L’attaque de Touajil

L’image contient peut-être : Mohamed LeminAprès la première attaque, la base de Touajil a été réarticulée et a été confiée au Lt Attih, récemment venu de Boulanouar avec la reconstitution de l’escadron statique et la montée en puissance d’un escadron motorisé de 10 LR confié au S/lt Lebatt Ould Mayouf venant de F’dérick.
La base de Touajil comprend les installations de la SNIM et quelques baraques montées par des ouvriers pour loger leurs familles. Tout cet ensemble était ceint par une digue de protection sur les quatre côtés, de part et d’autre de la voie ferrée avec deux passages l’un au nord et l’autre au sud.

La localité de Touajil est installée sur un glacis de 2 kilométres sur trois où viennent mourir les langues sablonneuses de l’Azefal. A deux kilomètres à l’est, la base est surplombée par une falaise dominant le terrain dans toute sa profondeur sud, ouest et nord. Au nord, le guelb d’Areib Lebiadh culmine et constitue un point clé essentiel dans toute manoeuvre.

L’escadron statique, en plus des armes individuelles G3 et Fal est doté de mit 30, d’AA 52, de FM 24/29 et était réparti en positions sur la digue de protection avec effort sur les directions nord, ouest et sud. L’escadron motorisé avait deux missions principales: escorter les équipes de la SNIM opérant sur la voie ferrée et intervenir au profit de l’escadron statique.

Disposant d’un armement majeur de quatre Mit 50, quatre mortiers de 81m/m et deux Mit 30, l’escadron était installé de jour sur les hauteurs à l’est de la localité et de nuit, s’intercalait entre les positions statiques pour les renforcer en comblant les intervalles vides entre elles.
La journée du 28 Février 1978, était une journée magnifique, avec une température moyenne, sans nuages ni vent, particulièrement favorable à l’observation, aux déploiements tactiques et aux liaisons sur de longues distances. Et providentiellement, l’escadron motorisé ce jour là n’était pas en sortie d’escorte.
Vers 17:00 Les guetteurs de l’escadron motorisé, à partir de leurs emplacements sur la falaise décèlent les mouvements de l’ennemi, venant du nord, aux environs d’Areib Lebiadh. Ils appellent la base pour l’informer, mais personne n’était à l’écoute. Le Cdt d’escadron motorisé, descendu à la base était sur une 11/13 avec un ouvrier de la SNIM pour la fixation d’une installation de mortiers de 81m/m. Ce n’est qu’à 17 heures 30, après l’explosion du premier obus et le crépitement de la première rafale de l’ennemi que la base se rendra compte de l’attaque.
Profitant de l’angle mort créé par le talus, l’ennemi attaque sur les trois directions Nord-ouest, ouest et sud. Une dizaine de véhicules venant du Nord-ouest effectuent un débarquement sur objectif. Les positions statiques réagirent et le combat s’engagea à courte distance.

Sur l’initiative du Cdt d’escadron adjoint, l’escadron motorisé descend vers la base et sera pris à partie par une mitrailleuse d’une position statique par méprise, mais continuera son mouvement vers l’intérieur du dispositif sans gros dégâts, pour prendre position au sud de la base.

Au même moment un élément ennemi d’une dizaine de véhicules contourne la base par l’ouest et se dirige vers le sud. Il s’avèrera plus tard que cet élément avait pour mission de saboter la voie ferrée à 7 kilomètre au sud de la base. Après leur mise en batterie, les mortiers 81 entrent en action effectuant des tirs d’aveuglement avec des obus fumigènes et de barrage avec des obus de grande capacité.

Après une trentaine de minutes, la combinaison de l’action choc du débarquement sur objectif ennemi et celle de ses armes d’appui composées de B 10, de canons de 75 m/m SR et de bitubes de 23m/m crée l’effet psychologique escompté et les positions statiques les plus au nord perdent pied et s’esquivent vers l’intérieur du dispositif.

Pour rompre le déséquilibre tactique, momentanément créé par le repli des positions statiques, un peloton motorisé, initialement en réserve, mène une contre-attaque, repousse l’ennemi et se rétablit sur la digue de protection face au nord et, grâce à sa mobilité arrive à couvrir un plus grand espace interdisant à l’ennemi l’accès de cette direction.

Pendant près de deux heures, un combat meurtrier rapproché, émaillé d’attaques et de contre-attaques de part et d’autre, oppose la base à l’ennemi. L’arrivée de l’obscurité et la détermination inflexible des combattants de la base imposent à l’ennemi de décrocher. Lorsque l’ennemi se replie aux environs de 19:30, les unités de la base ne disposaient que de quatre obus de mortiers 81m/m et deux bandes de 100 cartouches de 12,7m/m.

Au cours de l’accrochage deux soldats tomberont sur le champs d’honneur et dix seront bléssés dont deux graves. Ce n’est que vers 22:00 que l’ennemi quittera définitivement la zone de combat.

Un S/gpt de la 2 RM est dépêché pour tendre une embuscade à 15 kilomètres à l’ouest de Guelb Elmoucha, mais l’ennemi le contournera et sera signalé vers 03:30 aux environs d’Aghzumal.

Mohamed Lemine Ould Taleb Jeddou
Extrait de “la Guerre Sans Histoire”

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire