Adrar : Appel de detresse pour sauver l’Oasis M’hairith

L’image contient peut-être : montagne, ciel, plein air et natureLa plus importante et celebre oasis de M’hairith ( Sud Est d’Atar) souffre, de plus en plus, de manque d’eau , tant pour la consommation des populations, que pour l’agriculture, particulierement les nombreuses et merveilleuses palmeraies qui y abondent.

Cette pénurie a déjà causé la perte de nombreux palmiers asséchés subitement et provoqué l’éxode des residents traditionnels vers les centres urbains , dont le personnel qualifié qui assurait l’entretien et la maintenance de la biodiversité de l’Oued.

Reste que le plus grave, est qu’en cette période actuelle (fevrier -avril) de fécondation des palmiers , le manque d’eau d’arrosage de ces fruitiers,  provoquera de facheuses  incidences  sur la prodution qui se verra baisser lamentablement , au grand dam des phenicyculteurs, diminuant considérablement les approvisionnements des marchés nationaux, notamment Atar, Akjoujt, Nouakchott, Nouadhibou et Atar  .

Pour parer à une prévisible catastrophe, les populations avaient  lancé , par le passé, de nombreux appels de detresse demandant de sauver ce qui le pourrait, de cette paradisiaque oasis.  Mais en vain!!

Cette fois , ils supplient à la limite des larmes,  , pour eux,  il  n’y’ a plus de temps à perdre , au jour d’aujourd’hui.  Les pouvoirs publics et les hommes d’affaires dont la plupart disposent de vastes et merveilleuses palmeraies , ne doivent plus fuir leur responsabilité  mais intervenir rapidement .

La degradation puis la perte de cet écosystéme , pittoresque, touristique et nourrissier qui a fait la fierté, la grandeur et l’hospitalité historiques du pays et de l’Adrar en particulier ,serait un grand dommage.

Un barrage , en aval des deux versants de montagnes qui encadrent l’Oued ,retiendrait un tant soit peu, une partie des milliards de tonnes d’eau qui, en saison de rares pluies , devalent  pentes, escarpements,  regs et vallées  desertiques et austéres pour s’évanouir puis mourir presqu’ inutilement dans la vaste plaine de Yaghref (abondance) qui n’en est plus une malheureusement .

ESK

Adrar.info

 

 

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire