El Arby Mohamedou : Soit, on écrit pour servir une conviction ou pour servir un intérêt personnel déguisé.

Résultat de recherche d'images pour "ecrire un livre"Le but d’écrire c’est d’affranchir, sagement, sa conscience et d’éviter d’être un observateur indifférent ou une raison passive.

 

Il me semble que le fait d’écrire doit s’inscrire, d’abord, dans une logique d’informer et de partager avec les autres des opinions qui ne seraient pas, nécessairement, par essence intelligentes ou convaincantes.

Par ailleurs, l’intérêt d’écrire devrait rester dans une optique qui ne s’intéresse pas au statut subjectif du destinataire. L’essentiel que le message soit véhiculé de manière sobre et responsable. Autrement dit, on écrit pour accompagner un fait et non pour satisfaire une personne..

En tout état de cause, si vous attendez à ce que le retour soit positif vous liez la liberté de votre auguste ambition et vous finissez par céder sous l’effet, parfois prémédité par autrui, juste pour méconnaître la pertinence de vos propos.

Dans cet ordre de raisonnement, la force des idées réside dans leurs caractères objectifs et surtout l’honnête de l’esprit qui les porte…

Si vous arrivez à assumer ces deux valeurs, votre ligne de pensée restrait toujours constante et l’envergure de vos idées serait plus large.

C’est à dire , soit on écrit pour servir une conviction en corrélation avec un idéal ou écrire pour servir un intérêt personnel déguisé. C’est deux alternatives sont par nature antagonistes.

Alors soyons sincères et evitons de nous barricader, juste pour un moment, derrière des valeurs pour passer, demain, pour des éternels vrais ridicules.

El Arby Mohamedou
Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire