Forte critique dans la presse marocaine d’une journaliste qui a offensé les femmes sahraouies à « Dakhla »

Le Syndicat national de la presse marocaine a vivement critiqué l’article publié dans le journal « Al-Sabah » sous le titre « Dakhla .. filles , au-delà du rideau », par sa correspondante  dans  la ville de Dakhla, la journaliste Noura Al-Fawari.

Le Syndicat de la Presse Marocaine a indiqué qu’il a suivi avec inquiétude les répercussions de l’article, dont l’auteur n’a pas respecté l’éthique professionnelle,

Le communiqué publié dans la soirée du jeudi 16 janvier 2020 par le Syndicat national de la presse marocaine,dont copie est parvenue à « anbaa.Info  » ,indique que le contenu de l’article mentionné le rend peu fiable, en voici quelques  exemples :
Dans l’introduction , il est dit que «Tout est disponible à Dakhla, des «joints» aux «bols et cocaïne» et  que les « filles de Dakhla  » insistent sur le fait qu’il s’agit d’un style de vie libre et moderne « , selon l’auteur du reportage ».
Dans le dernier résumé,  l’auteur de l’article affirme, «Les filles Dakhla» aiment l’alcool, le sexe, l’argent , sont sexuellement libérées, et pratiquent avec l’homme comme avec la femme parce que l’important est l’extase pour elles. »

Dans le communiqué  du Syndicat, il est indiqué que si le «Syndicat national de la presse marocaine» défend la recherche et le journalisme d’investigation,  il affirme que ce genre de presse doit être soumis à des normes professionnelles et éthiques précises, impartiales et objectives.

Par conséquent, la généralisation mentionnée dans le dit article , qui parle de TOUTES  les « filles de Dakhla »,est fausse, car  offensante pour les femmes de cette ville, et vante  un stéréotype qui dégrade la dignité des femmes.

Un  principe rejeté par  tous les pactes d’éthique professionnelle, y compris la charte approuvée par le Conseil national de la presse, qui stipule dans sa dixième clause: «Les femmes ne doivent pas être présentées sous une forme discriminatoire ou dégradante de leur  dignité, ou  utilisées , en aucune façon, dans l’excitation bon marché.  »

Le communiqué  a ajouté: « Le Syndicat national de la presse marocaine dénonce toute violation de la dignité des citoyennes, dans les provinces du sud et à travers elles, les femmes marocaines, qui ont aujourd’hui désespérément besoin d’un service médiatique positif ,qui va au-delà du marketing et d’images stéréotypées .

Le syndicat rejette également ces traitements mensongers et non professionnels, qui vont du partiel au général, publié dans « Al-Sabah », dont le sujet a été traité de manière non professionnelle dominée par la généralisation et la discrimination et les termes inappropriés de dimension chauvine et raciste.

 

Source : https://www.anbaa.info/?p=54452

Traduit par adrar.info

 

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire