Des querelles entre Ould Baya et Ould Bellali entravent la session parlementaire

L’ouverture, il y’a quelques minutes ,  d’une séance publique au Parlement,  consacrée à la discussion du rapport du Premier ministre Ismail Ould Cheikh Sidia a été marquée par  des échanges verbaux entre le président du Parlement Cheikh Ould Baya et le député de Nouadhibou ,El Ghassem  Ould Bellali.

Le monologue entre les deux hommes a commencé  lorsque Ould Bellali  a pris la parole pour critiqué le  délai, trés court,selon lui, de  trois minutes accordées aux interventions de chaque député .
Le président de séance, Ould Baya lui  a répondu: « Est-ce que je vous ai permis de parler? »

Ould Bella rétoque : On ne peut  pas m empêcher de parler !!!

Et Ould Baya :  Jje ne vous ai pas empêché de parler.

Ould Bellali est revenu par des propos critiquant Ould Baya.

Ce dernier lui a signifié : il vaut mieux que vous dépassiez ce sujet.

Ce, à quoi  Ould Bellali a répondu: Que me menacez-vous? On  ne me menace pas!!!

Ould Baya  : Ya Akhi (Oh, mon Frère) , personne ne vous menace. Asseyez-vous et laissez ce sujet .

Ould Bellali : « Les voix dont vous avez besoin sont incomplètes. »

Ould Baya : quelles voix ? Que voulez-vous dire par ces mots?

Et le  président du Parlement, Cheikh Ould Baya , toisant le  député  Ould Bellali, : « Si vous avez un problème personnel avec Cheikh Ould Baya, n’en parlez  pas  ici.  , car l’Assemblée nationale n’est pas un endroit pour cela.  Je vous répondrai en d’autre lieu. »

Des députés  sont intervenus pour persuader Ould Bellali de s’exprimer sur l’ordre du jour de la session parlementaire .Ce dernier a insisté ,malgré tout, à signifier  son rejet de ce qu’il a qualifié de menaces par le Président du Parlement.

La chaîne TV parlementaire a interrompu,sa diffusion en direct , dés les premières  minutes de la  discussion verbale entre les deux hommes.

 

Source : https://www.alakhbar.info/?q=node/23001

Traduit par adrar.info

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire