Ahmed Yedaly : Demander pardon, est-ce un signe de faiblesse ?

 Résultat de recherche d'images pour "demander pardon"Chaque fois qu’il est question de cohabitation, ou d’unité nationale, nous buttons sur la difficulté à trouver une piste commune qui conduirait vers la résolution de ces deux problèmes, qui minent et menacent notre existence en tant que Nation.

A un moment donné, nous avions tous cru qu’on pouvait compter sur le sens de la justice de ceux qui nous gouvernent, pour proposer des solutions au passif humanitaire, aux déportations, aux déséquilibres sociaux. En vain. Bien au contraire, plus on avance dans le temps et plus le silence des autorités devient une confirmation, de plus, de leur implication directe dans les faits incriminés.
C’est pourquoi, à défaut d’une solution politique qu’auraient pu imposer le droit et les partis d’opposition, une approche citoyenne pourrait être initiée par de simples citoyens, comme vous et moi, qui avons besoin de vivre en paix, en harmonie, les uns avec les autres, si tant est que LA VIE ait encore un sens profond, pour nous tous. Une telle approche ne peut avoir comme base, comme essence, comme moyen que le pardon.
Mais qui doit pardonner quoi et à qui, me diriez-vous ? Si l’on remonte le temps, on se rend compte que la plus grande FAUTE à pardonner est bien celle d’avoir envahi des territoires entiers, d’avoir soumis, ou chasser, leurs habitants de toujours, en piétinant ce qu’ils avaient de plus précieux : leur liberté, leurs cultures, leur histoire, leur civilisation. Cette faute-là a un auteur, précis, historiquement bien connu : la communauté Arabo-berbère. Aurions-nous, les Arabo-berbères d’aujourd’hui, le courage, la volonté et l’humilité nécessaires pour demander pardon à toutes les autres communautés ethniques du pays ? L’accepteront-elles, dans son intégralité, en couvrant toutes les conséquences de cette invasion, y compris les plus récentes ?
La réponse à ces questions, nous édifiera probablement sur le niveau de sacrifice que les uns et les autres sont prêts à consentir pour VIVRE ENSEMBLE, sous un même et nouveau ciel. L’enjeu vaut-il les « sacrifices » ?

 

Ahmed Yedaly
Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire