Les créanciéres de Cheikh Ali Ridha ,manifestent et ré-ré-interpellent le gouvernement et le président Ould Ghazouani (Vidéo)

Les créanciéres de Cheikh Ali Ridha se sont rassemblées ce matin, au niveau du bureau de leur avocate Maitre Fatimata M’Baye.

Elles sont 275 à se présenter aujourd’hui dans le bureau de leur avocate Maitre Fatimata M’Baye, pour valider leur dossier . Les autres crénciers et créncieres de Chikh Ali Ridha ont posé leurs dossiers prés d’autres avocats

Les créancieres ont exprimé leur rejet de la decision annoncée  la semaine derniére, par le  Tribunal du Commerce de Nouakchott d’ouvrir une procédure de liquidation judiciaire contre le bureau commercial de Cheikh Ridha Mohamed Naji Saa-idi. Elles disent que ce tribunal n’est pas habilité à traiter leur dossier , car aucune institution n’est enregistrée légalement au nom de Cheikh Ridha, prés des institutions juridiques.

Elles  interpellent pour a lNiéme fois, le gouvernemant et le président de la république à preter oreille attentive  à leurs reclamations.

Elles disent ne plus vouloir de l’argent, elles voudraient seulement qu’on leur restitue leurs logements vendus , pour qu’elles y habitent ,car la plupart d’entre elles, sont contraintes à louer un habitat pour abriter leurs enfants .

La semaine derniére l’avocate des créanciéres a interjetté un appel suite à la decision du tribunal de commerce, pour les raisons suivantes:

Premiérement, le tribunal n’a pas entendu tous les agents exécutants de Cheikh Ali Ridha qui ont signé les contrats de dettes.

Deuxièmement, aucune institution n’est enregistrée légalement au nom de Cheikh Ridha ou ses partenaires. Chose qui prouve que le Tribunal de commerce n’est pas compétent pour traiter l’affaire.

Troisiémement, dans sa décision, le tribunal n’a pas qualifié Cheikh Ali Ridha comme étant un commerçant.

 

Il importe de rappeler que le tribunal de commerce de Nouakchott a statué, la semaine dernière, sur l’ouverture d’une procédure de liquidation judiciaire contre le bureau commercial de Cheikh Ridha Mohamed Naji Saa-idi.

Le magistrat Oumar Saleck Cheikh Sidi Mohamed a nommé un juge délégué chargé de veiller sur le déroulement rapide de cette procédure et de protéger tous les intérêts conformément aux dispositions du Code de commerce.

Il a été également décidé de nommer les experts Mohamed Abdallahi Mohamedou, Ahmed Ould Baba Ahmed et Tijani Ould Salem, syndics de faillite chargés de mener les opérations de liquidation sous la supervision directe du juge délégué et sous l’autorité du tribunal.

Le tribunal a décidé par ailleurs de convoquer les créanciers afin de déclarer leurs dettes comme il a été ordonné d’enregistrer immédiatement cette décision au registre du commerce, de l’afficher sur le tableau des annonces de la Cour et de publier l’avis dans un journal habilité à diffuser les communiqués judiciaires ainsi qu’au Journal officiel dans un délai de huit jours.

Image de prévisualisation YouTube

Adrar.info

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire