L’ancien président Aziz convoqué mardi devant la commission d’enquête parlementaire

L’ancien président Aziz convoqué mardi devant la commission d’enquête parlementaireDes sources de Sahara Medias lui ont révélé que la commission d’enquête parlementaire a adressé une convocation à l’ancien président de la république Mohamed O. Abdel Aziz pour témoigner devant elle mardi prochain.

Nos sources ont précisé qu’une copie de cette convocation a été adressée à son domicile au Ksar et une autre copie à sa résidence à Benichab, dans la wilaya de l’Inchiri où il passe la plus grande partie de son temps.

La commission voudrait recueillir le témoignage de l’ancien président sur les dossiers sur lesquels elle s’est penchée et à propos desquels elle avait convoqué des ministres, de hauts responsables et des proches de l’ancien président.

Les mêmes sources ajoutent que la majorité des ministres et hauts responsables convoqués pour audition ont affirmé exécuter des instructions directes du chef de l’état reçues pendant l’exécution de leurs missions.

L’audition de l’ancien président intervient après que la commission ait achevé ses enquêtes à propos de la gestion de la fondation sociale de la SNIM à Nouadhibou et l’envoi d’une mission dans un périmètre agricole appartenant à l’ancien président à Rosso en plus d’autres dossiers où le nom de l’ancien président a été cité.

Nos sources ajoutent que la commission a voulu entendre le témoignage de l’ancien président au même moment où se réunira la commission de la justice et de l’intérieur issue de l’assemblée nationale, pour examiner la loi organisant la haute cour de justice habilitée à juger le président et les ministres au cas où le président serait accusé de « haute trahison ».

Cette haute cour de justice n’a jamais été constituée et n’a jamais eu à juger un président ou un ministre depuis qu’elle a été spécifiée dans la constitution du pays.

Elle avait été constituée en 2008 lors de la crise politique entre l’ancien président Sidi Mohamed O. Cheikh Abdallahi et la majorité parlementaire, mais le coup d’état qui interviendra l’empêchera de siéger.

Saharamédias -

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire