Le marabout et le phacochère. Par Pr ELY Mustapha

Le marabout et le phacochère. Par Pr ELY MustaphaPr ELY Mustapha – Un phacochère dominait tout seul une clairière.
Ses ébats dans la boue résonnaient jusque sa lisière.
Des hyènes de la clairière l’avaient pris pour parti,
Et ce boueux phacochère nullement, ne s’en surprit.

Lui qui boutait le derrière, par ses défenses aiguisées,
Tout prétendant à la clairière qui voulait la dominer.
Une fléchette, pourtant, il reçut… dans le bide, en dessous.
Et pour, en paix, la retirer, appela son ami le marabout.

Le marabout, hantant la clairière et compagnon d’épopée,
Lui tint la mare et ses arrières, sans son temps compter.

Fléchette retirée et maudissant son chasseur,
Il se remit dans la boue et davantage s’y vautra.
Les hyènes, du parti pris, proposèrent, avec chaleur,
Un troisième mandat, pour qu’en la boue, il restât.

Face au petit peuple de la clairière, qui larmoie,
Ecoutant les hyènes et non point ses sujets des bois,
Il décida de partir et au marabout, les clefs il confia
Pourvu que les hyènes, de sa mare, en gardiens, y soient.

Le marabout, devenant maitre de la clairière,
Le phacochère, s’en est donc allé faire la fiesta.
Laissant le marabout lui tenir la place entière,
Il s’embourba dans des mares d’autres bois.

Ayant écumé les mares à mille lieux,
Il revint réclamer, sa mare à boue.
Mais les hyènes n’avaient plus d’yeux
Et d’égards que pour leur marabout.

Privé de boue et risée des hyènes,
Sur son marabout, il déversa sa haine.

La morale de cette fable de mare à boue :

A un échassier des marais, sera confié,
Et par un porcin sauvage, gouverné,
Tout peuple des bois ne se résignant pas
A chasser des fourrés, ses hyènes aux abois.

Pr ELY Mustapha

via cridem

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire