Soutien à la presse indépendante : la BPM vire un million à chezvlane.com

Soutien à la presse indépendante : la BPM vire un million à chezvlane.comComme nous l’avons écrit dans divers articles, il y a un mois, je devais rentrer en Mauritanie le 12 mars afin d’aller démarcher des partenaires pour recapitaliser le site de journalisme engagé depuis 12 ans au service du pays en totale indépendance. 2 jours avant mon départ, l’Italie a dû mettre le pays en rouge, suivi par Royal Air Maroc qui a sans préavis cloué au sol ses vols vers l’Italie, puis vers la France. La suite on la connaît. Macron vient d’annoncer que les frontières Schengen resteront fermées jusqu’à nouvel ordre ; on parle de septembre…

Bloqué en Italie sans savoir jusqu’à quand exactement, j’ai alors pensé à m’adresser à mes lecteurs comme c’est l’usage pour la presse citoyenne n’ayant jamais reçu le moindre soutien du fonds d’Etat d’aide à la presse et n’ayant moi-même jamais poussé la porte des entreprises afin de gratter quelques publicités pour des raisons que j’explique dans cet article qui rappelle, pour ceux qui débarquent en Mauritanie, quelques faits d’armes d’utilité publique du blog chezvlane.blogspot.com devenu chezvlane.com.

cliquez ici

Comme je l’ai expliqué dans l’article en question, j’ai dû refuser le soutien du commun des lecteurs pour ne pas augmenter leurs sacrifices quotidiens, pensant trouver des mécènes à l’abri du besoin heureux de me savoir reconnaissant. A part monsieur Ahmed Ould Daddah qui m’a convaincu par des Hadith d’accepter son intention de soutien, personne ne s’est manifesté à part des hommes politiques proches du pouvoir et un homme d’affaires dont les bonnes intentions étaient précaires.

Afin de libérer l’esprit de ceux qui pensaient que mes RIB mis en ligne ont dû me rapporter une fortune, j’ai publié un extrait de mon relevé bancaire à la Société Générale après une semaine de campagne à la recherche de mécènes. Chacun a pu découvrir que le compte mauritanien était négatif et le compte en Europe publié aussi était tout aussi covidé.

15 jours plus tard, j’ai compris qu’il n’y a rien à espérer des mécènes mauritaniens car apparemment tout est une question tribale et trop de forces économiques et politiques, n’ayant pas pu m’attirer à eux m’estimant trop indépendant, préféraient me voir mettre le clic sous la porte surtout que j’avais écris que je ne voulais rien venant de la famille ou de la tribu fidèle à l’idée que je me fais de la Mauritanie d’hier à laquelle j’appartiens vu que je suis très peu versé en ces affaires tribales et j’ai défendu mille personnes n’ayant avec elles aucun rapport tribal ou régional comme au contraire j’ai critiqué en toute bonne foi mille responsables sans me soucier qu’ils soient de «  chez moi ».

Une lectrice qui s’occupe du marketing dans une banque ayant vu ma campagne et mon relevé bancaire en ligne m’a alors écrit un message privé plein d’humour « il faut changer de banque pour plus de Baraka ». J’ai trouvé le trait tellement brillant que je l’ai publié sur ma page Facebook privée ; page où l’on trouve un échantillon du tout Nouakchott francophone et bilingue : politiques, activistes, journalistes, diplomates, intellectuels divers… Pas 5000, inutile d’accumuler les présences inutiles, juste ce qu’il faut comme un sondage soit 1600 venant d’un peu partout. Ainsi à l’occasion, une publication, un argument, un trait d’humour peut être rapporté dans tous les milieux…

On a bien ri et j’ai répondu que je reste à ma banque car le service est excellent même pour les soldes négatifs.

Ayant compris que ma campagne artisanale de fundraising fut un échec, j’ai réalisé que chez nous, à quelques rares exceptions près, il n’y a de place que pour les griots comme l’autre qui avoue avoir soutiré 300 millions pendant que les journalistes publient des soldes négatifs.
J’ai été assez choqué en saisissant que seuls les gens de chez vous, au sens tribal et régional, se manifestent en pareilles circonstances. Certains me trouveront naïfs mais j’ai grandi dans un autre monde, une autre Mauritanie et c’est trop tard de me mettre à jour en matière tribale.

Beaucoup de plumes redoutables ont dû se recycler en mercenaires au service d’un clan pour ne pas vivre dans les difficultés qui attendent les esprits libres qui dépensent leur énergie à combattre des moulins à vent avec quelquefois des succès humains qui permettent de donner un sens à cette passion d’écrire tous les jours au service de chacun et à l’occasion contre tous si nécessaire.

Une pensée à notre ami Beheit, que Dieu ait son âme au paradis, humilié sans souci pour sa famille jusqu’à disparaître à petit feu. Relisez ses mots à propos de ses persécuteurs sachant combien chez nous c’est humiliant de devoir étaler sa situation économique. C’est ainsi que les régimes prédateurs tiennent les braves citoyens sachant qu’ils endureront l’injustice économique en silence :

cliquez ici

Je n’espérais donc plus rien selon mon modèle économique sans le soutien des lecteurs à l’abri du besoin. C’est alors que j’ai reçu ce que je n’attendais plus : un message de gens que je ne connais pas et qui ne me demandaient rien en retour. Ainsi, j’ai reçu un message de la BPM me demandant juste si ce RIB à la Société Générale est bien le mien. Au point où j’en étais après avoir refusé ici et là certains soutiens, je n’ai pas cherché à savoir à qui appartient la BPM vu que de toute façon ils ne me demandaient rien en retour. De plus, je ne suis pas notre ministre de la santé qui compte les dents du cheval offert par la Chine et communique ensuite pour dire qu’il en manque !

Ils m’ont juste dit que je recevrais dans le cadre du soutien à la presse indépendante, comme ils le font pour d’autres, un virement d’un million Mro. Il a fallu que j’insiste pour qu’ils acceptent que je rende public le geste car il n’y a aucune raison de cacher le résultat quand l’appel est public.
Le virement a été fait mercredi dernier, il y a donc une semaine et la somme est toujours en route car si en Europe les virements prennent 3 jours, chez nous entre banques mauritaniennes cela prend entre une semaine et 10 jours. On aimerait bien savoir pourquoi, peut-être que l’ouguiya n’étant pas un pur-sang arabe, ça avance donc à dos d’âne. Je devrais recevoir cela dans les jours qui suivent inchallah.

Voilà un million qui adoucira mon confinement pour quelques semaines. Chacun comprendra la noblesse du geste au-delà du chiffre. Le million en tout temps a une résonance psychologique symbolique que chacun saisit, que ça soit un million d’ouguiyas, MRO, MRU ou de centimes ça reste un million qui sonne avec respect.

 

www.bpm.mr

www.bpm.mr
Je suis allé sur le net pour savoir qui sont les mauritaniens de nos jours qui peuvent faire ça gratuitement. J’ai trouvé un Limam Ebnou même si j’ai fini par découvrir que l’auteur est le DGA,  le même sang. C’est ainsi que j’ai trouvé une ancienne interview du père Limam Ebnou sortant de HEC Tunisie puis le Conservatoire des arts et métiers en France. A lire…cliquez ici

Leur brillante directrice Marketing et Qualité sort de l’ESSEC Paris. Cela donne une idée de la vision en matière de communication bien loin des petits commerçants devenus milliardaires au profit des régimes autoritaires qui ne cherchent même pas à avoir des clients car leurs banques ne servent qu’à leurs entreprises familiales qui font fortune avec l’argent de l’Etat donc de chacun de nous ; de là qu’ils peuvent se permettre de faire l’aumône à l’Etat à base d’un milliard par-ci, par-là.

En vérité, il n’y a que 3 ou 4 banques dignes de ce nom en Mauritanie ; des banques qui se battent à base de communication et d’agences de proximité pour augmenter leurs clients : la Banque Populaire de Mauritanie, la Société Générale, la Attijariwafa Bank et la BMCI. Le reste ce sont des petites banques familiales ou de bandes d’amis pour des intérêts pas toujours avouables ou de grosses banques plus riches que l’Etat vu qu’ils ont fait fortune avec tous les régimes qui ont plus ou moins mis le pays à genoux.

 

​Merci à la BPM pour ce geste de solidarité désintéressé et mes excuses pour cet article qui associe le geste à mon opinion à propos d’autres banques. Cela n’engage que moi. A mon retour en Mauritanie, je passerai inchallah ouvrir un compte chez vous de sorte que la Société Générale vous renvoie le compliment car après le slogan et le geste indiquant la direction de la Baraka, je crois que ma fortune est faire inchallah car la Société Générale ne restera certainement pas le chèque en blanc face à cette OPA de bonne foi sur la Baraka dont l’avantage de la spontanéité ne saurait être dépassé.Si d’autres forces économiques apolitiques veulent soutenir Chezvlane comme nous soutenons Ghazouani avec des critiques constructives, c’est maintenant ou jamais…

 

Soutien à la presse indépendante : la BPM vire un million à chezvlane.com
 Ahmed Ould Soueid Ahmed

 

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire