Après la diffusion d’un document le compromettant, Ould Mohamed Laghdaf, publie les détails de son interrogatoire par la commisssion parlementaire (clarification)

Aujourd’hui, un document a été diffusé selon lequel j’ai transféré  (lorsque j’étais  Premier ministre de l’ancien régime) l’Accord avec la societé chinoise  Poly Hondong ,pour approbation par le Parlement mauritanien.

 

Afin d’éliminer la confusion et de clarifier le problème dont les cendres sont parvenues  aux yeux de ceux qui recherchent la vérité, je voudrais confirmer que l’accord controversé a été conclu dans un cercle restreint  comprenant le ministre de la pêche , le ministre de l’économie et le conseiller principal du ministre de la pêche,

Il ne fait aucun doute qu’un accord écrit a été conclu avec la société chinoise, mais je ne l’ai pas vu et je ne faisais pas partie de ceux qui l’ont négocié.

Au contraire, il ne  m’a pas été donné d’etre  au courant, qu’au moment où  ce dossier devrait etre envoyé  au Parlement pour approbation ou rejet. Ce qui est une formule de routine généralement effectuée par la primature.

Mon role s’est limité , dans cet accord à  la signature de routine de ce document, qui n’avait  rien de préjudiciable pour  le pays s’il était appliqué tel quel. Lequel accord a été ratifié,cependant,  par la majorité des parlementaires.

L’accord conclu par l’entreprise chinoise avec les ministères de la pêche et de l’économie est le noeud  du problème et le sujet de recherche, qu’il convient d’ explorer pour connaitre la réalité.

J’ai dit, lors de ma convocation par  la commission parlementaire, ce que j’aimerais souligner à l’opinion publique, que les premières personnes qui ont attiré mon attention sur les aspects les plus sombres de l’accord évoqué ,sont les députés de l’opposition, lors de l’une de mes prestations  devant le Parlement.

J’ai, alors,  convoqué les ministres concernés pour m’enquerir sur ce qui a été convenu concernant les engagements de  la societé chinoise

Ils m’ont répondu que la societé  tardait à tenir ce qu’elle avait promis. J’ai suggéré alors, de lui  envoyer un ultimatum ne dépassant pas deux mois, pour qu’elle s’acquitte de ses engagements.

Si elle ne s’exécute pas dans ce délai, , c’est un moyen justifiant  de se débarrasser de cet accord,  que les citoyens ne semblent pas vouloir.

Cette conversation (avec les ministres concernés ) a eu lieu pendant le voyage de l’ancien président à l’extérieur du pays.
Et quand je lui en ai parlé après son retour,il m’a dit,  qu’il va prendre l’affaire en main. …..Pour découvrir, après deux mois de ce qui s’est passé entre moi et l’ancien président, que les Chinois ont visité notre pays et rencontré toutes les personnes concernées par leur dossier, dont aucune personne de la primature .

Je voudrais confirmer ici, toutes les déclarations que j’ai faites devant l’honorable comimission parlementaire,que je soutiens fermement ,dans cette noble mission, qu’elle mène ,à travers son rôle de surveillance et controle  irremplaçables, soulignant que je resterai un adepte  de la vérité, partiale envers elle, partiale envers mon pays et ses citoyens.Évitant  tout ce qui pourrait nuire à ma réputation, à ma moralité et à mon patriotisme.

Il est toujours évident que la réponse aux questions de l’histoire et du pays sera un jour  inévitable.Tout comme la présentation  devant le Seul et Unique Dieu, le jour où les secrets seront divulgués.

Voilà ,qui m’a toujours conduit à suivre la voie rectiligne  et éviter les  sentiers sinueux .

Dr Moulaye Ould Mohamed Laghdaf (ancien Premier ministre),

 

Source : http://zahraa.mr/node/23531

Traduit par adrar.info

 

 

 

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire