Le Centre hospitalier national (CNH) refuse de soigner les manifestants blessés

Le service des urgences de l’hôpital national , a refusé de soigner des manifestants blessés, après que la police soit intervenue pour briser leur mouvement,  devant le premier ministère ce matin, mercredi 26 février 2020.

Selon le porte-parole du groupe,Fah  Ould Cheikh Ahmed, l’hôpital a exigé des blessés, qu’ils fournissent un document  signé de la police, précisant les circonstances de l’accident ,qui a provoqué les blessures.

Ould Cheikh a ajouté que les blessés  ont refusé l’exigence du service des urgences  , expliquant qu’ils sont des citoyens qui ont droit aux soins des soins,
Il a souligné que ce qui s’est passé leur donne l’impression, qu’ils ne sont pas des citoyens malgré la fierté des dirigeants de  l’État, à dire qu’ils  œuvrent pour l’application de la justice.

Le porte-parole a souligné ,la poursuite des manifestations, tant que  les déclarations les concernant , faites par le Premier ministre Ismail Ould Cheikh Sidia devant le parlement, il y a quelques jours, ne sont pas appliquées.

Ould Cheikh Sidya a indiqué que   tous les participants sont admis au concours de l’Ecole nationale d’administration et  ont obtenu une note  de 12/20 ou plus, et ne demandent que  la mise en œuvre des  déclarations du premier ministre.

 

 

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire