Brahim Salem Bouleiba : Notre monnaie , notre fierté !!!

Photo de profil de Brahim Salem Bouleiba, L’image contient peut-être : une personne ou plus et lunettesLa décision prise en  1972 par  la Mauritanie de sortir de la Zone franc, ,n’a jamais été remise en cause, par les régimes qui ont succédé a la tète du , après le Président Moktar ould Daddah Paix a son âme
La semaine du 23-26 novembre 1972 et celle qui l’a précédée, tout le peuple mauritanien et son administration sont occupés par la préparation de la première visite en Mauritanie de sa majesté Faycal Roi D’Arabie Saoudite,pays central dans le monde arabe et le monde musulman.

Tout a été fait pour qu’il soit reçu dignement. Le Président Moktar a tenu à ce que l’accueil , le dîner et la soirée culturelle reflètent toute la diversité culturelle de ce pays musulman.

Il parait que le roi a été très impressionné et qu’il a dit a Moktar  » excusez moi et pardon car on nous a toujours désinformé sur votre pays,mais ce sera réparé et je demanderai a tous les chefs d’état du golfe de vous rendre visite car ils ont eux aussi été désinformés comme nous. »

Le Président avait-il averti le roi des mesures qu’il allait prendre:révision des accords avec la France, création d’une monnaie nationale, nationalisation de la Miferma.

Je ne sais pas Mais je sais que les pays du golfe  ont beaucoup soutenu quand nous  avons décidé ces reformes.

La décision de battre notre propre monnaie n’a pas plu a nos frères ,  voisins et la France.

Hier, 21 décembre 2019,  je regardais à la télévision ,  les Présidents Macron et Ouattara acter la mort du Franc CFA,prés de 48 ans après notre décision.

Je sais que tous les mauritaniens n’ont jamais regretté une monnaie qui leur permis  prospérité et indépendance et témoigné  la souveraineté de nos prises de  décisions économiques.

Combien  avons nous entendu, pendant plusieurs années : »les mauritaniens ne tiendront qu’une année ou deux et seront obligés de retourner a la Zone franc ».

Merci à tous nos Présidents de nous avoir épargné cette humiliation..

 

Brahim Salem Bouleiba

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire