A propos des relations avec la Chine, notre amie historique/Par Abderrahmane Ould Marrakchy, Ancien député, consultant en investissements

Par les temps qui courent on parle beaucoup de la Chine. Surtout que ce grand pays se trouve en première ligne dans ce qu’il est convenu d’appeler le danger du siècle. Elle a été, sans le vouloir,  victime au départ de cette pandémie planétaire, le Coronavirus ou Covid 19. Après l’avoir maîtrisée selon toutes les données actuelles, elle s’essaye avec succès au rôle de sauveur de notre planète. Pour ceux qui ont vu des citoyens italiens baisser le drapeau européen et hisser à la place celui de la Chine Populaire, cela en dit long sur la symbolique du geste. Ajouté à  cela les images d’avions cargos de China Pacific qui, chargés de produits sanitaires, débarquent leur ô combien précieuse cargaison sur le tarmac des plus prestigieux aéroports des pays occidentaux qui se l’arrachent. On peut dire sans se tromper que cette nation tranquille, dont les relations avec les autres sont toujours basées sur le respect, la non ingérence et l’humilité est appelée à jouer un rôle de plus en plus prépondérant dans ce monde où les plus faibles, écrasés par l’arrogance des pays dits développés, y voient une chance historique.

A cette occasion, je me suis permis de m’essayer à rappeler les différentes étapes des relations mauritano-chinoises et en évaluer les avantages réciproques.

Au commencement, la République Populaire de Chine, sous la direction éclairée de Mao-Tsé-Tong, venait de sortir de sa torpeur après la révolution ( la longue marche) et cherchait une place dans le concert des nations. Le veto américain et les alliés des USA au sortir de la deuxième guerre mondiale constituaient un barrage devant l’admission de la RPC aux Nations Unies ainsi que le rôle négatif joué par Taiwan (Chang Kai Chek) pour annihiler tous les efforts de Pékin. Après les indépendances, et, à partir des années 50-60, un groupe de pays dits non-alignés s’est formé sous la houlette des dirigeants légendaires comme Nasser, Nehru, Tito… La Mauritanie venait d’accéder à l’indépendance en 1960 à l’instar des pays d’Afrique au sud du Sahara. Le Président Moktar Ould Daddah, un avocat formé en France, n’avait rien d’un révolutionnaire, mais était jaloux pour son pays et voulait en faire un Etat réellement indépendant. C’est avec intelligence et tact qu’il a côtoyé les dirigeants des pays non-alignés grâce à sa proximité avec le président Gamal Abdel Nasser qui cherchait à faire adhérer la Mauritanie à la ligue arabe malgré les réticences de certains. Ainsi, grâce à ce positionnement, la Mauritanie avait reconnu la RPC comme unique Etat chinois en 1965, rompant par la même occasion les relations avec Taiwan établies en 1961. Moktar Ould Daddah était un fervent défenseur de l’admission de la RPC à l’ONU,  cette admission qui fût arrachée le 26 octobre 1971 coïncidait avec le mandat de la Mauritanie à la présidence de l’OUA (1971/1972). Le rôle de la Mauritanie était donc capital. Nos amis chinois voulaient à tout prix nous faire preuve de leur reconnaissance, c’est pourquoi leur coopération, à partir de cet instant n’a cessé de prendre une forme utile, urgente et désintéressée, sans jamais grever ni même ponctionner sur notre maigre budget. Surtout que la révision des accords de coopération avec la France, en1973, tout en nous libérant de l’emprise néocolonialiste, nous privait de ressources et d’aide budgétaire. Une aventure en sorte, dont nous avons pu juguler les effets négatifs grâce en partie à l’aide des pays frères et amis, dont la Chine. Le premier grand projet financé par la Chine fut l’adduction d’eau pour  Nouakchott, la capitale assoiffée.

 

De l’eau pour la capitale

On raconte que lorsque la centrale de dessalement d’eau de mer, qui alimentait Nouakchott était tombée en panne en1971, Moktar Ould Daddah a ordonné à l’un de ses collaborateurs de demander à l’ambassadeur de France d’accélérer l’acheminement de la pièce à remplacer. Ce dernier fit comprendre à son interlocuteur que cette usine appartient désormais à la Mauritanie et que l’approvisionnement en pièces de rechange doit se faire après cette fois-ci, directement auprès du fournisseur. A ce moment, Moktar comprit que les Kadihines qui manifestaient et écrivaient sur les murs: «  de l’eau aux masses » avaient touché du doigt quelque chose de sensible. Il appela le même collaborateur et le chargea de contacter l’ambassadeur de Chine pour lui demander d’informer son gouvernement d’une requête urgente de financement du projet d’adduction d’eau pour la capitale menacée de soif. La réponse ne tarda pas, par le vol suivant arriva une mission de Pékin, chargée d’identifier le projet et, commencèrent les études, ensuite les travaux de la conduite et la centrale de pompage. Tout cela fut achevé en un temps record, Nouakchott pût boire à son aise et, lorsque 20ans plus tard les 10000 m3/jour n’étaient plus suffisants  vu l’explosion démographique, notre amie la Chine s’occupa de doubler la conduite. Depuis quelques années, le projet Aftout Essahli a pris le relais d’Idini après 45 ans de loyaux services.

La deuxième anecdote était  lors de la visite du Président Moktar à Pékin et, lors de son entrevue avec le Grand Timonier Mao, il lui demanda de nous ériger un Port à Nouakchott car nous étions un pays côtier, mais dépendant de Dakar pour nos importations. Mao promit et en informa le premier ministre Chouen Lai. Celui-ci en donna instruction à ses collaborateurs, mais après étude, il s’est révélé qu’il est pratiquement impossible d’ériger un port à  Nouakchott car il s’agit d’une côte dunaire. En retour, Moktar fut informé, mais il aurait insisté auprès de Mao par le canal diplomatique de son désir d’avoir un port à Nouakchott malgré l’handicap technique. Mao appela Chouen Lai et lui ordonna de bâtir un port à Nouakchott même si c’est techniquement difficile. Quelques années plus tard, le port de l’amitié était une réalité. A l’origine il était prévu pour 900 mille tonnes/an. Avec son extension en 2018 par la RPC elle-même, il atteint désormais 6 millions de tonnes/an. Au démarrage de son exploitation en 1979, nos « amis » européens prévoyaient son affaissement imminent, 40 ans après, il tient toujours,  Alhamdoulillah. Qu’Allah me pardonne si  par méconnaissance, j’ai fait des omissions ou commis des déformations mineures, mais l’essentiel est que ces deux réalisations grandioses ont marqué l’histoire de notre pays et ont boosté son développement.

 

D’autres réalisations pratiques et indispensables à notre pays ont été faites sur le tas et ce, sans tambours ni trompettes : les missions médicales chinoise de Kiffa et Tidjikja avec leurs hôpitaux et leurs médecins qui pratiquaient les  opérations pour la première fois à l’intérieur du pays et vivaient dans les mêmes conditions que nos populations de l’intérieur, la maison des jeunes, la maison de la culture et le stade olympique de Nouakchott. Dans le domaine agricole, la RPC nous apprit comment cultiver le riz en aménageant la plaine de Mpourié à Rosso, la maintenance continua à y être assurée par des cadres chinois pendant de longues années. Par la suite d’autres infrastructures sanitaires,  énergétiques, administratives et de formation (hôpital de l’Amitié, centrale électrique, palais présidentiel, primature, ministères, et plus récemment l’assainissement pluvial de Nouakchott, le centre de formation agricole de Boghé …) furent érigées. J’ai sans doute oublié d’autres projets réalisés dans le cadre de cette coopération fructueuse, mais je rappelle aussi que la RPC a toujours prévu une enveloppe budgétaire pour la coopération, en donnant toujours  aux autorités mauritaniennes le choix du projet à financer et le lieu.

 

Des infrastructures à la pelle

Le port de Ndiago, qui est en construction, sera le troisième grand port de Mauritanie avec un coût  de plus de 300 Millions de dollars U.S. A la fois commercial, militaire et de pêche, il est entièrement financé et construit par la RPC (Poly Technology et Exim Bank China). Je sais aussi que tous les projets financés par la Chine en Mauritanie sont, soit des dons, soit des prêts à long terme, souvent sans intérêt ou à taux d’intérêt très bas (quasi dons). La dette chinoise a été souvent annulée, au moment où des richissimes pays arabes frères rechignent à discuter du sujet (sous prétexte que la dette appartient aux générations futures). Je me souviens aussi d’avoir assisté, en tant que député, au défilé militaire du 28 Novembre 2015, et quelle ne fût ma fierté devant les équipements impressionnants de notre armée (orgues de Staline,  lance-roquettes canons bitubes,…)! Notre principal fournisseur est la Chine, avec toutes les facilités que cela suppose.

Avec l’émergence de la Chine comme Grande Puissance industrielle et commerciale au point de concurrencer sérieusement les USA et damer le pion à l’Europe, il est tout à fait naturel que les entreprises chinoises cherchent à se frayer un chemin vers les marchés des pays du tiers-monde. Ce qui fait grincer bien des dents dans l’hémisphère nord. C’est pourquoi, une certaine levée de boucliers est perceptible ça et là quand des entreprises chinoises s’installent dans nos pays d’Afrique. Dans la mesure où ces entreprises respectent les lois en vigueur (code d’investissements) et l’environnement, nous ne devons pas nous préoccuper des gémissements des jaloux et autres chasseurs de commissions. L’essentiel doit rester la création d’emplois, afin de favoriser l’émergence d’une classe moyenne, seule capable de tirer le pays vers le développement et le bien-être social. L’exemple pionnier de la société Hong Dong est là pour illustrer la volonté d’investir là où personne n’a osé avant eux : un complexe moderne et performant destiné essentiellement aux poissons pélagiques sur la côte de Nouadhibou, à un endroit où se prélassaient les chacals de la baie. Des centaines d’emplois créés à terre et en mer, le premier employeur et le plus gros investisseur à Nouadhibou, respectant l’environnement, qui dit mieux?

Cette brève et certainement incomplète analyse fait ressortir le caractère amical et désintéressé de la coopération chinoise, tout en étant pratique car apportant ce qui nous manque. Nous savons tous que notre pays, après son accession à l’indépendance, était à construire entièrement, il n’y avait rien. En y ajoutant la non-ingérence dans nos affaires et la discrétion des chinois venus vivre chez nous, dans le cadre de ces différentes missions. Cela me fait dire que cette coopération est exemplaire à tous points de vue.

Un grand merci donc à la République Populaire de Chine, à son peuple travailleur et respectueux et à ses dirigeants, de Mao Zedong à Xi Jinping.

Notre reconnaissance doit être toujours affirmée, cela ne doit pas être un tabou. Ceux qui, par ignorance, osent parfois indexer la Chine, qu’ils sachent que cela équivaut à un manque de respect de la mémoire de ceux qui se sont donné tant de peine à vouloir construire notre pays à partir de rien.

Heureusement que c’est une infime minorité, car l’ingratitude n’est pas une caractéristique du peuple mauritanien.

Le Calame

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire