Mariem Derwich : Égalité ou équité ? :

[Tribune] Lettre ouverte au président mauritanien, Mohamed Ould GhazouaniDans les combats pour les droits des femmes ce n’est pas tant de la notion d’égalité dont il s’agit, mais plutôt de celle d’équité.
L’égalité signifie un nivellement qui part du postulat qu’il existe des inégalités « justes » et « injustes » et, donc, la suppression de ces inégalités. Au nom d’une échelle de valeurs qui, aujourd’hui, se voudrait universelle.
Le vrai combat des femmes n’est pas dans une égalité qui déterminerait le « juste » et « l’injuste » inégalitaire, car qui voudrait d’une société qui ne serait qu’égalitaire, donc objet à toutes les oppositions. Et à toutes les déviations sur …. les inégalités « justes ou injustes ».
Le vrai combat des femmes est celui de l’équité, terme souvent peu compris et fourre-tout. L’équité et la parité.
Une fois que j’ai dit à un homme « Je suis ton égale », quid des inégalités « justes et injustes » ( ces inégalités qui n’ont pas de genre et qui sont au coeur d’une lutte sociétale qui englobe tous les droits humains )?
L’équité c’est donner les mêmes chances à tous. Les ennemis des femmes balaient l’équité par des arguments « naturels », donc par des pré supposées inégalités « justes et/ou injustes », perpétuant donc l’enfermement du combat pour les droits des femmes dans une sémantique qui crée encore plus d’inégalités.
C’est en ceci que le combat pour une équité est plus difficile à mener que pour une égalité censée aplanir toutes les inégalités ( justes/injustes), une égalité qui crée d’autres inégalités, qui rend les femmes objets d’un discours niveleur, sans réelle possibilité d’être autres tout en étant la masse….

Mariem Mint Derwich

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire