La simple audace qui suffirait à distinguer l’ancien du nouveau régime

Ce peuple aspire plus que jamais à la transparence dans la gestion de ses richesses et à leur partage équitable. L’engouement et l’excitation chaque fois que se propage une rumeur quelconque se rapportant à la création d’une éventuelle commission d’enquête sur les malversations, témoignent de cette aspiration.

Quel que soit le bien-fondé ou non des rumeurs de ces derniers jours relatives à des démarches visant à traduire l’ex président devant la justice, elles démontrent au moins que des actions fortes et des initiatives sont attendues du nouveau Pouvoir.

Ceux qui ne sont point dupes, ni dupés, savent que ces démarches aboutiront difficilement.

Qui va les mener à bien, en effet ? Est-ce d’anciens partisans de l’ex président, ayant réussi leur mue en nouveaux repentis ? Ou est-ce de nouveaux partisans, anciens repentis qui s’en chargeront ? Autant dire la quadrature du cercle.

Quoi qu’il en soit, c’est la première fois depuis plusieurs décennies, qu’il est question de manière persistante à défaut d’être officielle, de faire comparaître de hauts responsables politiques du pays devant la justice pour répondre de leurs actes.

Cette simple audace suffirait à distinguer et séparer le nouveau régime de l’ancien et nous convaincre que l’avenir pourrait bien receler quelques surprises.

 

Ishaq Ahmed
Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire