COVID-19 : Mais où sont les milliards reçus par la Mauritanie ? Par Pr. ELY Mustapha

COVID-19 : Mais où sont les milliards reçus par la Mauritanie ? Par Pr. ELY Mustapha Pr ELY Mustapha – Depuis que la COVID-19 s’est déclarée, la Mauritanie a reçu, pour y faire face, une aide financière internationale conséquente :

- Décaissement du FMI de 130 millions de dollars (95,680 millions de DTS) au titre de la facilité de crédit rapide pour aider la Mauritanie à faire face à la pandémie de COVID-19,

- 24 millions d’euros de l’Union européenne (UE),

- 5,2 millions de dollars de l’Association internationale de développement (IDA),

- 23 millions USD de la Banque Mondiale en allocation financière supplémentaire,

- 33 millions de dollars à la Mauritanie du Fonds de solidarité islamique pour l’aider à faire face au coronavirus.

- 3,6 millions d’UC (l’Unité de Compte de la BAD est égale à un DTS du FMI, environ 1,4 dollar au 24/07/2020) en prêts sectoriels sur les ressources du Fonds africain de développement (FAD),

- 133 millions de dollars en trois dons de l’Association Internationale de Développement (IDA)

- 9 millions d’euros d’aide de l’UE en 2020 pour des projets humanitaires en Mauritanie dont une partie du financement soutiendra aussi la lutte contre la pandémie de coronavirus.

- 13 millions d’euros (soit quelque 535 millions de MRU) mobilisés par l’Equipe Europe qui soutient le plan mauritanien de riposte au COVID-19 (https://mr.ambafrance.org/L-Equipe-Europe-soutient-le-plan-mauritanien-de-riposte-au-COVID-19 )

A cela s’ajoutent la part que recevra la Mauritanie de l’appui budgétaire de 284,8 millions de dollars américains approuvé, le mercredi 22 juillet à Abidjan, par le Conseil administration de la Banque africaine de développement, pour soutenir les efforts des pays du G5 Sahel (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger, Tchad) dans la mise en œuvre de leurs plans de riposte à la pandémie de Covid-19 et de relance économique.

Outre ces milliards, la Mauritanie a reçu l’aide médicale de plusieurs pays (Chine, Maroc…)

Mais où vont tous ces millions de dollars et d’euros et autres unités de compte que reçoit la Mauritanie ?

Si l’on s’en tient uniquement au financement reçu depuis la déclaration de la pandémie, soit février-mars 2020, ce sont des millions et même des milliards auquel on pourrait ajouter les deux milliards émiratis, les ressources propres du pays, sa rente nationale issue de ses exportations de ressources naturelles et…les emprunts bilatéraux de la Mauritanie.

Un fleuve de milliards déversés sur la Mauritanie. Qu’en a-t-elle fait ?

- On sait déjà depuis un récent rapport (février 2020) de la Banque Mondiale que les dirigeants mauritaniens détournent une partie de l’aide publique vers les paradis fiscaux et pays refuges (voir mon récent article : « Voilà où les dirigeants mauritaniens déposent leurs détournements à l’étranger. » http://cridem.org/C_Info.php?article=738425 )

- On sait que le banquier du Trésor public, la Banque centrale, est une véritable passoire de devises et de fausse devise (voir mon article récent : « BCM : Saltimbanques et trous… de Bâle. » http://www.cridem.org/C_Info.php?article=737888 ) .

- On sait que l’audit de la Banque centrale laisse à désirer tant du point de vue de son audit interne qu’externe ( voir mon article « BCM : La danse des chiffres » http://cridem.org/C_Info.php?article=721091 ).

- On sait que les rapports de la Cour des comptes débordent de dénonciations et de preuves de corruption et de détournement à tous les stades des marchés publics, de la gestion des entreprises publiques, des finances publiques etc..( voir mon article « Crimes et délits : la cour des comptes… » http://cridem.org/C_Info.php?article=730382)

- On sait que les corrompus eux-mêmes n’hésitent pas publiquement à se vanter de leur enrichissement licite et l’on sait que la Commission d’Enquête parlementaire déborde face aux dénonciations et autres information de corruption avérées.

Depuis des décennies, la Mauritanie engrange, chaque année, des milliards de dollars, pour une population, aujourd’hui, de 4 millions d’habitants qui souffre encore de misère et de sous-développement jusque dans ses régions.

Etonnant n’est-ce pas qu’un pays emprunte à tour de bras, qui reçoit en dons des millions de dollars et dont le peuple crève de misère…et de maladie ? ?

On engrange, des milliards qui s’évaporent, on demande l’allégement du service de la dette et on va même jusqu’ à demander la suppression pure et simple du principal de cette dette (voir http://www.lecalame.info/?q=node/10693 « Ghazouani plaide pour l’annulation de la dette africaine ») ! C’est ainsi que dans le cadre de l’initiative du G20 et à la demande du gouvernement mauritanien à tous ses créanciers, la France a indiqué son intention d’accorder un moratoire sur le service de la dette et l’Union européenne avec les Etats-membres se sont engagés à travailler vers un allégement de l’endettement de la Mauritanie par rapport à l’ensemble de ses créditeurs. (https://mr.ambafrance.org/L-Equipe-Europe-soutient-le-plan-mauritanien-de-riposte-au-COVID-19 )

La Mauritanie est classée en risque élevé de surendettement (dette publique et dette extérieure) par le FMI. La dette publique totale est passée à 82,8% du PIB fin 2018 !

Alors les moyens financiers faramineux, reçus pour combattre la Covid, vont-ils servir à cela ?

Au vu de ce qui précède, le doute est permis car… le virus, qui mine la Mauritanie, n’est pas forcément celui que le croit.

Pr ELY Mustapha

Via cridem

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire