Ould Maham écrit: A propos de la « décennie » écoulée

Lors d’une réunion précédente, j’ai clairement indiqué que je portais la responsabilité politique, morale et juridique de mes positions dans tous les postes que j’ai  occupés ou rôles  accomplis  pendant cette période (ddécennie OUld Abdel Aziz) .

Je ne m’échappe pas de ses points négatifs , tout comme  je ne renonce pas à ma part de ses points positifs.

je ne suis pas du genre à sauter du navire ou à renoncer à ses compagnons ou à sacrifier  son collègue qui, qu’il  soit .

J’attire l’attention de  tous les amis au début, que nous ne menions pas une bataille entre la vérité et le mensonge, le bien et le mal   (  الحق والباطل,).
Au contraire, nous étions engagés dans un conflit social et politique légitime dans un espace et un niveau de démocratie et de liberté de choix acceptables entre les Mauritaniens musulmans, dont  « . Il en est parmi eux qui font du tort à eux-mêmes, d’autres qui se tiennent sur une voie moyenne, et d’autres avec la permission d’Allah devancent [tous les autres] par leurs bonnes actions »  ( منهم الظالم لنفسه ومنهم المقتصد ومنهم السابق بالخيرات بإذن الله. )

Et  partant, du fait que nous sommes des hommes politiques qui ont t leur appréciation des positions et leur diligence selon ce qui est disponible et possible, nous sommes sujets à des erreurs d’appréciation et de diligence.

Et si je prétends que nous avons réussi dans beaucoup de ce que nous avons engagé  et avons travaillé dur, pour   les intérêts de notre  pays , et les aspirations d’un peuple à qui nous devons tout  ,après Dieu .

Le président de la République, le frère Mohamed Ould Cheikh El-Ghazwani, en cela, s’inscrivait  dans cette loyauté envers le pays. Nous avons,ensemble, fait preuve de patience et d’approfondissement du silence, en plus des frères et sœurs de tous les lieux , qui ont servi leur pays avec sincérité, patience et dévouement.

Quant à moi personnellement, personne ne m’attend,  en tant que chef d’un parti au pouvoir ou en tant que porte-parole officiel d’un gouvernement et responsable de son image dans les médias et dans l’opinion publique,  comme étant l’organe qui va  critiquer le système  ou  publier  ses défauts , le cas échéant.  C’est  la tâche de l’opposition.

Dans quelle mesure , aujourd’hui, chacun de nous a réussi à remplir son rôle avec perfection et respect.  le  jugement  est là pour vous et pour l’histoire.

En ce qui concerne la corruption  et le pillage de biens publics, je suis prêt à rendre des comptes et volontiers à affronter n’importe quelle  enquête sous toutes ses formes.

Mes opposants et mes amis ont le droit de fournir toutes les informations à cet égard, avec preuve ou présomption, et ils sont responsables devant Dieu ,de ce qu’ils cachent ou ne divulguent pas .

Quant à la trahison et l’abandon de l’ami,allez savoir,  ,je vous en prie .

 

Source : http://zahraa.mr/node/22323

Traduit par adrar.info

 

 

 

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire