Moctar Echinguetti : Notre problème n’est pas l’insubordination de la societé au pouvoir, mais l’insubordination du pouvoir à la société (vidéo)

L’éminent penseur islamique Mohamed Ould Moctar Echinguetti  a déclaré ,que notre problème aujourd’hui ,n’est pas l’insubordination de la societé  au pouvoir, mais l’insubordination du pouvoir à  la société.

Il a poursuivi: « La sortie du souverain sur la nation est notre problème aujourd’hui, pas l’insoumisssion de la nation au souverain, car , malheureusement, l’ancienne jurisprudence islamique est orientée vers le pouvoir au détriment du peuple, et donc la section des delectueux , dans les livres de jurisprudence exclut toujours l’État. Meme s’il fait toutes les actions, il n’est pas appelé delectueux .

Hajjaj ibn Youssouf, dans toutes ses calamités n’est pas appelé un fautif  , mais les groupes qui se sont opposés à Hajjaj sont appelés des coupables .

Echinguetti a déclaré,  lors d’un colloque sur le problème de la déviation du pouvoir: « La jurisprudence héritée est contrôlée par l’obsession de préserver l’existence de l’État et considere delectueux  tout celui qui ne se soumet pas à l’Etat. Ce n’est pas la logique coranique. La logique coranique est explicite  dans le verset :   » quand deux groupes de croyants s’entretuent   » . Le souverain  (cehef de l’Etat) et son groupe peuvent être l’un de ces groupes.Et c’est prédominant qu’ils soient eux memes les  condamnables , parce qu’ils ont les moyens, les motifs et l’arrogance.  »

……

Comprendre la violence dans ses contextes

Echinguetti a affirmé que « la nation doit comprendre la violence dans ses contextes politiques et sociaux. La barbarie qui est imposée aux  natiosn ou  sociétés, que ce soit de la part de leurs  dirigeants ou de leurs soutiens internationaux, est elle qui a transformé la jeunesse levantine à ce niveau de barbarie parce que cette jeunesse  a vécu la barbarie et l’a vue.

Parmi cette barbarie, la barbarie de la civilisation:  Nous feignons la barbarie de la personne civilisée et condamnons la barbarie des faibles et des pauvres.

Nous avons besoin de normes éthiques disciplinées.  La violence intelligente n’est pas moralement meilleure que la violence stupide et la violence d’un État n’est pas moralement meilleure que la violence individuelle.

Nous avons besoin de normes éthiques disciplinées auxquelles nous adhérons dans notre jugement, et nous devons savoir que la clé de tout cela est la justice. Sans dignité humaine et sans justice dans ces sociétés, la violence continuera, qu’elle vienne par voie  religieuse ou par voie gauchiste  ou autres.

Ses causes sont les causes de l’echec de  l’injustice , de  celui qui aide l’injustice ou  celui  qui pratique  l’injustice.

Image de prévisualisation YouTube

Source : http://zahraa.mr/node/23743

Traduit par adrar.info

 

 

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire