Gourmo Abdoul Lo : Nul n’ est au dessus de la loi!

L’image contient peut-être : 1 personne, souritAh! La Mauritanie!! Il y a peu, de grands faiseurs d’opinion justifiaient par mille arguments étincelants non seulement le refus de l’ex Président Mohamed Ould Abdel Aziz de reconnaitre le refus du Senat de voter pour un référendum scélérat, mais même l’arrestation de sénateurs au mépris de leur immunité parlementaire.

Souvenez vous: ces gens nous expliquaient, avec aplomb, que la constitution n’était pas le coran et qu’ Aziz agissait suivant les intérêts et la volonté  » souveraine » du peuple. Maintenant, une commission d’ enquête du Parlement ( avec une majorité de partisans initiaux de Aziz!) demande à ce même Aziz de venir s’ expliquer devant elle.

Et les voilà redevenus les apôtres les plus zélés du constitutionnalisme le plus pointilleux, sans s’interroger bien sûr, sur la nature des actes visés par cette enquête, comme si des actes détachables de la fonction présidentielle et qui relèvent du droit commun ne seraient pas redevables de la justice ordinaire.

Un President de la Republique témoin ou acteur d’actes de corruption, de malversation, de trafics d’influence ou de drogue, ou de meurtres etc, est-il « dans l’ exercice de ses fonctions » de President de la Republique (art 93 de la constitution) ou est-il hors de ce champ?

S’il n’ est manifestement pas dans le rôle attendu de lui dans la 1ere hypothèse, alors, il ne peut clairement pas se draper de son immunité comme une couverture miraculeuse, pour échapper à la rigueur de la loi devant les tribunaux de la Republique.

 

La Haute Cour est compétente pour des actes de Haute Trahison, pas pour des affaires de mœurs crapuleuses fussent- elles retentissantes.

Ce que la commission d’enquête a eu le courage de faire, en parfaite intelligence avec l’ essentiel de l’ Assemblée ( Majorité et Opposition confondues) et sur la base de la constitution, a une importance symbolique fondamentale pour l’ affermissement des institutions républicaines.

Ici, les intentions des uns et des autres n’ont qu’une signification anecdotique. Nul n’ est au dessus de la loi ordinaire : President de la Republique comme President de l’ Assemblée Nationale, Président de la Cour Suprême comme Président du Conseil constitutionnel.
Je trouve que c’ est juste et sain.

Gourmo Abdoul Lo
Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire