Repenser la cohabitation en élargissant la coalition

Image result for carte  mauritanie"Née dans le feu et la fièvre des élections Présidentielles, que l’on croyait porteuses de renouveau, la « Coalition Vivre Ensemble » a fait renaître un espoir, pour galvaniser la lutte pour la démocratie, mais elle à, aussi, par ricochet, élargi le fossé qui sépare nos communautés nationales. Le dire, en son temps, aurait, délibérément, été interprété comme un acte Bidhane, pour « casser » l’enthousiasme et l’élan de solidarité entre certaines composantes négro-africaines.

Mais ne pas le dire, du tout, est aussi, dans une certaine mesure, encourager les divisions et les méfiances interethniques. Alors, disons-le, aujourd’hui, au moment où cette coalition subit, de plein fouet, le sort que l’histoire des luttes pour la démocratie, réserve à toute union « politique » construite sur des bases uniquement communautaires, ou tribales.

N’en rions pas, cependant. Profitons-en, plutôt, pour faire du « sommeil » qui gagne certaines forces politiques, une occasion de repenser l’unité, la cohabitation, et la cohésion sociale, afin d’en faire un radeau de survie pour sauver le pays, et non une simple somme de slogans, désuets, vides et destructeurs, qui servent, au mieux, à accélérer la marche en arrière que nous entamons, inexorablement, depuis bien longtemps.

La paix sociale, le bon vivre ensemble, qui n’exclut personne, sont des objectifs nobles et salvateurs, mais qui ne viendront jamais d’eux-mêmes et que personne, ni aucun pouvoir, ne nous offrira.

La Mauritanie, de Likwar et d’Elbidhanes, est toujours là, silencieuse, parfois latente, qui nous en veut de l’avoir lâchement abandonnée à cette non-Mauritanie que les régimes usurpateurs, nous imposent, pour nous dominer et nous détruire.

La fièvre des élections Présidentielles, et de celles qui les ont précédées, est momentanément jugulée, grâce à la sage « quinine » du Président Ghazouani, qui privilégie l’acupuncture aux remèdes efficaces, modernes, dont le pays a besoin. Avec la fin de l’hivernage l’effet des moustiques va baisser, mais leur « venin » ne disparaîtra pas de notre organisme.

Notre sort est plus que jamais entre nos mains. Cessons de les utiliser pour applaudir ceux qui nous divisent et nous détruisent. Faisons de la Mauritanie, de son unité, à reconstruire, de son développement, les seuls objectifs qui méritent notre combat.

Ya khouti, cessons d’être les complices silencieuses de notre lente mais certaine destruction. Mélangeons-nous, invitons-nous, les uns les autres, rigolons ensemble, faisons jouer nos enfants ensemble, retrouvons nous, de nouveau. Vous verrez que tout le monde y gagnera, sauf ceux qui se nourrissent de nos divisions.

Ahmed Limdessem
Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire