Zouerate : Une entreprise chinoise va construire le barrage Ould Baya, au pied de la «Kedia D’Idjil»

Après l’échec d’un projet de barrage  construit par une entreprise locale et réparé par les Français, mais en vain, une entreprise chinoise spécialisée ,dans les grands travaux, a commencé la construction d’un barrage , pour retenir l’eau de pluie, au pied de la Kedia d’Idjil ,près de la ville de Zouerate, la région la plus septentrionale de la Mauritanie.

C’est Cheikh Ould Baya , l’actuel président de l’Assemblée nationale, qui s’est chargé ,avant de devenir maire de la ville de Zouerate, de suivre la construction du barrage précité et qu’il a continué  après être devenu maire.
Mais l’échec répété du projet et l’insistance de Ould Baya  pour sa mise en œuvre, ont incité les habitants de Zouerate à baptiser le projet :  « rêve personnel de Ould Baya  » , qui d’ailleurs  est resté attaché  lui même, à ce barrage ,après avoir quitté la municipalité et est devenu président du parlement mauritanien.

Les détails des coûts financiers de l’ancien barrage n’ont pas été annoncés et les sources contactées par  « Sahramédias  » ont refusé de révéler la taille de l’accord conclu avec la société chinoise pour construire un nouveau barrage dans la même zone, mais  ont seulement indiqué que son financement ne provient pas  du budget de l’Etat.

Le correspondant de  « Saharamdias » à Zouerate a cité des sources privées, disant que le barrage serait construit dans la région de « Dhleima » au pied   sud-ouest  de la Kédia, et son objectif est de piéger les pluies de mousson qui coulent du haut de la montagne vers sa pente.

La construction du barrage susmentionné, sera réalisée par la société chinoise (Sinuhydro), spécialisée dans la construction de barrages, qui appartient au géant chinois (Chinapower), qui se classe 14e au classement des grandes entreprises de travaux dans le monde, en termes de nombre d’entreprises et au sixième rang parmi les sociétés chinoises.

La même entreprise a déjà construit plusieurs projets en Mauritanie, dont le projet du port de Tanit , le port minier de la Société nationale pour l’industrie et les mines (SNIM) à Nouadhibou, en plus de l’aéroport international de Zouerate.

 

Source : https://www.saharamedias.net

Traduit par adrar.info

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire