La neutralité de la Mauritanie concernant le dossier du Sahara est une bataille politique entre le Maroc et l’Algérie *

La scène médiatique et politique en Mauritanie est témoin, depuis plusieurs jours, exactement, lorsque le ministre mauritanien des Affaires étrangères a reçu l’ambassadeur du Maroc, suivi par le président mauritanien recevant une délégation du gouvernement algérien. De nombreuses questions sont apparues sur  les réseaux sociaux et les sites Internet, en rapport avec  la course effrénée du  Maroc et l’Algérie pour gagner une nouvelle position mauritanienne.

Nombreux analystes et adeptes de la question mauritanienne et de la question du Sahara  voient qu’il n’est ni étrange ni impossible que la question du Sahara ,ne figure pas parmi les sujets les plus importants ,abordés ,dans les couloirs de la diplomatie en Mauritanie.
Laquelle  a reçu l’ambassadeur du Maroc et la délégation du gouvernement algérien dans le laps d’ une semaine  et tous deux reçus par le  président mauritanien.
Auparavent , intervenait la visite du ministre mauritanien des Affaires étrangères en Algérie, au cours de laquelle,  il a fait une déclaration, en novembre dernier exactement.

Quand il parlait  de la nouvelle politique étrangère de la Mauritanie, il a feint  omettre ou vouloir dire le mot « occidental » pour décrire le sahara en disant :«Au niveau du conflit du Sahara, nous préférons maintenant parler de non-alignement,au lieu de  la neutralité qui definit  une attitude négative.  C’est-à-dire que nous sommes actifs et intéressés, mais nous ne soutenons ni ne favorisons aucune partie. Nous ne sommes pas des spectateurs et nous voulons voir ce conflit résolu dès que possible. »

Puis suivit , aprés cela ,  une visite similaire du ministre marocain des Affaires étrangères en Mauritanie  qualifiée d’historique. Le  ministre marocain ayant  confirmé que le monarque marocain souhaitait que « la relation avec la Mauritanie n’est pas une relation ordinaire, mais plutôt une relation exceptionnelle en raison de son histoire distinguée, de ses liens humains et de sa proximité géographique » .

Malgré ces déclarations diplomatiques qui ont eu lieu, en l’absence d’un représentant personnel du Secrétaire général des Nations Unies dans la question du Sahara, les   spéculations laissent croire que  quelque chose sera révélé à mesure qu’il mûrira , la  Mauritanie restant en principe,  le plus grand gagnant de sa neutralité.

Fort de cala,  elle a ajusté quelque peu  la balance , en se tournant  legerement  vers l’Algérie, après que le discours ait repris, donnant un rapprochement imminent avec le Maroc.

Il  est cependant, trop tôt , pour savoir exactement ce que voulait Ould  cheikh Al-Ghazwani.quand il a declaré, devant  un groupe de médias locaux, que la position de son pays est «la reconnaissance de la République sahraouie,
et l’ adoption d’  une position de neutralité positive. C’est à dire  à la même distance de toutes les parties ,  qualifiant cette   position de stable qui ne change pas.

Les observateurs et ceux qui s’intéressent à la question mauritanienne et à la question du Sahara, considérent  que ce que  le président mauritanien a declaré  n’avance en rien ou n’en recule, parce que ce qu’il a annnoncé  ne s’écarte pas de ce que ses predecesseurs répétaient auparavant.

D »autres, par contre,  estiment  que la Mauritanie dispose  de points de pression dans ses relations avec le Maroc. Dont le plus important est la position concernant le sahara. Où, de 1975 à 2010, la Mauritanie a maintenu un niveau élevé de neutralité positive, sinon d’engagement positif avec les positions marocaines,concernant  ce dossier .

Cependant, cet indicateur a commencé à bouger, en raison de la tension observée dans les relations entre les deux pays.

Ceci étant, la position de la Mauritanie sur le Sahara reste  une force qui pése  dans le cadre  des relations entre Nouakchott et Rabat.

C’est ce que le Maroc a su ,quand il a initié une demande auprés de la Mauritanie d’ouvrir un consulat dans la ville de Dakhla, qui n’est pas à plus de 450 km de sa frontière nord, et Nouakchott a rejeté la demande.

 

* Mohamed Salem Al-CShafei / journaliste spécialisé dans les affaires mauritaniennes et sahariennes

Source : https://www.anbaa.info/?p=57359

Traduit par adrar.info

 

 

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire