Des membres du gouvernement commentent le conseil des ministres

Le ministre de l’Enseignement supérieur, des Technologies de l’Information et de la Communication, porte-parole officiel du gouvernement, Dr Sidi Ould Salem, le ministre de l’Enseignement secondaire et de la Formation professionnelle et technique, M. Mohamed Maalainine Ould Eyih et le ministre du Développement rural, M. Dy Ould Zein, ont commenté, ce jeudi à Nouakchott, les travaux du Conseil des ministres.
Le porte-parole officiel du gouvernement a indiqué que le Conseil a examiné et adopté plusieurs projets de loi et de décret et suivi des communications présentées par des membres du gouvernement.
Parmi les questions abordées figure la communication conjointe portant sur la révision des programmes de l’enseignement secondaire, la révision des curricula de l’Ecole Normale Supérieure et la revue des manuels scolaires.
Le Conseil a également suivi une communication relative à la Campagne agricole 2020-2021, et une autre au sujet de l’invasion acridienne.
S’agissant de la communication relative à la révision des programmes scolaires, il a souligné la place qu’occupent les contenus pédagogiques dans toute réforme de l’enseignement dans la mesure où ils devraient être conçus en fonction des besoins et des objectifs recherchés ainsi que la nécessité de déterminer les critères de qualification et d’aptitude des enseignants.
Il a affirmé que toute réforme du système éducatif qui se veut réussie devra d’abord être articulée au niveau du cycle fondamental et être en même temps en harmonie avec les actions de réforme conduites au niveau du secondaire. C’est pourquoi, a-t-il dit, la réforme du système implique nécessairement une étroite coordination entre les différents cycles.
Dr Sidi Ould Salem a fait remarquer que la situation actuelle de l’enseignement n’est pas satisfaisante en raison de la faiblesse des niveaux scolaires, engendrée par la succession de réformes sans que des mesures d’accompagnement et d’adaptation ne soient prises et que les évaluations nécessaires ne soient faites.
Il a assuré que les présentes actions de réforme qui seront conduites de façon participative et en parfaite coordination entre les trois ministères concernés, mettront l’accent sur la révision des programmes, la formation des formateurs et les manuels scolaires de manière à lancer effectivement la réforme dès le début de l’année scolaire prochaine.
Pour sa part, le ministre du Développement rural a indiqué que la communication relative à la campagne hivernale prochaine met l’accent sur l’application des orientations du Président de la République, M. Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani, visant l’exploitation optimale des potentialités nationales à travers l’amélioration de la productivité.Dans ce cadre, il a rappelé que le Président de la République s’était engagé pour des programmes annuels de mise en valeur de 5 000 hectares et de construction de 12 barrages. Dès le début de l’année en cours, la mise en valeur de 6 720 hectares a été programmée, superficie dont l’aménagement est en cours actuellement et dont une très grande partie sera cultivée au cours de la campagne agricole en préparation.
Il a souligné que le secteur de l’agriculture est stratégique aussi bien par son apport en matière d’autosuffisance alimentaire que par le grand nombre d’opportunités d’emplois qu’il offre, précisant qu’un plan d’électrification des zones de production est en cours d’élaboration en plus de celles de la vallée qui seront très prochainement pourvues en électricité.
Toutes ces actions et les nombreuses autres entreprises dans le secteur rural ainsi que les différents appuis apportés aux producteurs agricoles et aux éleveurs visent à créer une base productive solide capable de soutenir une autosuffisance alimentaire durable et de rendre nos produits agricoles concurrentiels sur le marché.
M. Dy Ould Zein a affirmé que le département du Développement rural continuera à se concerter avec l’ensemble des acteurs du secteur pour leur plus grande implication au service d’une production à haut rendement, qualitative et concurrentielle.
S’agissant des efforts de protection des cultures, le ministre a fait savoir que ceux-ci se poursuivent, notamment à travers les actions de lutte contre les prédateurs, notamment l’invasion acridienne qui vient justement de faire l’objet d’une communication en Conseil des ministres.
Au chapitre des réponses aux journalistes, le porte-parole du gouvernement a précisé que le récent accord signé entre le gouvernement et la société Taziast a permis d’augmenter les redevances de l’Etat mauritanien qui sont passées de 3 à 4% et pouvant aller jusqu’à 6% en fonction de l’augmentation des cours de l’or sur le marché international.
De même, la participation de l’Etat dans le gisement minier a augmenté pour atteindre 15% du capital de la société en plus de la possibilité d’acquisition de 10% des actions.
Ce sont là, a-t-il dit, d’importantes réalisations du gouvernement dans le secteur minier.

AMI

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire