Ould Maham: Ce que nous devrions tirer de l’expérience des Américains en Afghanistan (*)

Après deux décennies d’intervention américaine en Irak et en Afghanistan, nous nous trouvons aujourd’hui devant un fait regrettable, que cette ingérence, malgré ses défauts politiques et juridiques, n’ait pas assuré la sécurité ni le développement dans aucun des deux pays.

Les demandes ont continué de croître localement et internationalement pour que cela prenne fin, et aujourd’hui les Américains se trouvent contraints de siéger avec les Talibans , non pas par  conformité d’ une promesse électorale du président américain, de renvoyer des soldats américains d’Afghanistan, mais sous la pression d’une réalité amère sur le terrain, dans laquelle les États-Unis n’ont réussi à remporter aucune victoire,ni réussite militaire ou de développement.

En Irak, les Américains se trouvent devant une réalité amère: Leur intervention n’a produit que la domination iranienne absolue sur l’Irak et la Syrie, et la promesse de démocratie, de développement et de stabilité dans la région s’est évaporée, tout comme les revendications  de démolir les armes à destruction massive en Irak, qui ont constitué le plus grand prétexte à cette intervention.

Quant à la leçon que nous devons tirer et qui ne fait aucun doute, c’est que les peuples seuls sont les garants de leur développement, de leur sécurité et de leur stabilité, et que l’intervention étrangère n’aboutira qu’à plus de violence, d’instabilité et d’arriération.

Sidi Mohamed Ould Maham / ancien ministre

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire