Aziz de A à Z (2)/par Mohamed Chighali

A cette époque, Boydiel Ould Houmeid, cadre du Pacte national pour la démocratie et le développement (Adil) est à la présidence. Il occupe les fonctions de Ministre-secrétaire général. On raconte,  qu’ « agacé » par la présence encombrante du Général « passe-partout pour tout », il    intime  l’ordre à Aziz de   ne plus accéder   aux bureaux de la présidence sans motif valable. Aziz se sent humilié. Il est furieux et hors de lui. Le feu est mis aux poudres. Quelqu’un qui a  souhaité garder l’anonymat  est allé jusqu’à expliquer que l’incident survenu entre Boydiel et Ould Abdel Aziz n’était en fait  qu’une manœuvre de diversion opérée pour donner l’occasion à Aziz de se révolter et de passer « aux actes ». Pour  ce responsable à cette époque,  rien ne pouvait justifier un tel comportement de Boydiel vis-à-vis d’Aziz.  La déclaration de guerre de Boydiel est donc l’occasion qu’Ould Abdel Aziz attendait impatiemment pour déclencher la minuterie. Il ordonne  à ses troupes du « Basep civil » de donner l’assaut. Cette période coïncidait  avec une situation nationale difficile caractérisée par la violence du terrorisme dans notre pays. Le 24 décembre 2007, veille de Noël quatre touristes français sont froidement assassinés  aux environs d d’Aleg à moins de 60 kilomètres de  Lemden la ville natale de Sidi Ould Cheikh Abdallahi. Le 26 décembre, deux jours plus tard, trois soldats mauritaniens sont tués dans la base militaire d’Al-Ghallaouia, située à l’extrême Nord-est du pays. L’attaque est revendiquée par la Brigade d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (BAQMI), ex GSPC algérien. Le 1er février 2008, le « V.I.P », une boite de nuit très fréquentée par les expatriés, collée à l’ambassade d’Israël est prise pour cible. Six individus ouvrent le feu sur les lieux, blessant une Française et deux Franco-mauritaniens. L’attaque est aussi revendiquée par Al-Qaïda au Maghreb.

Cette période coïncidait aussi avec une situation internationale difficile caractérisée  par la hausse des prix du  blé, du riz et  du pétrole. Toutes ces difficultés  sont  utilisées par les activistes politiques d’Aziz comme  prétexte pour manipuler les populations et provoquer des émeutes. Ces émeutes engendrent  un décès par balle tué lors des manifestations pour contrecarrer la hausse du prix du pain. L’opposition manipulée  organise  une révolte populaire à Nouakchott pour faire croire  à l’opinion publique nationale et internationale que la situation en Mauritanie est grave. Alors, le général assoiffé de pouvoir opère  dans la clandestinité politique avec quelques officiers qui tirent profit de sa popularité et il se fait épauler par quelques « lieutenants politiques très proches» pour provoquer  la rébellion d’un groupe d’élus, de députés et  de sénateurs issus des élections de 2006. Ce groupe est composé pour sa majorité d’indépendants qui avaient  été autorisés  par la junte militaire à  entrer dans la bataille électorale de 2006. Aziz, on s’en souvient, était l’acteur principal  et le  pivot central de cet élargissement de  ces indépendants aux élections. L’opposition, qui  avait bien compris le but de la manœuvre et le pourquoi de la décision des militaires, avait pourtant dénoncé cette ingérence  qui était destinée à mettre en place une cellule logistique politicienne au service des militaires qui refusent de s’éloigner de la vie politique du pays.

Un plan minutieux

Ould Abdel Aziz donc humilié par Boydiel  mobilise les réservistes qu’il avait soutenus financièrement durant la campagne électorale de 2006. Ces élus, députés et sénateurs omnidirectionnels  acceptent de venir en renfort à  leur « point focal » des services militaires dans la mise en scène organisée  afin de déstabiliser le pouvoir de Sidi Ould Cheikh Abdallahi et baliser le chemin pour le « come back » du général comme président.

Ce retour d’Aziz pour prendre cette fois les rênes du pouvoir était prévu par un plan minutieusement étudié. C’est ce que dira plus tard  Messaoud Ould Boulkheir,  à l’époque président de l’Assemblée Nationale au cours de son audition par la Commission des Affaires étrangères de l’Assemblée Nationale Française le mardi 4 novembre 2008. Messaoud Ould Boulkheir avait dit  à cette époque que  « depuis le coup d’État de 2005, le général Abdelaziz avait en tête d’occuper lui-même le poste de Président et de ne  pas le concéder à un militaire ou à un civil ». Cette déclaration de l’Ancien Président de l’Assemblée Nationale avait été faite en présence d’Assane Soumaré,  Yahya Ould Kebd, Sidi Mohamed Ould Amajar, Abdoulaye Diagana, Abdoullah Ould El Mounir, Oumar Ould Dede et Sidi Mohamed Ould Dhaker qui étaient tous présents à l’audition de Messaoud Ould Boulkheir par la Commission des Affaires Etrangères de l’Assemblée Nationale Française à Paris.

La guerre déclenchée par Boydiel Ould Houmeid en s’attaquant au Général Aziz fraichement promu et au sommet de sa gloire et la riposte de ce dernier avaient provoqué des échanges de tirs « politiques » qui ont entrainé des dégâts énormes sur la situation intérieure. La classe politique s’était vite divisée. Le gouvernement d’Ould El Waghf est frappé de plein fouet par les attaques des politiciens « armés » par les militaires. Aziz et quelques officiers qu’il avait manipulés ont mis partout des barrages  et des bâtons dans les roues du Président et de son premier ministre. Cette  situation politique invivable allait faire prendre par Sidi Ould Cheikh la  décision qui  allait déclencher  une crise d’une extrême gravité.

Dans la nuit du 5 au 6 aout 2008 et  dans le plus grand secret, Sidi Ould Cheikh Abdallahi signe un décret  mettant fin à l’autorité du Général Mohamed Ould Abdel Aziz sur le BASEP et relevant de leurs fonctions les chefs  des trois états-majors. Un observateur analyste politique proche du pouvoir de Sidi avait  indexé Boydiel comme étant l’élément qui avait convaincu  in «consciemment» Sidi Ould Cheikh Abdallahi de signer un décret qui sera celui de son arrêt de « mort » présidentiel.

La diffusion du décret par les organes officiels de presse tôt dans la matinée de mercredi 6 août  prend de court le  général qui pourtant avait toujours l’oreille tendue pour écouter  tout  ce qui  se « murmure » dans les couloirs du Palais. Apprenant la nouvelle, Mohamed Ould Abdel Aziz est fou de rage parce qu’il avait  été humilié dans les couloirs du palais et le voilà maintenant humilié sur la scène nationale et internationale. Il ordonne à ses hommes de  boucler l’accès du palais, se rend à la présidence,  s’enferme avec le président dans son bureau et  engage une négociation  pour essayer de faire revenir le vieil homme sur sa décision. Pris  en otage,   séquestré au palais occupé par des éléments du Basep,  armés jusqu’aux dents et très fidèles au Général Aziz,  le président  refuse catégoriquement de se plier aux  exigences de l’homme qu’il avait démis de ses fonctions. Sidi  est menacé mais malgré tout  il reste inflexible.

Le « Jour le plus long »

La crise est grave. Rien ne filtre de ce qui passe à l’intérieur  du Palais où deux hommes,  qui n’ont plus rien  à se dire  ont  aussi  tout à se dire.  D’un côté, un président démocratiquement élu au pouvoir depuis 15 mois qui commençait à donner de l’espoir aux citoyens de ce pays qui l’ont élu,  de l’autre,  un Général de division qui a créé  et qui commande le  BASEP, – une unité spéciale  transformée en  bataillon – une espèce d’état-major indépendant, autonome  qui ne relève plus  de la  hiérarchie et  de l’autorité   du Chef d’Etat-major des forces armées  nationales. En somme un « TOM » Territoire Outre Militaire  indépendant. Tous les regards sont rivés vers le palais présidentiel où se déroule  ce qui sera par la suite le drame politique qui   écorchera  en profondeur  la crédibilité démocratique dont le pays avait commencé à donner un gage. Les regards des chefs d’Etat du Monde,  ceux des plus hauts responsables des organisations internationales, des bailleurs de fonds, des investisseurs et ceux des responsables des composantes de la société civile sont tournés vers la Mauritanie.

 

Le temps presse. Le Général Ould Abdel Aziz n’arrive pas à dissuader le président de revenir sur sa décision. Les Chefs des Etats-majors de l’armée, de la gendarmerie, de la garde tous relevés de leurs fonctions dans la matinée par le même décret sont sur le qui-vive. Les ambassades et chancelleries diplomatiques  accréditées en Mauritanie n’ont aucune nouvelle du Chef de l’Etat élu démocratiquement et sont très inquiets.  L’atmosphère est lourde et elle  peut être très lourde de conséquences. Le  Président n’est plus joignable, sa femme non plus. Les hauts gradés,  commandant les états-majors des forces armées militaires, de la Gendarmerie Nationale et de la garde  commencent à donner des signes d’impatience et d’énervement parce qu’ils ne savent pas ce que trame l’imprévisible homme fort du BASEP, un officier pas très apprécié de ses collègues,  arrogant, autoritaire, capable de tout.  Les citoyens  craignent le pire, c’est-à-dire un énième coup d’état militaire et prient Dieu  pour préserver la paix. Les Nations-Unis et l’Union africaine s’interrogent.  Les chefs d’Etat des pays voisins et amis n’arrivent pas à joindre le président ni  sur sa ligne rouge ni sur sa ligne directe sécurisée. Tous sont accrochés à leurs téléphones et attendent de leurs ambassades ou chancelleries des nouvelles. Abdoulaye Wade acculé par les chefs religieux de la ville Sainte de Kaolack veut avoir des nouvelles du talibé de Cheikh Baye Niass.

 

Face à face décisif

Aziz est conscient que rien ne va plus pour lui. Il  vient de se jeter en solo et  à ses risques dans un piège  et ce piège est entrain de se refermer sur lui. Devant cette situation, il doit prendre une décision. Il est midi à Nouakchott, ce jour là il faisait chaud et le thermomètre affichait 33 degrés à l’ombre. L’esprit du Général est  surchauffé par l’obstination  du Chef de l’Etat. Tous les  états-majors sont en alerte rouge  et de niveau 5 à cause de cette situation inédite. Plus le temps passait  et plus  les esprits des officiers supérieurs se surchauffaient. Aziz n’a devant lui désormais que deux alternatives. Soit il se résigne et accepte la mise en application du décret qui le limoge,  soit alors il écarte  le président démocratiquement élu et il prend le pouvoir de force. Dans le premier  cas, s’il se résigne et il accepte la décision prise par le président,  il n’est pas censé ignorer  ce qui l’attend. Il sera poursuivi  pour séquestration  du Chef de l’Etat dans l’exercice de ses fonctions, ce qui est assimilé à une rébellion militaire  doublée d’une  tentative de coup d’état. Ce sera donc la cour martiale  et les conséquences seront catastrophiques pour lui. Dans le second cas,  il fonce les yeux bandés et prend le pouvoir. Dans ce cas il lui faut  ce qui lui manque, c’est-à-dire la bénédiction et le soutien  des hauts gradés des trois Etats-majors  qui peuvent aussi refuser de prendre part à son « aventure ambigüe ». Sans cette bénédiction  sa prise de pouvoir inopinée risque de faire fiasco et  provoquer  une intervention militaire  des autres corps de l’armée s’ils décidaient donc de rester fidèles au président démocratiquement élu. En tant que militaire,  il sait aussi  que cela prendra le temps que cela prendra, mais si les officiers ne l’accompagnent pas dans son aventure, ils vont  les déloger  lui et ses éléments du BASEP  par la force. Il sait enfin  qu’en cas d’attaque ses hommes retranchés ne pourront pas  résister très longtemps. Le Général prend aussi en compte un autre élément non moins important. Il sait qu’une intervention  militaire  va provoquer un carnage et un  bain de sang dans les rangs de ses troupes composées de jeunes inexpérimentés mais aussi dans les rangs des loyalistes. Enfin et il en mesure les conséquences, il sait parfaitement que cette bataille si elle avait lieu  allait  exposer  le président démocratiquement élu et les membres de la famille à des risques qui peuvent être de conséquences extrêmement  graves sur le plan national et international.

 

Aziz est isolé. Et de la manière dont les choses se sont déroulées cette journée du 06 aout,  il avait sans se rendre compte provoqué une rupture de confiance entre lui et les  officiers supérieurs qui ne lui ont jamais pardonné d’avoir profité de ses responsabilités de chargé de la sécurité présidentielle pour s’éloigner d’eux petit-à-petit et  pour faire ce qu’il voulait. En effet, Mohamed Ould Abdel Aziz avait créé   et armé jusqu’ aux dents un  bataillon de forces spéciales portant son label et il avait  abusé de son pouvoir et des privilèges qui lui étaient accordés pour écarter  de son chemin les supérieurs des forces armées qui devaient avoir un regard sur ses activités. Cette indépendance lui a permis de  tailler le BASEP militairement  sur sa mesure et financièrement à sa convenance.

 

Coup de force

Quand donc Ould Abdel Aziz a compris qu’il n’obtenait rien du président et que ce dernier refusait catégoriquement de revenir sur sa décision, il a opté pour la seconde solution. Celle de se débarrasser de celui qui venait de le limoger par décret. A partir de ce moment tout se passe très vite. Ould Abdel Aziz confisque les téléphones de Sidi Ould Cheikh Abdallahi pour l’empêcher d’avoir accès à un moyen de communication des supérieurs militaires, et il le place en résidence surveillée. Il neutralise Khatou son épouse en lui arrachant aussi ses téléphones et en l’empêchant de quitter les lieux.

Il fait arrêter le premier ministre Yahya Ould El Waghf et   le Ministre de l’intérieur puis il  déploie ses hommes devant la radio et la télévision. Alors  il commence un bricolage politico-militaire incroyable et inimaginable pour faire accepter aux officiers supérieurs, à l’opinion publique nationale et internationale la tournure des événements. Il veut créer un conseil militaire dans la précipitation.

Mais pour créer ce conseil et asseoir une légitimité militaire à son action,  il a besoin du soutien  d’officiers crédibles représentatifs et d’un poids. Sa côte de popularité au sein des états-majors est très basse, il est  impopulaire à cause de son arrogance et son autorité dictatoriale. Il ne peut donc  frapper à la  porte d’aucun officier  pour faire accepter sa prise de pouvoir pour son compte personnel. Il se voit  obligé de faire recours à son ami de longue date le Général Mohamed  Ould Cheikh El Ghazouani.

 

Le Général Ould El Ghazouani est un officier  très crédible, respectable et respecté par tous les officiers supérieurs, descendant d’une confrérie religieuse Soufie de la ville Boumdeid où se côtoient en bonne harmonie les marabouts et les commerçants est à cette date le chef d’état-major de l’Armée. Aziz a besoin du poids du Général Ould El Ghazouani et de son influence sur les officiers pour servir de  locomotive pour tracter les officiers qui, pour rien au monde n’étaient prêts à suivre Ould Abdel Aziz parce qu’ils avaient tous compris qu’il venait de mettre tout un pays dans un embarras sécuritaire et politique pour son propre  intérêt.  Mais aussi surtout  parce que la réputation de ce  général  au sein de la grande muette n’était pas très bonne et  même  entachée par des petits scandales à répétitions.

Le Général Ould El Ghazouani un homme très prudent,  très respecté et très écouté par tous les officiers supérieurs de l’ensemble des  corps mais aussi par  les hommes de troupes, veut bien voler  au secours de son ami pour rembourser la vieille dette  celle de son élévation au grade de général obtenue grâce à son ami de l’école militaire royale de Meknès mais à des conditions. Que le changement soit soutenu par la classe politique. Aziz se retourne vers ses  « bérets rouges politiciens » déjà en grogne.

 

Les  25 députés et de 23 sénateurs qui avaient jeté l’éponge  et divorcé avec le Pacte national pour la démocratie et le développement (PNDD)  deux jours auparavant sont mobilisés par le puissant fournisseur d’armes politiques de longue portée  Sidi Mohamed Ould Maham. Le porte-parole des députés déclare contre toute attente que le président Sidi Ould Cheikh Abdallahi est décrié à cause de la mise en place d’un « pouvoir personnel ». Le président est présenté comme un homme qui avait « déçu » les espoirs des Mauritaniens et dont la dérive menaçait l’Unité de la Mauritanie.

Les « supplétifs » de la coalition avec les officiers militaires  débarquent –comme ceux de « Normandie »  en 1944 sur une  ligne de front où personne ne les attendaient en tous cas pas les diplomates. Ils soutiennent que ce sont eux qui exigent que les militaires sauvent le pays au « bord du gouffre ».

Avant la fin de la journée une coalition se met en place regroupant des officiers militaires  convaincus par Ould El Ghazouani et des élus civils basculés  dans le camp des militaires par  le puissant « fabriquant de Chef d’Etat de toutes pièces » Sidi Mohamed Ould Maham. En moins de deux heures une stature présidentielle pour Mohamed Ould Abdel Aziz est inventée et il  prend le pouvoir de manière si inattendue, si risquée  et tellement bâclée qu’elle mérite  d’être inscrite dans le Guinness, le  livre des records. Limogé à 8 heures par un décret du Chef de l’Etat dont il avait à charge la sécurité et la protection rapprochée,   Ould Abdel Aziz transforme la mise en application  de la décision en  un coup d’état sous le coup de l’énervement.

Une coalition bricolée regroupant des militaires récupérés sur un contingent oubliés dans la « réserve militaire» et des politiciens civils qui ont été achetés  aux enchères publiques politiques durant les élections de 2006 est mise en place.

En fin de journée donc, la nouvelle tombe. Pour des raisons d’Etat et pour sauver le pays d’un danger imminent, un Haut Conseil d’Etat a été mis en place et il est présidé par Mohamed Ould Abdel Aziz. La mise en place de ce conseil va plonger la Mauritanie dans la plus grave crise politique de son histoire.

 

.

Le débarquement des alliés

Ce que beaucoup de gens ne savent pas c’est que c’est Ould El Ghazouani qui a été le grand gagnant dans cette « guerre des tranchées  qui n’a duré que quelques heures et à laquelle ont pris part, les « supplétifs » de Ould Maham le puissant politicien de la majorité au pouvoir mais aussi des députés de la majorité « habillés en treillis » qui marquaient le pas au  rythme Mohsen Ould El El Hadj sénateur de Rosso et président de la chambre haute du parlement. Les chefs de tribus et les notables en voie d’extinction « espèce de bases arrières politiques » corrompus jusqu’aux os soutiennent le changement.   Ould El Ghazouani le poids lourd des forces armées et de sécurité, et ceux qui seront plus tard « les généraux de la nouvelle génération des officiers » donnent la coloration à ce mouvement « civilo-militaire », véritable complot manigancé au plus haut niveau.

 

Ce soir là comme si rien ne s’était passé la vie a repris normalement. La Radio et la Télévision ont continué d’émettre. Sidi Ould Cheikh Abdallahi, sa femme, son premier Ministre et son Ministre de l’intérieur ont dormi, arrêtés ou en résidence surveillée. Boydiel a été laissé en liberté.  Ould Abdel Aziz et Tekbir ont passé leur première nuit de noces présidentielles au palais, une nuit qui a duré 11 ans.

Le jeudi 7 aout 2008, les mauritaniens se sont réveillés surpris. Ely Ould Mohamed Vall l’ancien Président du Comité Militaire pour la Justice et la Démocratie (Rahmetou Allahi Aleihi) avait pris le Capuccino le plus amer de sa vie et il était entré dans une fureur de laquelle il n’est pas sorti  jusqu’à sa mort le 5 mai 2017.  Depuis ce 06 aout 2008,  Ahmed Daddah, Jemil Mansour, Mohamed Ould Maouloud, Cheikh Sid’Ahmed Ould Babamine, Messaoud Ould Boulkheir,  Kane Hamidou Baba, Biram Ould Dah Ould Abeid, Sarr Ibrahima et d’autres militants  pour le progrès démocratique et pour la justice se sont jetés dans une  bataille qui devenait  de jour en jour, et de plus en plus, une véritable fournaise. Ils n’ont pas cédé un pouce du territoire qu’ils ont occupé dans leur lutte et se sont battus sans armes mais sans relâche jusqu’au 22 juin 2019,  onze ans durant  pour essayer  libérer le pays des griffes de celui qui –pour eux- aura été le plus grand dictateur politique, économique et financier de l’histoire de ce pays habitué aux rebondissements spectaculaires.

Le jeudi 7 aout 2008, tous les diplomates accrédités en Mauritanie ont repris leur travail  déçus par le comportement d’un homme que leurs services de renseignements décrivaient déjà comme une dirigeant à risque élevé  susceptible de  « s’allier au diable » pour ses intérêts. Le 7 août aussi,  les  citoyens ont vaqué à leurs occupations disant que ce qui venait  de se passer était du déjà vu.

Le mercredi 06 aout 2008, le jour le plus long de l’histoire de notre  pays a duré onze années d’un pouvoir totalitaire, plein de rebondissements judicaires, politiques, économiques et financiers plus surprenants les uns que les autres. Aux premières heures de la matinée du 03 aout 2019, l’ancien président,  un homme paradoxal et très controversé, qui a été le plus  puissant, le plus populaire et le plus chanté de tous les présidents qui se sont succédé à la tête de ce pays  depuis 1960 est arrivé à l’aéroport pour embarquer à destination de la Turquie. C’était pour la première fois depuis onze ans qu’il vient  à l’aéroport sans escorte officielle et  sans protocole. Il avait donc  le temps cette fois de regarder plus attentivement cet aéroport moderne qu’il a fait construire dans des conditions rocambolesques avec un financement réuni au moyen d’une « collecte de fonds artisanale » qui a couté très cher aux finances de la SNIM, mais aussi un aéroport qui est et qui  restera l’une des plus grandes réalisations accomplies par cet homme durant ces deux mandats. Son arrivée est discrète et tout le contraire de ses autres arrivées  pour accueillir de très nombreux chefs d’état de  pays arabes et africains qu’il avait fait venir par un courage politique et diplomatique qui ont  rehaussé sa cote de popularité diplomatique ces trois dernières années. Ce matin là, loin des fanfares et objectifs de caméras, il est arrivé à l’aéroport  masqué d’un  turban blanc. Un turban qui rappelle à tous égards celui que porte toujours sur lui Hussein Habré l’ancien président tchadien.

 

Ces deux hommes ont comme quelque chose en commun. Hussein Habré a massacré son peuple faisant 40.000 victimes et a  commis un crime contre l’humanité, Ould Abdel Aziz a massacré l’économie  de son pays laissant à son actif plus de 40.000 problèmes plus compliqués les uns que les autres et qui  font de lui l’auteur d’un crime économique sans précédent qui a frappé de plein fouet les « pauvres »  dont il était le président. L’un,  Hussein Habré,  a quitté son pays avec ses « malles » bourrées de devises pour vivre reclus au Sénégal dans une somptueuse villa qu’il a achetée avec l’argent des contribuables de son pays. L’autre,  Ould Abdel Aziz va quitter son pays aussi avec des « malles » bourrés -parait-il- de biens mal acquis et il s’envolera  pour la Turquie où selon certaines sources il a acheté une somptueuse villa au bord du Bosphore avec de l’argent appartenant à des  mauritaniens qui peinent sous le poids de la dette et de la misère.  L’un,  Hussein Habré, a été jugé plus de vingt ans après son renversement par le tribunal pénal international   et condamné à perpétuité pour crimes contre l’humanité, l’autre sera peut être jugé  un jour par les tribunaux de son pays pour crimes économiques aggravés.

Quand l’avion de société nationale affrété -selon des informations non confirmées- pour la bagatelle de 78.000.000 d’ouguiyas transportant l’ancien chef de l’état, les membres de sa famille et ses malles pleines du « mal acquis »  a quitté la piste, Mohamed Ould Abdel Aziz assis du côté des hublots à jeté un dernier regard sur la Capitale Nouakchott une ville surdimensionnée et toute en lumière. Il était satisfait du travail qu’il a accompli pour donner à cette ville un visage de capitale moderne avec ses larges avenues et ses milliers de lampadaires qui ont couté une fortune à la SOMELEC société qu’il a laissée derrière lui en faillite et cessation de paiement. Son regard est resté longtemps figé sur le palais présidentiel au loin, reconnaissable à ses lumières vives et phosphorescentes et à ses hauts palmiers importés du Maroc pays dont sa tribu est originaire. Il regrettait en ce moment déjà d’avoir quitté ce palais qui a fait de lui 11 ans durant l’homme le plus puissant et le plus applaudi de la Mauritanie. Un palais d’où il a chassé  du pouvoir deux présidents élus démocratiquement et où il a régné sans partage de 2008 à 2019  instaurant une gabegie financière, politique et antidémocratique unique dans les annales de l’histoire du continent.

Quand cet aube du 03 aout 2019,  l’avion de la Compagnie nationale, – un des appareils de la flotte moderne qu’il a laissée en héritage à son pays,  s’est retrouvé à la verticale de Oumtounsi, le champ de bataille où le lieutenant Patrick de Mac Mahon a été tué par la résistance affiliée à Mrabih Rabou Ould Cheikh Melainine  le 18 août 1932 et dont l’aéroport international de Nouakchott  porte le nom, les diplomates des chancelleries occidentales et ceux de l’ambassade des Etats-Unis ont poussé un ouf de soulagement considérant qu’enfin une page de l’histoire de notre pays a été tournée. Quand deux heures plus tard les mauritaniens politiciens et simples citoyens se sont réveillés, ils se sont réveillés encore une fois divisés. Divisés entre ceux, pour qui  aussi une page de l’histoire de la Mauritanie venait d’être  tournée et ceux qui considèrent que cette  histoire va continuer de s’écrire sur la même page.

 

Mohamed Chighali

Journaliste indépendant

Le calame

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire