Annonce de ma candidature à l’élection du Bâtonnier de l’Ordre des avocats de juin 2020

Annonce de ma candidature à l’élection du Bâtonnier de l'Ordre des avocats de juin 2020Oumar MOHAMED MOCTAR ELHAJ – Au nom d’ALLAH le plus Miséricordieux, le très Miséricordieux

Prière sur son Prophète le plus sincère et le plus honnête de la création

J’ai décidé de me présenter à l’élection du Bâtonnier de l’Ordre des avocats qui doit se dérouler à la fin du mois de juin 2020.

J’ai annoncé ma candidature à mes honorables confères, en début du mois de janvier 2020, à travers un message accompagné d’un curriculum vitae et d’un résumé de mon programme de candidature. L’annonce leur a été faite par message envoyé sur leurs boites emails et sur les divers groupes Whatsapp réservés aux avocats.

Cette candidature est le résultat de longues discussions engagées par la majorité des avocats sur les problèmes auxquels la profession d’avocat, dans notre pays, est confrontée.

J’ai présenté à mes collègues un programme électoral résumé en dix huit (18) points constituant les grandes lignes de la vision qui de mon avis permettra à la profession de se réaliser pleinement et de s’intégrer sans accros dans son environnement naturel et de participer aux efforts de développement de notre cher pays.

L’essentiel des divers points évoqués dans le programme sont repris dans les idées et actions suivantes :

1. Travailler à l’instauration d’un climat de confiance entre les avocats et tous les acteurs intervenant dans le secteur de la justice à savoir, l’autorité judiciaire, exécutive et législative, ainsi que les partenaires dont l’intervention influe directement sur la réalisation des objectifs de réalisation de la justice par une saine et efficiente application des lois dont on peut citer à titre indicatif : les notaires, les greffiers, les huissiers de justices, les experts judiciaires.

2. Renforcer le caractère institutionnel de l’Ordre des avocats et de ses organes représentatifs en créant des comités mixtes composés de membres du Conseil et de membres de l’Assemblée Générale des avocats, dans le cadre d’une approche participative, qui associe les élus et les électeurs à la réalisation des objectifs, en mettant à profits les avantages en terme de savoir faire, de capital relationnel et de références académiques et pratiques, dont chaque avocat pourrait disposer.

3. Améliorer la gestion administrative et financière de l’Ordre par la création de procédures fiables qui permettent d’assurer la traçabilité des actions et dépenses engagées et de situer les responsabilités positives ou négatives, par le recours à révision et aux contrôle réalisés par un commissaire aux comptes ou des experts ad-hoc mandaté pour un besoin spécifique, le cas échéant. Travailler à formaliser l’information et à la mettre à la disposition des avocats en respects avec les règles qui garantissent leur fiabilité et le respect du secret professionnel.

4. Faire participer les anciens bâtonniers, ainsi que les doyens de la profession, afin de capitaliser leurs expériences professionnelles et relationnelles au profit d’une meilleure visibilité et de la réalisation des objectifs de la profession. Cette action sera traduite par la création d’un Comité composé de tous les bâtonniers désireux de participer à la réalisation des objectifs de leur profession qui donneront des avis sur les diverses question que le bâtonnier pourraient leur soumettre et interviendraient en appui du bâtonnier pour faire valoir certaines actions engagées par le bâtonnier au niveau de l’Etat ou en rapport avec les actions du Gouvernement, de l’Assemblée Nationale ou de toute autres directions.

5. Créer des commissions mixtes composées de membres du Conseil de l’Ordre et de membres de l’Assemblée Générale des avocats, appartenant à toutes les générations qui composent la profession et représentant la diversité des avocats en fonction de leur accès à la profession (Doyens de la professions, capistes, Enseignement supérieur, anciens magistrats, anciens administrateurs ou cadres supérieures des professions para-judiciaires).

6. Séparer l’autorité disciplinaire du Bâtonnier et du Conseil de l’Ordre et la déléguer à un commission composée de membres du Conseil et de membres de l’Assemblée Générale des avocats, afin de garantir la transparence et l’objectivité dans le traitement des dossiers dans lesquels la responsabilité d’un confrère est recherchée sur la base d’une violation de son éthique professionnelle ou de plainte introduite par autrui, dans la limite légale.

7. Créer des canaux de formation durable pour les avocats qui souhaitent renforcer et élargir leurs compétences pratiques et leur savoir théorique.

8. Créer un Centre de Formation du personnel juridique des établissements commerciaux, financiers et économiques publics et privées qui le souhaiteraient.

9. Travailler à persuader les décideurs, les services publics, les institutions et les entreprises publics et privés d’impliquer les avocats dans leurs processus de décisions pour la construction et le développement du pays, ou pour renforcer la sécurité de leurs affaires par une gestion en amont des divers risques juridiques.

10. S’opposer à toute politisation des actions de l’Ordre des Avocats et le tenir éloigné des influences et attraits politiques négatifs qui peuvent, loisiblement, trouver, ailleurs, un terrain d’expression plus adapté.

11. Fournir des conseils à tous les opérateurs du secteur de la justice afin de renforcer, réformer et développer l’arsenal juridique de notre pays et participer à sa saine application par la recherche, la publication et les échanges interprofessionnels.

12. Contribuer à la sensibilisation juridique afin de participer à la lutte contre les pratiques négatives qui peuvent être menées par le public, des personnes liées ou ayant accès aux tribunaux, voire par des avocats.

Les points ci-dessus présentés représentent les grandes lignes et l’orientation que je compte donner par la grâce d’ALLAH, si mes confrères m’investissent de leur confiance. Ils seront complétés et renforcer par tout ce que la pratique et une bonne réflexion pourrait nous suggérer à l’avenir.

J’ai, par ailleurs, attiré l’attention de mes honorables confères que les activités de des organes représentatifs de l’Ordre des Avocats se résument en prestations administratives, financières, et juridiques, ce qui nécessite du Bâtonnier et des membres du Conseil une connaissance pratique de ces divers aspects. C’est, pour justifier cet avantage comparatif, que j’estime posséder, que j’ai soumis à mes honorables confrères un Curriculum Vitae qui fait ressortir une riche expérience dans tous ces aspects.

Enfin, l’une des choses qui pourrait, en plus de ce qui a été décliné dans les développements précédents, m’aider à atteindre les objectifs fixés dans le programme électoral, réside dans le fait que je n’appartiens à aucune formation politique et que j’essaie de penser et d’agir de manière professionnelle et de me ranger du côté de la vérité et du bon droit où qu’ils se trouvent et de les défendre de manière objective et sans excès, ni extravagance et sans subir, ni céder à aucune pression u niveau local ou diligentée de l’extérieur.

Et ma réussite ne dépend que d’ALLAH. En Lui je place ma confiance, et c’est vers Lui que je reviens repentant.

Oumar EL HAJ, Avocat
oumarmohamed@hotmail.com

Via cridem

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire