Les instances internationales cherchent à donner au nouveau président algérien l’opportunité de diriger le Maghreb arabe ..!

Le journal français « Le Monde » avait prédit au début de la semaine dernière que l’Algérie, avec sa nouvelle direction, allait devenir une force diplomatique dans la région qui redonnerait au pays son éclat, après des années de marasme .

Dimanche, le nouveau président algérien Abdel Majid Taboun, le seul  Maghrebin , est apparu aux côtés des dirigeants de grands pays comme le président russe Vladimir Poutine, le turc Tayyip Recep Erdogan et la chancelière allemande Angela Merkel discutant avec eux des problèmes du dossier libyen.

L’Algérie est le seul pays du Maghreb à avoir participé aux travaux du sommet allemand « extraordinaire ».

Ont été exclus du sommet de Berlin, la Mauritanie, la Tunisie et le Maroc qui n’a pas caché sa  colère  et qui a  officiellement protesté contre cette exclusion.

Dès la fin du sommet, l’Algérie a révélé son intention d’engager un dialogue réunissant les parties au conflit libyen et a souligné que des pays régionaux tels que l’Égypte, la Turquie et des poles  internationaux comme la Russie et les États-Unis la soutiennent à cet égard.

Selon certains observateurs, l’Algérie cherche à réaliser son rêve de devenir le premier destinataire des affaires du Maghreb arabe.

À cette fin, l’Algérie ne ménagera aucun effort pour rassembler sur son sol les dirigeants de la crise libyenne et les exhortera à conclure un accord historique.

Source : https://www.anbaa.info/?p=54562

Traduit par adrar.info

 

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire