Panorama politique : Ce que voudrait-on, aprés la parenthése coronavirus….

En Mauritanie, Ghazouani en tête, l'opposition conteste - BBC News ...L’échiquier politique mauritanien a été récemment tourneboulé par deux grands événements : D’une part,  l’investiture du président Mohamed Ould  Cheikh Ghazouani , en Aout 2019 et d’autre part, l’avènement  du fléau coronavirus en février 2020.

Si le premier événement a permis d’ouvrir, quelque peu, une fenêtre d’apaisement politique entre les différents partenaires nationaux,  après une folle décennie de mépris de l’opposition, le second est venu déstructurer toutes les charpentes sur lesquelles reposaient l’économie mondiale et par voie de conséquence, celle fragile de Mauritanie.

IL apparait, en toute évidence , que demain, ne serait plus comme avant.

Afin  de pouvoir s’adapter à la nouvelle  menaçante  conjoncture et y faire face, la Mauritanie gagnerait à renforcer sa cohésion interne.

Aussi, ses acteurs politiques, ancienne majorité et ancienne opposition, aujourd’hui, toutes les deux, dans l’expectative, face aux ravages du coronavirus, sont plus que jamais interpellées à s’entendre sur l’essentiel . C’est à dire : L’intérêt suprême de la nation.

Pour ce faire, voici , entre autres ébauches idéales, qui conviendraient très certainement  à la conjoncture et aux citoyens ,cette proposition  :

1.Remercier et honorer les vétérans de la scène politique  qui avaient loyalement et patriotiquement servi le pays et qui,  volontairement, accepteraient de passer, publiquement et solennellement  le flambeau à leurs cadets, au sein de leurs formations respectives.

Dans ce cadre, le gouvernement promulguerait, en raison du service rendu à la nation,  un projet de loi, portant statut similaire à celui d’« anciens présidents de la république », aux  Sieurs : Ahmed Ould Sidi Baba (RDU) ,Messoud Ould Belkhair (APP) Ba Mamadou Alassane (PLEJ) Ahmed Ould Daddah (RFD)et Mohamed Ould Mouloud (UFP).

Le protocole d’entente, pourrait etre éxécuté le 28 novembre prochain, en marge des festivités marquant la fete de l’indépendance nationale.

 

2.Les militants de ces cinq formations politiques, fusionneraient  leurs efforts, au sein d’un seul parti centriste, qui serait régulateur de l’équilibre entre les adeptes du  Conservatisme et ceux du  Changement.

 

3  Dans cet ordre d’idées, le Parti actuellement au pouvoir  (UPR ) , qui incarne , aux yeux de la plupart des observateurs, l’aspect  conservatisme, ouvrirait ses portes pour intégrer , dans une vraie majorité présidentielle fusionnelle, les partis et mouvements  qui soutiennent le programme  et la vision  du président Mohamed Ghazouani   .

 

4.Le Parti Tawassoul qui tente de fluidiser  sa viscosité « islamiste »pour se modérer davantage, la Coalition Vivre Ensemble ( CVE ) qui  réclame  une cohabitation sociale consensuelle égalitaire  et le parti Sawab  qui revendique une historité civilisée du pays, se verraient  bien former le bloc de  Changement auquel aspirent , la plupart des citoyens.

Le rêve d’une telle configuration politique permettrait, si elle  se réaliserait,  de simplifier et booster l’action politique ,tout  en promouvant l’esprit patriotique, que requiert la conjoncture gravissime actuelle, tant au plan national qu’international.

Rédaction Adrar.info

 

 

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire