Ely Ould Allaf, le patriote….Adieu!!!

Il y’a un mois, mardi 19 mai 2020 , Ely Ould Allaf quittait ce monde ici bas , au cours , duquel , il avait  consacré sa vie ,à servir loyalement son pays.

Ely  a rejoint,  trois  semaines après, sa sœur El Khiyra , aux cotés  de laquelle, il a tout temps  été , et récemment,  après  un AVC  qui l’a alitée depuis 2019, prenant en charge ses  traitements médicaux, jusqu’ à son  décès  le  29 Avril  dernier.

Ely , fils ainé de  Mohamed Ould Allaf,  de sa mére Fatma Mint Ha7heu est né à  Atar vers 1933, par référence à la date repère de  la mort, une année plutôt, de l’Emir-martyr  Sid’Ahmed Ould Ahmed Aida .

Très tôt, orphelin de son père, Ely, à l’image des enfants de son  âge, se tourna vers  les métiers de  grimpeur de palmier et porteur -coursier au marché d’Atar, pour subvenir aux  besoins de sa mère et ses deux sœurs.

Ce faisant, le destin lui ouvrit, par deux événements importants, la voie d’une vie prometteuse :

1-Sa mère rencontra un homme ouvert  et généreux,  en la personne du premier infirmier du centre médical puis de l’hôpital d’Atar, le Sieur  Ahmed Ould Ely Aloi , qui devint son père adoptif et ses sœurs ;

2- La chefferie traditionnelle locale d’antan, l’inscrivit, en son nom, dans la première medersa de l’Adrar, sise à Kanaoil , réservée uniquement aux fils des notables. ( sa date de naissance, a été portée à  1937 , pour la circonstance ).L’autre école dite  populaire est ouverte au centre ville d’Atar est destinée aux fils de goumiers, commerçants , agriculteurs etc.

Depuis lors, Ely n’a plus déçu les espoirs, placés en lui.

Il  fut, en 1950, le seul admis, au concours scolaire d’entrée en sixième (1 ére année secondaire).

Puis, par sa persévérance, est resté toujours major de sa  promotion , tant au collège de Rosso, au Lycée William Ponty , prés  de Saint Louis  (1957, 1er bachelier de l’Adrar)  qu’à l’ université de Dakar , avec, cumulativement,  à  la fin de chaque année,  les prix d’excellence, d’honneur et les 3 félicitations trimestrielles du jury .

Ensuite,  en France, où il décrocha le diplôme du 1er ingénieur mauritanien  en télécommunications.

 

Dés son retour au pays, après ses études en France,  il se vit confier plusieurs porte feuilles :

Directeur  des postes et télécommunications, puis  ministre successivement de : la Jeunesse, de l’information et des communication (15 décembre 1965) ,  Education Nationale (21 février 1966), Equipement et Transport ( 1969),ambassadeur en Allemagne et en Hollande (1970- 1974), secrétaire général de l’OMVS (janvier 1976), Directeur général de la Snim (janvier 1979), ambassadeur en Allemagne ( avril 1980-1982), ambassadeur en France ( mars 1983),ambassadeur au Koweit  qu’il a refusé..Ambassadeur à Bruxelles puis  en Tunisie (1990).

 

Durant son cursus scolaire, professionnel et sa vie après sa retraite, Ely s’est toujours impliqué et marqué de son cachet, les principaux événements qu’à connu le pays, auxquels il avait  participés.

 

Ely , militant estudiantin

Déjà, lors des mouvements indépendantistes des années  50,du siècle dernier,  Ely militait au sein du mouvement des jeunes.

En 1957 , le fait d’avoir animé à Atar , une conférence concernant le colonialisme  et assisté, la même année, à une réunion des cadres à Nouakchott réclamant l’indépendance, lui a valu les remontrances du commandant de cercle de l’adrar (un français ) et fut , malgré  sa réussite major au baccalauréat , orienté ,à l’université de Dakar, au lieu de celle Paris .

Les deux événements de 1957, coïncidaient  les actes fomentés par les « pro-marocains » de l’époque, qui  aboutirent à   » l’attaque de la caserne militaire de Nema » (au Hodh ) » et au  lynchage d’un officier français à Atar.

En 1958, le président Mokhtar Ould daddah, alors tout nouveau  premier ministre du pays,  lors d’une rencontre à  Saint Louis , proposa , en  présence  de son directeur de cabinet Ahmed Bezeid Ould Ahmed Miské  à Ely et  Mohameden Ould Babah (étudiant comme lui ) , une discussion à propos de la conception ,de ce que sera le futur drapeau national. Le résultat en fut, le premier emblème vert jaune, qui flotta sur tous les édifices officiels, depuis le 1er  jour de l’indépendance de la Mauritanie, le 28 novembre  1960, jusqu’au 15 Aout 2017.

 

Ely ,ministre de l’éducation nationale

La mise en application de la loi introduisant la langue arabe dans l’enseignement, approuvée par le parlement en janvier 1965, a suscité  les communément appelés « mouvements ethniques » en 1966. Ely est nommé par , le président Mokhtar ministre de l’Education Nationale ,dans le but de  juguler cette crise.

Pour se donner le temps de recueillir tous les contours de la situation, il décida- de sitot-  fermer les établissements secondaires le reste de l’année et pris les mesures urgentes permettant  l’ouverture, dans de bonnes conditions, de l’année scolaire 1967-1968 :

Il lista les étudiants  et le personnel enseignant  (dont des ressortissants étrangers et des syndicalistes éminents)  impliqués dans les événements et instruisit de renvoyer  les premiers et de procéder aux  affectations et mutations des seconds.

Il mauritanisa tout l’encadrement  scolaire (les proviseurs des lycées de Nouakchott et Rosso étaient des français)  et  par soucis de cultiver la cohésion, l’entente  et la citoyenneté, décida de rassembler les élèves venant des différentes régions, dans un même établissement , avec institution du  système d’internat.

Il donna instruction de ne pas integrer, dans les examens scolaires, la note obtenue en  « arabe » , pour les étudiants qui n’ont pas appris cette langue  au  primaire.

Par ailleurs  et, « en application des décisions du Congrès d’Aöun-el-Atrouss (24-26 juin 1966) une commission nationale des affaires culturelles, inaugurée le 18 juillet 1966, puis une sous-commission remettant son rapport le 15 septembre 1966 ont abouti au rapport du ministre, Ely Ould Allaf, le 18 février 1967, et à la loi du 11 janvier 1968 portant réorganisation de l’enseignement du premier degré, suivie de la loi du 25 juillet 1970 relative à l’enseignement supérieur » (: http://mauritanie-ouldkaige.blogspot.com/2008/06/anniversaires-5-juin-1965-8-9-juin-1976.html)

 

Ely, ministre de l’équipement et des transports

Le problème de ravitaillement en eau de Nouakchott se posait avec acuité, en 1970.

Il fallut ne pas compter sur l’usine expérimentale de dessalement d’eau de mer, ni sure ni suffisante.

Deux  études sont lancées visant à alimenter la capitale en eau, à partir du fleuve Sénégal ou de la nappe phréatique d’Idini.

Peu avant ,son départ de ce ministère  Ely avait constaté que le dossier « Idini » était bien ficelé. Ce que ne tarda pas Maitre Mokhtar d’emporter avec lui en Chine. Quelques temps  plus tard, Nouakchott est alimentée suffisamment en eau potable, quoique  sa population ait si vite doublée.

 

Ely, ambassadeur

Par ces deux fois ,ambassadeur en Allemagne, Ely a contribué à  renforcer les relations bilatérales de ce pays avec la Mauritanie  et porter au haut niveau les relations  avec l’Union européenne.

Entre autres dossiers importants traités, Ely a longuement négocié et réussi  avec tact, l’entrée de la Mauritanie  parmi les pays bénéficiaires de l’accord l’UE /  ACP et caraibes .

C’est lui aussi,qui a signé  avec le gouvernement allemand , la convention portant sur l’étude, le financement et la réalisation du bac de Rosso.

Envoyé en Hollande, il est chargé du dossier du sahara occidental porté devant la cour internationale de la Haye. Se joindra à lui, la délégation mauritanienne dirigée par Ould Moulaye El Hassen et comprenant l’historien,Mohamed Ould Mouloud Ould Daddah, le juriste Yedaly Ould Cheikh et d’autres experts et personnalités éminentes.

Pour Ely , la mauritanité du  sahara est incontestable, surtout en sa partie Wad Dheheb  (rio de Oro) . Il avait écrit en 1959, encore étudiant,  un article à ce propos.

Au fil de  toutes les tracasseries diplomatiques, politiques, sociales et militaires, qui ont emmaillé la problématique du sahara,  Ely est resté fidele  à ses convictions de jeunesse,  se fondant sur les raisons  :

-L’entrée des espagnols au sahara fait l’objet d’un pacte signé avec l’Emir de l’Adrar.

- Les tribus sahraouies sont le prolongement des tribus mauritaniennes.

- Les représentants de ces tribus, ont tous assisté au grand rassemblement historique, de toutes les  tribus maures hassanophones,  tenu à F’derick en Mauritanie.

Ely n’a jamais apprécié la décision des militaires au pouvoir, concernant la résolution de la question du sahara. Il a même pronostiqué , que ce dossier ne trouverait plus de solution , tant que l’Algérie et le Maroc ne le décident d’un commun accord.Un pari presque impossible.

Ambassadeur à Paris et à Bruxelles , Ely se dit se trouver souvent , mal à l’aise ou embarrasé par les nombreux courriers provenant des organisations des droits de l’homme, dénonçant la Mauritanie, durant le régne de Ould Haidalla (application de la Charia, etc.)et Maaouiya (évenements 87-91)…

En france , Ely a eu moult difficultés au départ,  à faire admettre au président François Mitterand et son gouvernement ,de recevoir le colonel Ahmedou Ould Abdellah ,envoyé par le comité militaire qui vient de renverser Ould Haidalla.

Aprés un premier échec et le retour du colonel Ahmedou à Nouakchott ,sans etre reçu par le directeur du cabinet ni le président français, Ely , entreprit des démarches , conçut et élabora, avec l’aide d’experts militaires, une stratégie de modernisation de l’armée mauritanienne ,qu’il proposa à la France à Ould Abdallah chef d’etat major de l’armée et à Maaouiya .  Tous approuvérent et les relations franco-mauritaniennes repartent sur un nouvel élan.

Quelque temps aprés ,Ould Abdallah est relevé de ses fonctions et la stratégie susmentionnée n’a pu etre mise à exécution.

Ely conserva le dossier et le remit , plus tard, en guise de cadeau, à son ami, Sidi Ould Cheikh Abdellahi,  devenu président du pays en 2007.

Il se trouve que Ould Abdel Aziz   gardien du temple , tenu au courant des secrets du palais présidentiel , a du, probablement, aprés avoir renversé Sidi , sorti des tiroirs, le dossier en question ,afferant à la « modernisation de l’armée mauritanienne », pour s’en inspirer ou carrément le  mettre à exécution  tel quel.

Ely, secrétaire général de l’OMVS

A sa prise de fonction à l’OMVS, Ely a constaté que le haut commissaire de cette organisation, de nationalité malienne, se démenait pour empêcher la réalisation du barrage de Manantali , qui ,selon sa perception,  limiterait la navigabilité du fleuve , coté Mali.

Ely, au contraire, était un fervent défenseur de ce projet , dont le moindre intérêt est d’empêcher l’eau du fleuve de remonter jusqu’à Boghé , en su de ses avantages pour l’agriculture et la production de l’électricité

Le conflit né de ce bras de fer entre les deux dirigeants, ne prendra fin que lorsque le Sénégal a hérité du poste de haut commissaire de l’OMVS, en raison de l’intérêt que présente ce barrage pour ce pays .

 Ely, directeur général de la SNIM

La Snim en 1979, se remettait à peine des affres de la guerre du sahara. Deux volumineux dossiers attendent sur le bureau du nouveau directeur général :

-La restructuration et le  changement du statut de l’entreprise pour la transformer en  une société d’état mixte (SEM) avec l’entrée des capitaux arabes.

- Le lancement du projet  d’une usine d’enrichissement des milliards de tonnes de fer pauvres que renferment les guelbs du Tiris zemmour , qui se substituerait au minerai de fer riche de la Kédia  à la limite de l’épuisement. Le financement de ce projet est estimé à 500 Millions de dollars .

Malgré la courte période (13 mois) passée à la tête de cette entreprise ,(  son départ, n’est en fiat, qu’un  caprice des militaires au pouvoir, est intervenu semble-t-il ,suite à un bulletin de renseignement (BR) portant sur une affaire personnelle  de loyer à Nouakchott) ,  Ely , a réussi, en moins de six mois,  à boucler le financement que nécessitait le moment ,pour éviter au pilier de l’économie nationale du pays, de sombrer dans la banqueroute.

 

Après sa retraite, Ely s’est investi dans la  promotion des droits de l’Homme et la défense des causes justes.

Il fut membre  de : la Ligue Mauritanienne des Droits de l’Homme (LMDH), de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) , du groupe des personnalités  indépendantes, du manifeste des haratines etc…

Les témoignages de ces différents organismes et institutions, qu’Ely a toujours placé  les intérêts supérieurs de la Nation au  dessus de toute autres  considérations.

Et qu’ il  a constamment fait preuve de patriotisme et d’attachement à la justice, à l’égalité et à la fraternité entre tous les citoyens et toutes les communautés mauritaniennes ,sans aucune distinction, ont inondé la presse, après son décès.

 

A Mariem , la mère de famille réfléchie , l’épouse atypique , qui a rendu un hommage posthume exaltant à Ely :  « Il est parti mon compagnon après 55 ans de vie commune. Le meilleur des maris, jamais un mot déplacé, un respect total, tout était à ma disposition, la liberté pour tout ce que j’entreprenais. Jamais il n’a demandé à ce que je me plie aux règles et coutumes du pays, à l’habillement. Il m’aimait comme j’étais et par amour, j’ai toujours évité ce qui pouvait lui déplaire. Nous avions les mêmes principes de justice, d’humanité. Repose en paix Ely ».

A Nouredine, Fatma, Khairallah, Soukeina, la rédaction adrar.info  exprime sa  profonde compassion.

Que l’exemple patriotique d’Ely serve  à tous les mauritaniens  qui assument  une responsabilité nationale.

Puisse Allah, Miséricordieux accueillir  Ely Ould Mohamed Ould Allaf en son saint paradis ! Amine !

A Dieu , nous appartenons .  A Dieu nous revenons !!!

 

Ely Salem Khayar

 

Liens des émissions TV avec ELY en arabe :

https://www.youtube.com/watch?v=t_6zHwGNFrI

https://www.youtube.com/watch?v=AlfNfLlO2_Y

https://www.youtube.com/watch?v=hAn6Q6HO6tA

https://www.youtube.com/watch?v=sBSn5TpkzLI

https://www.youtube.com/watch?v=-X_Mok-janY

https://www.youtube.com/watch?v=omcyZDlnbaU

en français : https://m.youtube.com/watch?v=jjl3Kj7n2K4

 

Liens des hommages à ELY  dans la presse :

http://adrar-info.net/?p=38565

http://adrar-info.net/?p=63235

http://adrar-info.net/?p=63012

http://adrar-info.net/?p=63027

http://adrar-info.net/?p=63050

http://lecalame.info/?q=node/10360

 

Journal officiel :

http://anac.mr/ANAC/JOf/1970/272-273%20fr%20sc.pdf

en rapport avec le sujet :

: http://mauritanie-ouldkaige.blogspot.com/2008/06/anniversaires-5-juin-1965-8-9-juin-1976.html

 

Adrar.info

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire