Deux heures avec un président en colère (Suite 1 ) : entretien exclusif avec l’ancien président Mohamed Ould Abdel Aziz

Après quelques jours (http://adrar-info.net/?p=59423  ), je suis retourné rencontrer le président pour lui permettre de lire  et corriger  son entretien que j’allais publier . Il arrangea quelques mots, en mettant les surnoms à leur place et en supprimant certaines des choses qu’il pensait ne pas être publiables.
Lors de notre  dernière rencontre , Aziz a appelé une personne qui lui a amené son petit-fils, car il semblait vouloir l’emmener avec lui, en brousse.Le petit  garçon se promenait dans le salon pour donner à l’endroit une sorte de vie et de sourire. Mais aussi, pour apaiser quelque  peu la colère de son grand-père. Lequel le cajole,  à chaque fois, que l’on évoque le nom de  son ancien compagnon (Ghazouani)..

Au cours de notre entretien, Aziz  a appelé quelqu’un par téléphone , je considère  qu’il parlait d’un  problème important.  Il a dit à son interlocuteur :  » Apportez-les,  pas de problème ».
Une heure plus tard, un travailleur rentre , portant deux robinets ou accessoires  de toilettes .  Aziz les a pris   et les a déposés , dans un coin non loin de lui.
Puis il a dit: « Ce modele à deux  têtes  est meilleur … prépares  ceci et apportes -en un autre. »  (J’ai compris  qu’il parle maintenant d’un accord portant sur onze mille ouguiyas  comme  salaire du travailleur).

Passé cette parenthése, je lui ‘ai dit : A quoi servent ces choses là ? Il m’ a répondu : pour arroser le jardin…

Il a également attiré mon attention sur le fait qu’il garde  encore, en souvenir,peut etre, dans sa chambre,  la balle qui l’a blessée à Tweila ..

Le pain de sucre de l’invocation acceptée (porte bonheur )

Je suis sorti fumer  une cigarette  dans la cabine des gardes.  Un grand pain de sucre posé là,a  attiré mon attention.  J’ai demandé au garde,qu’est ce que c’est ? Il m’a répondu que c’est  « Le pain de sucre de l’invocation acceptée (الدعاء المستجاب  )  » , un cadeau  offert par un homme à Aziz et que le meme homme a  offert des pains de sucre identiques  aussi, à Ghazouani et à  cheikh Deddew .

J’ai dit : En  avez-vous informé  Aziz?  Il a répondu : Oui, mais il nous a ordonné de le laisser ici et de ne pas le faire entrer dans les chambres  …

Ce plus gros pain  de  sucre de son genre, est resté donc  hors de la maison , comme si « l’invocation acceptée », refuse  de se ranger  prés  d’Aziz ,cette fois .. J’en ai tiré conclusion, que Aziz  n’attache pas d’importance à  ces choses mystiques.

Peut-être voulez-vous dire mon voisin?
Aziz m’ a raconté que lorsqu’il  qu’il était le chef d’état-major particulier , il sortait , unjour, de chez lui,quand  il vit qu ‘ un journaliste l’attendait  .. Ce dernier  a sorti un  papier de sa poche et lui a lu un texte me qualifiant -dit-il-  avec de bonnes mœurs,de  l’honneur et de la générosité .. Aziz dit qu’il l’a interrompu en disant: Peut-être voulez-vous dire mon voisin?

Car , moi  je ne porte  aucune de ces  descriptions que tu a citées ..

Aziz a évoqué cette anecdote pour insinuer l’opportunisme  de certains professionnels de la presse … Il n’a pas mentionné, bien sûr, le nom du journaliste en question.

Remarque: Lorsqu’il parle  de ses propos privés avec certaines personnes, il dit  toujours :« j’en ai les preuves ». L’ancien président enregistrait-il ,donc toutes ses conversations privées?!

Je lui ai posé des questions concernant  sa conférence de presse et pourquoi il a parlé un langage  que seuls certains Mauritaniens comprennent?

Il a répondu : Je voulais d’abord parler aux médias  locaux , parce que je voulais envoyer un message aux Mauritaniens et je devais dire des mots que les Mauritaniens comprennent. Il est naturel pour moi de parler avec aisance en Hassaniya parce que je le maîtrise plus que les autres langues locales.L’important pour moi était de parler aux citoyens mauritaniens et pas aux autres

Je sais dit-il, qu’il  y a eu des fuites, comme quoi ,par cela, je cherche à déstabiliser la sécurité, alors que c’est moi qui l’ai établie , cette sécurité ,en ce que,  j’étais présent dans les moindres ddétails de sa mise en œuvre, , au point quelque fois, de risquer ma vie ,pour être proche de tous les événements ..

J’ai parlé aux Mauritaniens et je leur ai fait comprendre que je suis  toujours aussi soucieux de leur sécurité et de leur stabilité …

Les rumeurs disent que ma relation avec les Emirats Arabes Unis peut être financière ou autre.
La vérité est que nous étions dans une alliance stratégique qui nous est  venue  et que nous n’avons pas cherchée. Ce qui signifie que j’ai toujours considéré le Qatar comme un danger pour le monde,Il a détruit les pays arabes.
Et parce que j’étais au courant de L’importance des États du Golfe et nos relations avec eux, Je suis conscient également que la rupture des relations avec le Qatar les obligera à soutenir,  J’ai attendu donc  qu’ils rompent les relations  avec cet Etat.
Si j’étais un suiviste  des dirigeants arabes , j’aurai  coupé  les relations  avec l’Iran quand l’Arabie saoudite l’a fait…
Vous ne savez peut-être pas que l’émir du Qatar a été surpris, lorsque je lui ai dit ,que j’allais  rompre les relations avec Israël. Alors ;il a sauté de son fauteuil, en disant: le gel des relations serait  suffisant!!
Et quand j’ai demandé au président Aziz: avait-il l’intention de rester au pouvoir? Est-il vrai que ses camarades militaires l’ont forcé à l’abandonner? Sa réponse a été très nette:
C’est moi qui ai arrêté tous les dirigeants en 2005 et lorsqu’ils sont entrés dans la salle,  le défunt Ely Ould Mohamed Fall  que Dieu lui fasse miséricorde, a commencé à parler: que la solution se trouve dans la constitution que nous avons.
J’ai dit à l’époque au colonel Mohamed (signifiant Ghazouani) qui était assis à côté de moi (il pointait son doigt en direction  du palais): Qu’est-ce que c’est? De quelle constitution parle-t-il? La constitution nous l’avons volontairement  suspendue jusqu’à l’élection d’un nouveau président.
Je me souviens que l’ambassadeur américain m’a dit: on m’a informé que vous( comité militaire) étiez d’accord .  Je lui ai répondu  en colère: non, nous ne sommes  pas d’accord.
C’est  alors, que j’ai alors appelé le conseiller juridique de l’époque,  et je lui ai dit: Comment parlez  d’une solution constitutionnelle, avant les élections  d’un nouveau président?!
 Mon insistance à ce que soit engagé  le processus électoral ,a été déterminante, dans ce qui s’est passé, par la suite.
.
Quiconque se rappelle de mon entrevue avec la Voix  de l’ Amerique se rendra compte que mes déclarations  ont été à la base de  la feuille de route qui a été mise en œuvre.
De là , vous comprendrez que je n’ai jamais cherché autre chose qu’une voie constitutionnelle et juridique, car nous sommes fatigués de ce que nous connu par le  passé.
Après cela, pendant le règne de Sidioca, j’assistais un soi, à   dîner avec un chef historique de l’opposition, chez un parent .   Il s’est adressé à moi en disant:
Pourquoi ne commettez-vous pas un coup d’État contre l’homme? Personnellement, je ne vous demande rien  et  ne vous demanderai rien, mais je veux seulement  une vraie conduite pour ce pays ,  un  changement est nécessaire.
Je lui ai répondu que : Non,  je ne le ferai pas.
 il a, alors,  dit: on m’a informé qu’il (Sidioca)  va vous limoger . Je lui ai répondu: que cela soit !!…
Quand la prophétie de l’homme m’a été confirmée, je suis entré dans le bureau du  président Sidi Ould Cheikh Abdallahi et avec moi, était  ce général Mohamed Ould Al-Ghazouani (indiquant la direction du  sud où se trouve le palais)
j’ai dit à Sidi : Vous êtes le chef de l’État, agissez comme vous le souhaitez, mais laissez tranquille  l’armée et gardez-la hors de la politique. Nous sommes en guerre constante contre le terrorisme et nous travaillons à renforcer l’armée.
Je lui ai rappelé que deux semaines, avant cet entretien, nous avions, dans ce cadre, limogé  un officier supérieur, après une inspection , qui avait prouvé qu’il avait dilapidé  de l’argent. Sidi  a dit: Mais je voulais juste comprendre certaines  choses.
Puis Sidi , s’est tourné vers le général Mohamed , comme pour chercher  un sauveur, et a dit: Que voyez-vous? .. Ghazouani  lui a répondu qu’il partage  ce que j’ ai dit  ..
A ce niveau , je lui ai rappelé  que la France faisait pression, alors comment s’est-il  débarrassé de sa pression?
Il a répondu: la France, vénérée par les Africains, n’a à aucun moment affecté mes décisions.
Lorsque j’ai  rencontré le président Macron peu de temps après, à Bamako, en présence des chefs d’Etats , des ministres de la défense et des chefs des états majors des cinq États du Sahel, ainsi que des représentants d’organisations internationales. Il semblait vouloir engager une action militaire, Je suis le seul à m’être opposé à lui, en lui disant: Avez-vous des informations concernant les lieux des  terroristes?
Il a répondu par la négative , sur la base des informations fournies par son chef de cabinet.
Je lui ai alors, dit: vous ne pouvez donc pas atteindre les terroristes, en raison du manque de préparation des armées.  Je lui ai signifié  que  cela est dû, en grande partie, au fait que les donateurs n’ont pas respecté leurs obligations, en su  d’autres problèmes…
Quand j’ai intervenu,aux Nations Unies, j’ ai assuré l’assistance,  de ma volonté de ne pas engager mon pays dans une intervention improvisée. Le moins qu’on puisse en dire,  est que ce serait  une  guerre bizarre .
  Ma ferme conviction,  en effet,réside en  la séparation entre deux choses differentes : D’une part, La confrontation avec  des mouvements politiques qui ont leurs revendications et d’autre part, la confrontation avec  des groupes terroristes qui tuent et enlèvent des otages.

Nos relations avec la France au cours de la décennie, ont connu le pic de leur prospérité,dans le respect de notre souveraineté  en tant que pays arabo-musulman.
Dans ce contexte, je me souviens qu’au cours du mois sacré du Ramadan, j’étais le seul à parler à l’Elysée en langue arabe, parmi les 27 dirigeants ,qui intervenaient  et parmi eux, se trouvaient pourtant, des dirigeants arabes, musulmans et européens.,

Mais comment votre relation avec votre compagnon de longue date,  est-elle devenue ce qu’elle est maintenant?

A suivre….

Si Taqadoumy ne publie pas, entretemps,  l’interview en français

 

Source : https://taqadoumy.net/?p=25038

Traduit par adrar.info

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire