Les voleurs d’âmes. Essai sur la vampirisation des Finances publiques. Par Pr ELY Mustapha

Les voleurs d’âmes. Essai sur la vampirisation des Finances publiques. Par Pr ELY MustaphaPr ELY Mustapha – Les finances publiques, étant à la croisée de plusieurs disciplines (droit, économie, finance, politique, sociologie, psychologie etc.), n’ont jamais bénéficié d’une approche qui les lierait non pas à l’élaboration ou à l’exécution d’une règle de droit ou au développement de faits économique, politique ou social par exemple, mais qui les rattacherait plutôt à la vie de l’individu, à son existence temporelle même, c’est-à-dire à son être.

La vision développée par les disciplines des finances publiques, s’intéresse principalement à « l’avoir », et ne perçoivent « l’être » que comme un contribuable, un consommateur, un producteur, en somme un agent économique, au sens formel du terme ; soit une personne ou une entité ayant une part active dans la vie économique.

La nouvelle approche que nous préconisons, vise à centrer les finances publiques, notamment celles des entités publiques (Etat, collectivités publiques, établissements publics), non pas sur « l’avoir » mais sur « l’être » pour montrer que la matérialité même des finances publiques, que représente cet avoir, soit les deniers publics, est en fait fictive et que cet avoir n’est rien d’autres que des âmes confisquées à travers la confiscation de la vie des individus, agents économiques.

L’aune d’évaluation et de mesure des finances publiques, ne sera plus l’unité monétaire mais l’unité de vie. Cette dernière n’est que traduite en unités monétaires et prélevée d’autorité.

Cette approche des finances publiques les place dans une autre sphère d’analyse qui va accentuer leur dimension humaine et faire apparaitre davantage (et de façon dramatique) comment leur gestion relève de la gestion des âmes humaines, bien plus que du simple maniement de deniers.

Et donc, conséquemment, la mauvaise gestion des finances publiques (détournement de biens publics, concussion, malversation, corruption etc.) constitue non seulement un acte répréhensible et sanctionnable financièrement, mais davantage un acte qui porte atteinte à la vie des personnes.

Ainsi un détournement de deniers publics n’est en fait rien d’autre que le détournement de tranches de vie et donc une confiscation du souffle de vie, de l’âme du contribuable.

Cette relation entre la contribution aux ressources publiques et la vie du contribuable porte la gestion des finances publiques à un niveau de répression bien plus élevé que celui du droit financier, celui du droit pénal et non pas ses dispositions répressives du maniement des deniers publics mais plus encore, celles réprimant les crimes de sang, les séquestrations et tous les actes portant atteinte de façon directe ou indirectes à la vie des personnes.

La liaison deniers publics/vies humaines, démontre que toute infraction au maniement des deniers publics est une vampirisation du contribuable.

La liaison deniers publics/vies humaines est une relation à mettre en évidence pour placer les finances publiques dans une vision bien plus explicative de leur véritable nature et des sanctions qui doivent être appliquées au maniement frauduleux des deniers publics.

En somme, passer d’une explication basée sur la matérialité vers une explication basée sur la temporalité. D’une appréciation des deniers publics, unités monétaires ou de comptes, vers une appréciation des deniers publics en « unités de vie » d’êtres humains.

Toute comme dans la théorie de la relativité le temps et l’espace ne faisant qu’un, dans cette approche des finances publiques, la matière et le temps ne font qu’un : l’argent public, matériel, n’est qu’une somme de vies, immatérielles.

Cet essai est tout porté vers cette démonstration

Deniers publics/vie humaine

Prenons l’exemple d’un individu, employé, qui reçoit un salaire mensuel de 300 unités monétaires (soit 3600 Unités monétaires par an). Si cet individu doit payer, annuellement, au titre de l’Impôt sur le Revenu (IR) 10% de son salaire annuel. Cela signifie qu’il versera à l’Etat chaque année, 360 Unités monétaires – [(300 x 12 mois) x 10/100].

Du point de vue de l’approche classique des finances publiques, ces 360 Unités monétaires, sont la contribution fiscale au titre d’un impôt direct (IR). Elles sont enregistrées au titre des recettes fiscales de l’Etat et entrent dans le budget général, comme un flux financier, une masse monétaire, qui sera traduite budgétairement en recettes ordinaires et affectée à des dépenses ordinaires conformément aux dispositions de la loi organique du budget, pour les procédures de forme (élaboration/autorisation) et pour leur exécution (budgétaire et comptable) conformément à la loi sur la comptabilité publique et les lois sur la gestion et le contrôle des finances publiques.

Le plus important c’est que le montant prélevé va se fondre avec tous les autres prélèvements, obéir aux principes budgétaires et couvrir les charges de l’Etat. Ce montant n’est donc perçu que comme une recette, une valeur monétaire, plus ordinairement : de l’argent public.

Cette vision purement fiduciaire (ou scripturale) du prélèvement fiscal qui deviendra en aval une dépense publique, cache la véritable réalité de ce prélèvement et lui enlève une dimension beaucoup plus importante, qui n’est pas immédiatement perceptible, à savoir que ce prélèvement c’est de la vie.

En effet, les 360 unités monétaires prélevées peuvent être converties en mois et en jours de travail. Ainsi cet employé (payé 300 unités monétaires/mois à titre de salaire, donc 10 Unités monétaires /jour), versera donc à l’Etat 36 jours de travail par an !

C’est comme si ce travailleur a « versé » à l’Etat 36 jours de sa propre vie au titre de paiement de l’impôt.

Si l’on extrapole ce raisonnement à tous les impôts payés, directs (sur revenus et bénéfices de personnes physiques et de personnes morales) et indirects (TVA, droits multiples et divers, de la consommation à la production, aux successions….aux valeurs immobilières et mobilières … au capital etc.) versés par les individus à l’Etat, aux collectivités locales, aux établissement publics divers (établissements administratif/Industriel et commercial) et que l’on convertisse la valeur monétaire (unités monétaires) en valeur de vie (temps de vie), on peut, sans possibilité de contradiction, dire que les ressources publiques ne sont pas constituées de deniers publics mais de tranches de vie. Elles sont un prélèvement sur le souffle de l’individu, une ponction sur sa vie, une privation sa liberté et une mise en incarcération.

La projection d’une telle approche des finances publiques sur le plan des droits humains, sur les libertés et même sur l’esclavage, la détention…etc. est immense. Elle permet avant tout de comprendre que les ressources de l’Etat ne sont en fait que du temps confisqué sur des vies humaines.

La vampirisation des finances publiques

Si, cependant, l’Etat prélève l’impôt, c’est en principe pour l’utiliser au profit de la collectivité. Ainsi on pourra dire que l’individu cède une tranche de sa vie pour permettre de vivre sa vie en bénéficiant de soins (santé publique), d’éducation (écoles, universités…) de sécurité (police, justice, armée) etc. fournis par l’Etat.

L’individu serait donc un être qui consent à aliéner une tranche de sa vie en contrepartie d’une vie meilleure, d’un bien-être social.

Sachant, cependant, que le paiement de l’impôt n’est pas laissé au libre arbitre du contribuable mais est obligatoire et prélevé par voie d’autorité, on comprend donc que la tranche de vie versée à l’Etat est en fait ôtée et non pas consentie. Il y a là une forme de violence légitimée par les lois, qui fait que l’Etat vampirise ses sujets, comme toute créature de l’ombre qui volerait l’âme humaine.

Cette vampirisation serait cependant nécessaire, s’il ne devait s’agir que d’une saignée qui permettrait à ceux qui la subissent de gagner en bien-être…. En somme si les deniers publics, tranches de vies, devaient être gérés dans l’intérêt de ceux qui les ont fournis c’est-à-dire « prendre » une tranche de vie, chez chacun, pour que soit meilleure la vie de tous.

Hélas, les deniers publics ne sont pas toujours utilisés dans cet objectif. Ainsi, s’ils sont détournés et mal utilisés, le gestionnaire public peut alors être considéré comme un vampire, un voleur d’âmes. Car, comme démontré plus haut, chaque unité monétaire constitutive des ressources publiques est un souffle de vie. Et les vampires volent l’âme de leurs proies.

Si l’on convertit les ressources budgétaires d’un budget donné de l’Etat pour une année, en temps de vie, on pourrait parler en années de vies au lieu d’unités monétaires. Ainsi si un budget d’un ministère est de 10 milliards d’unités monétaires, par exemple, il peut équivaloir (si on rapporte ces unités monétaires au temps de travail pour les gagner), à un budget d’années de vie cédées par un nombre déterminés d’individus, contribuables.

Lorsqu’un ministère utilise les crédits de son budget, pour effectuer une dépense et aussi paradoxal que cela puisse être, il paye en années de vies ! Il prélève sur des temps de vies, sur une part de l’existence d’êtres vivants. Rapporté au budget général de l’Etat et des autres entités publiques, cela peut équivaloir à des vies de populations et de générations entières.

Ainsi donc, lorsque le gestionnaire d’un ministère détourne le budget ou qu’il l’utilise de façon frauduleuse (concussion/malversation etc.), il vampirise les individus, à travers les finances publiques.

La corruption et la fraude sont autant d’actes de vampirisation, qui aspirent les ressources publiques et donc la vie des citoyens.

La prise en compte de cette vampirisation, explique que dans certains pays, comme la Chine les infractions au maniement des deniers publics peuvent être punies de peine de mort. La peine de mort, comme on le sait, est généralement prononcée envers les auteurs de crimes de sang (meurtres avec ou sans préméditation), c’est-à-dire une peine qui vise à ôter la vie à celui qui a ôté la vie à autrui. C’est la loi du Talion.

Sans prendre le modèle chinois pour exemple, c’est cependant en tous points la traduction de la logique que nous avons montrée qui est appliquée. Un gestionnaire public qui détourne les deniers publics a commis exactement le même acte qu’un meurtrier, il a volé des vies. Il est, tout autant que le meurtrier, un voleur d’âme.

Cet essai d’une approche nouvelle des finances publiques, visant à présenter les finances publiques non plus comme des masses financières, mais comme des sommes de vies, un agrégat de tranches de vies cédées péniblement par l’effort et par le renoncement à la liberté, jette la lumière sur ce que sont véritablement les finances publiques et pourquoi leur détournement et leur utilisation frauduleuse constituent un crime qui n’est pas seulement financier mais touche la vie humaine elle-même. Un vol de vies, un vol d’âmes.

Le moindre des apports de cette approche des finances publiques, au-delà des solutions, notamment juridiques et judiciaires qui peuvent être préconisées, est qu’elle permet, au moins à ce modeste niveau d’analyse et au vu de ce qui précède, d’entrevoir un certain visage de ceux qui nous gouvernent.

Pr ELY Mustapha

Cet article est un extrait de l’introduction à mon livre en parution : « FINANCES PUBLIQUES : Les voleurs d’âme – Essai sur la vampirisation des deniers publics. »

via cridem
Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire