enfants, notant que le centre du quartier de Mbarka Amara, situé à Atar, s’occupe de nourrir 65 enfants, tandis que celui de Ghnemrit, situé dans la Maison des jeunes, est responsable de nourrir de 72 enfants.

Elle a affirmé que l’objectif principal du ministère est de créer le cadre juridique et institutionnel propice à l’accès des femmes aux postes de décision et propre à garantir leur participation à la vie politique et économique du pays par la recrutement, la scolarisation, l’ouverture de coopératives, le soutien et l’encadrement des femmes dans tous les domaines vitaux.

La déléguée a indiqué que les femmes en Adrar jouissent de l’existence de nombreuses coopératives et syndicats, dans la mesure où la wilaya compte 28 des coopératives de femmes travaillant dans le domaine de la couture, 35 coopératives dans le domaine de l’agriculture, 58 coopératives dans le domaine de la vente de produits laitiers et 60 coopératives dans le domaine de l’artisanat, qui constitue le patrimoine culturel de la wilaya et du pays de façon générale.

Elle a souligné que la délégation dispose d’un ensemble de programmes de soutien aux coopératives féminines, dans la mesure où le ministère a fourni cette année un montant de 10 millions d’anciennes ouguiyas ayant profité à 50 coopératives à raison de 200.000 ouguiya pour chaque coopérative, qui s’ajoute à l’appui fourni par le ministère au cours de l’année écoulée, lors du Festival des Vieilles Anciennes représenté en l’occurrence 5 millions d’anciennes ouguiyas, dont a bénéficié aux communes de Chinguetti et d’Aïn Safra.

Elle a indiqué que les femmes de la wilaya de l’Adrar jouent un rôle central dans le développement économique et social de la région, car il y a plus de 13 installations touristiques détenues par des femmes qui ont investi dans le secteur, soulignant qu’il existe une cellule de résolution des conflits familiaux qui se préoccupe de l’écoute des problèmes posés et prodiguent des conseils et orientations aux deux parties par le biais de l’assistance juridique aux femmes.

Concernant la future stratégie, Mama Mint Ekbar a indiqué que, conformément aux instructions du Ministère des Affaires sociales, de l’Enfance et de la Famille, la délégation travaillera à activer le Code du Statut Personnel et à sensibiliser la société civile sur l’importance de la dimension sociale, en associant les diverses organisations dans la sensibilisation tout en travaillant à la création d’un bureau de conseil social au niveau de la wilaya.

AMI

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire