Les retraités de la SNIM continuent de demander justice et réparation

La Fondation SNIM consacre 900 millions MRO au développement de Tiris-ZemmourIl y a plus de 1000 ex travailleurs rétraités Snim, qui ont porté plainte contre cette entreprise,reclamant le complément de leurs indémnités de départ à la retraite,car,la Snim  ne leur avait payé  qu’une indémnité de licenciement,en lieu et place de l’indemnité de départ à la retraite.Ils reclament ainsi 40% de leurs droits évaporés sous le justificatif d’une fausse  interprétation  de l’article 31 de  la Convention Collective Generale du Travail (CCGT) ,.

Pourtant les autres sociétés nationales et étrangéres appliquent la bonne formule et leurs travailleurs bénéficient  d’une indemnité dite ,départ à la retraite, leur rapportant 60% de plus que pour les agents  la Snim.

En vertu de l’article 31 de  la Convention Collective Generale du Travail (CCGT) , le calcul de l’indemnité de départ à la retraite est clair.

Il reste que  la Snim, via ses services concernés a toujours interprété , en sa faveur cet article , biaisant ainsi le droit de ses travailleurs qui, pourtant l’ont servie depuis le  demarrage de ses travaux vers les années 1ç52 du siécle dernier .

Les retraités, face à cette  grotesque supercherie ont constitué un collectif  pour exiger réparation  judiciaire du préjudice subi  . leurs délégués ont passé (et continuent ) par toutes les voies légales  et règlementaires .

En 2014 déjà, alors qu’un protocole de non réconciliation a été signé par l’inspection régionale du travail,et que le dossier allait etre traité devant les instances  judiciaires,  le gouvernement d’alors intervenant, en faveur de la SNIM,qui vivaient des moments de gréve genéralisés et prolongés,  a bloqué le processus, en publiant   un arrêté du tribunal, apportant   une nouvelle lecture  de  l ‘article 31 de la CCGT .
La  surprise  d’entendre aujourd’hui, le ministre de la justice et les médias  parler d’améliorations dans le secteur de la justice, fait renaitre un nouvel espoir parmi , ces retraités.

.Ils estiment qu’il n’est que devoir des justiciables et gouvernants  de  rétablir la situation  de l’ensemble de ces  pauvres retraités, qui se sont usés, leur vie durant,  à  servir la Snim et à travers elle,  tout le pays.
A bon entendeur , salut!

CP/adrar.info avec Abdellahi Ould Ahmed  El Kory

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire