Ould Maham commente la tentative de médiation de Ould Izidbih entre A.Aziz/Ghazouani: D’abord l’innocence, aprés, tout est possible!

Lorsque l’acquittement de l’ancien président, des accusations courantes de corruption, portées contre lui ,par ses collaborateur,  est acquis,   (ce que  je  souhaite ). C’est en ce moment là , qu’on  peut parler d’un différend politique avec lui.

D’ici là , il sera, alors,  envisageable de trouver  des médiateurs,  de bonne ou mauvaise foi, leurs  intentions et objectifs quels qu’ils  soient, ne seront, en tout cas ,  que nobles.

Mais  l’essence du différend aujourd’hui entre les deux hommes  et   son objectif n’est ni politique ni sécuritaire.

Il s’agit  d’une guerre nationale contre la corruption, une véritable lutte entre les forces de pillage et la criminalité financière organisée, d’une part et une forte volonté politique du président de la République qui bénéficie d’un large soutien populaire de toutes les forces nationales, majorité et opposition, d’autre part.

Il n’y'a donc plus   de place pour l’impartialité ou la neutralité, car il n’y aura pas de progrès, de sécurité ou de stabilité dans ce pays, tant  que la corruption ne soit enrayée , ses repercussions  entièrement éliminées et ses sources épuisées à l’avenir.

À partir de là, nous nous rendons compte que la question est patriotique par excellence et qu’elle porte sur les intérêts fondamentaux du pays, tant  au présent que  dans le  futur .  Les faits d’abus de pouvoir et d’influence, ont   conduit, jusqu’ici à un pillage massif et systématique des  biens publics.
Quant à l’amitié entre deux individus , convergence ou séparation, c’est vraiment notre  dernier soucis!!!

Sidi Mohamed Ould Maham , ancien ministre

Source : http://zahraa.mr/node/24387

Traduit par adrar.info

 

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire