MCM/EPSA : Une alliance contre les emplois Mauritaniens

MCM/EPSA : Une alliance contre les emplois MauritaniensSidiya Oumar – La Société des Mines de Cuivre d’Akjoujt (MCM) a été prise récemment en flagrant délit de violation de la loi du travail avec des étrangers travaillant sans permis de travail au niveau de sa Mine, pour le compte d’EPSA, une société espagnole sous-traitante.

La MCM se débat depuis lors, afin d’obtenir des permis de travail au profit des foreurs étrangers d’EPSA qui est interdite de tout permis de travail pour une durée de cinq ans du fait de l’infraction qu’elle a commise en faisant travailler des étrangers sans permis de travail.

Cette interdiction a d’ailleurs été notifiée à MCM le 22 octobre (voir le constat de l’infraction et l’interdiction ci-dessous).

L’insistance de MCM en vue de trouver des permis de travail pour des foreurs étrangers alors qu’elle se prépare à licencier les foreurs mauritaniens à la pelle amène à ses poser des questions légitimes : Quelles sont les relations de MCM avec cette société espagnole ?

Pourquoi MCM tient-elle à obtenir des permis de travail pour une société qui ne dépend pas d’elle et qui a violé la loi du travail en Mauritanie ? Pourquoi, le responsable des relations extérieures de MCM intervient au nom de son directeur général afin d’obtenir des permis de travail pour une société sous-traitante avec laquelle il n’a pas, en principe, de relations?

Pourquoi accepte-t-il le sale boulot qui consiste à s’attaquer aux intérêts de ses compatriotes ? Quelle est la nature des liens de ce responsable des relations extérieures de MCM avec cette société espagnole?

Cette situation est en train de provoquer un mouvement social dont les initiateurs s’apprêtent à dénoncer les agissements de MCM. En fait, les foreurs mauritaniens dénoncent avec force ces pratiques de MCM qui s’apprêtent à licencier les Mauritaniens tout en demandant aux Autorités Nationales des permis de travail pour des étrangers travaillant pour un sous-traitant de MCM pour des compétences disponibles dans la liste des nationaux en voie de licenciement par MCM.

Il y a dans cette attitude de MCM deux paradoxes majeurs. Le premier, est que MCM veut licencier des Mauritaniens au nom de la réduction des coûts alors qu’il y a lieu de se demander pourquoi elle ne commence pas, par les étrangers travaillant dans sa mine et dont certains lui coûtent 40.000 dollars par mois ?

Deuxièmement, pourquoi MCM défend avec force son plan de licenciement et déploie en même temps, toute son énergie, pour obtenir des permis de travail pour des foreurs étrangers qu’elle fait entrer sous la casquette d’un sous-traitant? Ceci constitue dans tous les cas, une flagrante violation du principe de la mauritanisation des emplois et qui n’a d’autre explication, que le parti pris de MCM en faveur des étrangers d’EPSA au détriment des nationaux, expérimentés et compétents, dans ce qui s’apparente à une alliance contre les intérêts de la Mauritanie.

Il s’agit d’un état de fait par lequel MCM devient en réalité complice du travail illégal d’étrangers sans permis de travail sur sa mine. Le collectif des travailleurs mauritaniens en voie de licenciement s’apprête à déposer une plainte contre MCM pour violation de la loi du travail et pour sa préférence avouée pour les travailleurs étrangers au détriment des Mauritaniens ayant les mêmes compétences.

Via cridem
Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire