Comment la Mauritanie a-t-elle réussi à empêcher les attaques terroristes?


Comment la Mauritanie a-t-elle réussi à empêcher les attaques terroristes?

Le Sahel tire des enseignements de la manière dont la Mauritanie a empêché les attaques au cours des huit dernières années.

Depuis le 20 décembre 2011, aucune attaque terroriste n’a été enregistrée sur le sol mauritanien. Ce jour-là, un gendarme  , Ely Ould Mokhtar, a été enlevé à Adel Bagrou, à la frontière avec le Mali, par des hommes armés soupçonnés d’appartenir à Al-Qaïda. Maghreb Islamique (AQMI).

Qu’est-ce qui a permis à la Mauritanie d’échapper aux attaques croissantes au Sahel au cours des huit dernières années? Est-ce l’efficacité de ses mesures de sécurité et militaires? Ou le résultat d’un prétendu « pacte de non-agression » avec AQMI révélé par des documents  saisis dans le refuge d’Oussama ben Laden à Abbottabad, au Pakistan, par des forces spéciales américaines?

La première cellule djihadiste en Mauritanie a été démantelée en avril 2005. La première attaque sur le sol mauritanien a eu lieu peu après, le 4 juin 2005, lorsque le Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC) a attaqué une caserne de l’armée à Lemgheity, dans le nord du pays. , proche des frontières algérienne et malienne. Officiellement, 15 soldats mauritaniens et neuf attaquants sont morts  .

Neuf autres incidents ont suivi entre 2007 et 2011. Les événements les plus médiatisés ont été enregistrés en décembre 2007, lorsque quatre touristes français ont été assassinés à Aleg. Des cibles militaires ont été attaquées à El Ghallawiya, tuant quatre soldats. En septembre 2008, une attaque à Tourine a tué 12 soldats. En février 2011, les forces de sécurité ont déjoué une double attaque contre le ministère de la Défense et l’ambassade de France. Deux véhicules, chargés chacun de 1,5 tonne d’explosifs, ont été neutralisés à l’entrée de Nouakchott.

Comment la Mauritanie a-t-elle réussi à empêcher les attaques terroristes?

En réponse à ces menaces, la Mauritanie a adopté une approche multidimensionnelle combinant des mesures préventives et répressives. Ceci prend en compte les facteurs qui alimentent directement ou indirectement le terrorisme (par exemple, les causes de la radicalisation, le trafic de drogue et d’armes). Le pays s’est inspiré de la politique de concorde civile de l’Algérie entre 1999 et 2006, qui a encouragé les islamistes à renoncer au terrorisme et à se réinsérer dans la société.

En janvier 2010, une commission a été créée pour élaborer une stratégie  nationale de lutte contre le terrorisme . En juillet 2010, une loi  antiterroriste plus sévère a été adoptée et la doctrine d’utilisation des forces armées a été rendue plus offensive pour s’adapter à la nouvelle situation de sécurité asymétrique. Les forces de défense et de sécurité étaient mieux équipées et entraînées (par exemple, achat d’armes, de véhicules et d’avions) et leurs conditions de vie étaient améliorées (par exemple, primes et soins substantiels pour les familles endeuillées).

Sur le terrain, des unités du désert légères, mobiles, flexibles, armées et entraînées au combat – les groupes spéciaux d’intervention – ont été créées pour surveiller les zones frontalières. En 2008, le nord du pays a été déclaré zone militaire. Tout mouvement de personnes et de véhicules nécessitait un document d’identité, ce qui permettait d’identifier et de fouiller tout convoi de véhicules pénétrant dans cette zone.

La réponse mauritanienne repose également sur une approche idéologique visant à souligner la « tradition de tolérance » de l’Islam, à réconcilier les citoyens avec la religion et à discréditer les terroristes aux yeux de la population en démantelant ses revendications idéologiques. Un recensement des Mahadras (écoles coraniques) a également été effectué pour surveiller leurs activités.La réponse de la Mauritanie inclut une approche idéologique qui met en évidence la « tradition de tolérance » de l’Islam

Des érudits et des imams éminents sont utilisés dans les prisons pour parler aux détenus. Ils ont réussi à convaincre la plupart d’entre eux de renoncer aux idées extrémistes et de se repentir. Ils ont également mené des campagnes de sensibilisation pour encourager le soutien et la collaboration du public avec les forces armées engagées dans la lutte contre l’extrémisme.

L’État a également encouragé le recrutement de centaines d’élèves d’écoles coraniques dans le secteur public afin d’empêcher qu’ils ne soient exposés à la propagande extrémiste. De nouvelles villes ont été créées dans des zones reculées telles que Nbeiket Lahwach, Termessa, Bouratt et Chami (voir la carte) qui auraient été utilisées par des terroristes comme des refuges. L’objectif était de regrouper les habitants dispersés sur un vaste territoire et de leur fournir le minimum de services de base: eau et électricité, écoles, centres de santé, routes et connexion au réseau de téléphonie mobile.

L’approche mauritanienne, qui associe une riposte militaire et sécuritaire renforcée à une approche politique et de développement, a contribué au répit dont bénéficie le pays depuis huit ans. Ces mesures seront-elles suffisantes pour protéger la Mauritanie du terrorisme dans une région confrontée à une spirale de violence sans précédent?Compte tenu de son emplacement dans la région du Sahel, la Mauritanie n’est pas totalement à l’abri de l’extrémisme violent

Certains journalistes et analystes estiment que la solution  réside dans un accord tacite entre les autorités mauritaniennes et les djihadistes  . Ils disent que la clé de cet prétendu accord officieux est qu’AQMI s’abstienne d’attaquer la Mauritanie et que le gouvernement mauritanien n’attaque pas ses positions. Les responsables mauritaniens ont toujours nié  l’existence d’un tel pacte. Ils disent que le pays est capable de se protéger grâce à la capacité de ses forces de sécurité et aux réponses efficaces qui en découlent.

Dans tous les cas, la «recette» mauritanienne fournit des enseignements pouvant être adaptés à la dynamique et au contexte locaux d’autres pays. Compte tenu de sa situation géographique dans la région du Sahel, où le terrorisme constitue une menace permanente, la Mauritanie ne peut se considérer totalement à l’abri de la tendance expansionniste des extrémistes violents. Il doit continuer à consolider ses capacités, partager son expérience et contribuer à la stabilisation de la région.

© issafrica

mauritanietoday.com

Via chezvlane
Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire