Ould Abdel Aziz: La raison de mon ingérence est ma peur pour l’avenir de la démocratie dans le pays (vidéo)

الرئيس الموريتاني السابق ولد عبد العزيز خلال المؤتمر الصحفي ليل الجمعة في منزله بنواكشوط (الأخبار)L’ancien président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz a souligné que la raison de son ingérence  et de son retour dans le pays est la crainte pour l’avenir de la démocratie, soulignant que son objectif dans la pratique politique n’est pas de revenir au pouvoir mais plutôt de consolider la pratique démocratique.

Ould Abdel Aziz ,lors d’une conférence de presse tenue jeudi-vendredi soir à son domicile de la capitale, Nouakchott, après que plusieurs hôtels aient  refusé d’abriter la dite  conférence de presse a déclaré que l’immixtion du pouvoir exécutif    dans les affaires de l’Union pour la République (UPR) est inconstitutionnelle,illégale et  immorale.

Ould Abdel Aziz, a critiqué le fait que   le ministre du Pétrole, de l’Énergie et des Mines , Mohamed Ould Abdel Fattah, préside la  réunion du comité de pilotage du parti Union pour la République (UPR) , affirmant que le Secrétaire général n’est pas membre du comité du tout , pour  qu’il le préside,en lieu et place de son vrai président Seyidna Aly Ould Mohamed khouna.

Ould Abdel Aziz a également déclaré  etre  surpris qu’on dise qu’il a provoqué une crise , après avoir présidé une réunion du comité du parti dont il est l’un des  fondateurs et dont il détient la carte d’adhésion  numéro (ooo1) un.

Ould Abdel Aziz a estimé que la réunion des députés pour légiférer la référence du parti au président mauritanien, Mohamed Ould El-Ghazouani, est illégale et ne relève pas de leurs prérogatives , notant que les maires  et les délégués au congrès les ont suivis, en ce sens.

Ould Abdel Aziz a également été surpris que le chef du bloc du parti UPR,  au Parlement , ait donné des instructions  aux délégués du congrès et  aux membres du comité de pilotage , alors  qu’ils sont  les plus hautes instances  du parti.

Concernant les options qui s’offrent à lui, Ould Abdel Aziz a déclaré que le chef du parti (Seyidna Aly ) et son adjoint  (Boidiel Ould Houmeid) considèrent que ce qui s’est passé est illégal.

Et que c’est  le pouvoir exécutif qui  l’a fait,  à travers l’intervention de certains ministres , hauts  responsables et même le Premier ministre  chargé de restructurer le parti.

 » Nous n’allons pas porter  les armes pour modifier ce qui s’est passé au sein du parti, mais nous dénonçons  tout de  même , son ‘illégalité  » a-t-il ajouté.

.Ould Abdel Aziz a déclaré que le président actuel  auquel on a  accordé la tutelle et autorité  du parti UPR, n’est pas, à l’origine, affilié à ce parti , et qu’il ne s’est pas présenté  à la présidence, en son nom,.

Ould Abdel Aziz  s’étonne  de ceux  qui utilisent le prétexte , selon lequel  le parti  est le parti de l’État, affirmant que même les États dictatoriaux ont  honte de lancer de tels slogans.
Ould Abdel Aziz s’est interrogé : « Même si nous supposons qu’il s’agit du parti de  l’État , cela signifie-t-il que le candidat à la  présidence  Sidi Mohamed Ould Bouboucar  ou Biram Dah Abeid,  deviendrait  référence du parti UPR, s’il avait gagné les élections ? »

Image de prévisualisation YouTube

Source : https://www.alakhbar.info/?q=node/22111

Traduit par adrar.info

 

 

 

 

 

 

 

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire