Abdel Kader Ould Mohamed : En finir avec le Parti ( pris) de l’État ..

La poursuite des travaux du congrès suspendu du Parti soi-disant dirigeant dit « UPR » renvoie à une hideuse image du déjà vu .
On ne le dira jamais assez , cette image qui reflète le calamiteux échec d’une classe politique façonnée par l’hypocrisie du paraitre doit, impérativement, disparaître ..
Il faut se rendre à l »évidence et avoir , dans l’intérêt du pays , le courage politique de reconnaître les graves erreurs du passé et d’en tirer toutes les leçons qui s’imposent pour l’avenir .
A mon avis. la plus importante leçon consiste à favoriser l’émergence des partis politiques dans des conditions de transparence ce qui suppose, outre une saine compétition au sein de la société civile, la rupture radicale et definitive avec l’idée bien ancrée dans les mentalités , du Parti État ,
Il faut , surtout en finir rapidement , même au prix de législatives anticipées , avec ce Parti « pris « de l’État qui correspond , qu »on le veille ou non , à une fausse conception du rôle des partis politiques dans un État de Droit …
Dans ce sens , un Etat qui se respecte peut et doit être en mesure de jouer son rôle d’arbitre ente tous les acteurs de la vie poltique. nationale et d’être, par conséquent , attentif à toutes les voix des citoyens souvent occultées par le carnaval du Parit ( pris ) de l’État …

Abdel Kader Ould Mohamed
Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire