Ministre de l’Enseignement supérieur : « la situation actuelle de l’enseignement n’est pas satisfaisante »

Ministre de l’Enseignement supérieur : Le ministre de l’Enseignement supérieur, des Technologies de l’Information et de la Communication, porte-parole officiel du gouvernement, Dr Sidi Ould Salem, a commenté, ce jeudi à Nouakchott, les travaux du Conseil des ministres.

Le porte-parole officiel du gouvernement a indiqué que le Conseil a examiné et adopté plusieurs projets de loi et de décret et suivi des communications présentées par des membres du gouvernement.

Parmi les questions abordées figure la communication conjointe portant sur la révision des programmes de l’enseignement secondaire, la révision des curricula de l’Ecole Normale Supérieure et la revue des manuels scolaires.

S’agissant de la communication relative à la révision des programmes scolaires, il a souligné la place qu’occupent les contenus pédagogiques dans toute réforme de l’enseignement dans la mesure où ils devraient être conçus en fonction des besoins et des objectifs recherchés ainsi que la nécessité de déterminer les critères de qualification et d’aptitude des enseignants.

S’agissant de la communication relative à la révision des programmes scolaires, il a souligné la place qu’occupent les contenus pédagogiques dans toute réforme de l’enseignement dans la mesure où ils devraient être conçus en fonction des besoins et des objectifs recherchés ainsi que la nécessité de déterminer les critères de qualification et d’aptitude des enseignants.

Il a affirmé que toute réforme du système éducatif qui se veut réussie devra d’abord être articulée au niveau du cycle fondamental et être en même temps en harmonie avec les actions de réforme conduites au niveau du secondaire. C’est pourquoi, a-t-il dit, la réforme du système implique nécessairement une étroite coordination entre les différents cycles.

Dr Sidi Ould Salem a fait remarquer que la situation actuelle de l’enseignement n’est pas satisfaisante en raison de la faiblesse des niveaux scolaires, engendrée par la succession de réformes sans que des mesures d’accompagnement et d’adaptation ne soient prises et que les évaluations nécessaires ne soient faites.

Il a assuré que les présentes actions de réforme qui seront conduites de façon participative et en parfaite coordination entre les trois ministères concernés, mettront l’accent sur la révision des programmes, la formation des formateurs et les manuels scolaires de manière à lancer effectivement la réforme dès le début de l’année scolaire prochaine.

AMI 

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire