Abdelkader ould Mohamed : L’argent , les droits de l’homme !

Abdel kader ould Mohamed : Objection Maitre Tandia !Si mes souvenirs sont exacts, je me rappelle que TV de Mauritanie avait , à la fin des années 80 ou  au début des années 90, consacré une émission satirique animée par le fameux  comédien Bout Mag’our ( Pot troué) aux défenseurs de l’homme .
De manière caricaturale , ceux-ci étaient présentés    aux termes d’une plaisanterie de mauvais goût ,  comme étant des clochards   qui ne croient qu’à  l’argent. ..
A vrai dire c’était injuste car  , à priori , la contestation de la  revendication tenant au respect des droits de l’homme  est un signe inadmissible  d’arrogance .
Une telle arrogance  équivaut, d’ailleurs, à un crime contre l’humanité quand elle  conduit à ignorer les victimes des violations des droits de l’homme ou à minimiser leurs souffrances.
Mais cette vérité absolue ne doit  , en aucun cas , être un prétexte pour passer sous silence l’épineuse relation entre les droits de l’homme et l’argent.
Or ,,  le financement des ONG des droits de l’homme  n’est pas toujours propre
et  nul n »ignore que  l’engagement  des activistes  au nom de cette thématique est devenu ,  depuis belle lurette, un ascenseur pour la notoriété  et une issue pour une évasion  vers le confort.
Dans, cette optique, il arrive. que les intérêts matériels et ,  souvent ,  immoraux de
ceux qui font de  de la défense des droits de l’homme  un fonds de commerce, priment sur ceux des victimes.
Il fut un temps où nous avons été, quelque uns à soutenir , au sein de la ligue mauritanienne des droits de l’homme  , la possibilité d’un partenariat avec l’Etat sur les questions liées à cette thématique, notamment en ce qui concerne l’esclavage , le passif humanitaire et toute autre violation réelle ou présumée  .
A l’époque , nous avons été accusés de travailler pour les renseignements généraux et  d’utiliser les droits de l’homme par arrivisme politique ou pour en tirer des avantages matériels
Mais en lançant ce genre d’accusations , nos adversaires ,  radicalement opposés au régime en place  , feignaient d’ignorer qu’ils  travaillaient ,  eux même,  en étroite collaboration   avec des officines étrangères ,  que leur combat  ne peut pas être dissocié des dissensions politiques et que le financement de leurs activités n’est pas du tout transparent.
Or je crois qu »il est temps de mettre un terme à cette vielle confrontation qui mène, inéluctablement, à une impasse,
En effet , nous avons perdu beaucoup de temps et d’argent  dans dans un domaine censé être le terrain privilégié du consensus.
Pourtant notre démarche qui  consistait à agir pour les droits de l’homme en concertation avec l’État et non contre celui-ci a permis de faire comprendre aux hautes autorités   la nécessité de prendre en charge le dossier des droits de l’homme et c’est d’ailleurs  cette démarche qui a suscité une évolution positive dans ce domaine.
Ainsi la création du commissariat des droits de l’homme et de la lutte contre la pauvreté et plus tard celle de la commission  nationale des droits de l’homme sont venues consacrer, au plan institutionnel, une tendance au consensus sur  les questions liées à l’esclavage où a ses séquelles ( je crois savoir que le débat sur une telle distinction est aujourd’hui dépassé)  ainsi que sur les toutes les violations des droits de l’homme.
Le moment est me semble venu d’agir ensemble pour les droits de l’homme.
Ce qui suppose bien évidemment , outre la  concertation avec  les institutions nationales spécialisées, une rupture  avec  les vieilles querelles , sans  issues.
Cela suppose , également,  l’exigence d’un financement transparent des ONG des droits de l’homme censées être l’indispensable relai des institutions nationales dans ce domaine..
Cela dit , tout le monde sait  , qu’une telle transparence ne serait pas de nature à plaire  » à des nombreux «   pots troués  »

Abdelkader ould Mohamed

https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=10158359727464477&id=625724476

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire