Quelle perspectives pour la Force Conjointe des pays du G5 Sahel (FC-G5S)? Par Colonel (R) Mohamed Lemine Taleb Jeddou

Le comité de défense et de sécurité du G5 Sahel renouvelle son engagement contre le terrorisme Ayant vu le jour au forceps en 2017, la FC-G5S qui avait suscité un enthousiasme débordant à ses débuts, semble être restée au stade de gestation. En fait, dès sa conception, avec les divergences internes de ses membres, l’absence de concepts operationnels, un financement qui tarde à venir et le refus de l’octroi d’un mandat international par la communauté internationale, la FC-G5S portait déjà en elle des insuffisances congénitales qui se revéleront fatales à son évolution, auxquelles vont venir s’ajouter d’autres facteurs exogènes qui risqueront d’accélérer sa descente aux enfers.

En effet, dès le début, les divergences internes des membres de la force étaient manifestes quand aux choix stratégiques à adopter pour faire face aux trés mobiles groupes armés terroristes. Le choix de la stratégie des fuseaux qui n’a pas fait l’unanimité des membres a eu pour conséquence les réticences à l’engagement de certains membres. En réalité, ce choix s’avérera catastrohique, d’abord parce que c’est précisement sur sa base que la communauté internationale va refuser à la force l’octroi du bénéfice de l’article VII de la Charte des Nations Unies, ensuite, une lutte efficiente contre le terrorisme au sahel nécessite la mise en oeuvre de formations panachées agissant dans un cadre transnational ou du moins la planification d’opérations conjointes. Par ailleurs, l’absence de concepts opérationnels a influencé négativement le déroulement des opérations menées par la FC-G5S. Cette absence de vision s’explique largement par le fait que dans sa conception initiale, les opérations de la force n’avaient pas un caractère offensif. Cette carence de vision a été aggravée par un bilan mitigé qui a fini par entacher la crédibilité de la force.

Un facteur important qui n’a pas manqué d’affecter la volonté des pays du G5 et qui a constitué un point de discorde avec les partenaires est le refus de l’octroi à la force FC-G5S du parapluie de l’article VII, ce qui n’a pas manqué de tempérer l’engouement des pays du G5 pour l’engagement de leurs forces. A Bruxelles, le président mauritanien a été on ne peut plus explicite sur ce point: La viabilité de la FC-G5S est tributaire, avant tout, d’un mandat clair et précis en vertu du chapitre VII de la Charte des Nations Unies, en complément des résolutions précédentes pour donner à l’action de la force conjointe toute la légitimité et la visibilité requises. Du côte des Nations c’est le niet catégorique à la requête, malgré le soutien de la France et du Secrétaire Général des Nations Unies en faveur des pays du G5.

Pendant que Les deux camps restent barricadés dans leurs positions respectives, la situation sécuritaire au sahel continue d’empirer jusqu’a devenir alarmante. Avec la moitié de la Boucle du Mouhoun et les deux tiers du Centre-Nord échappant a son contrôle, l’armée Burkinabé sous-équipée et démoralisée par les attaques quasi quotidiennes des groupes armés terroristes, est au bord de l’effondrement. Au Mali, l’armée ne tient que grâce au dopping et à l’assistance de la Force Barkhane. Plus de quatre cents incidents violents depuis 2016, plus de 600 morts, la haine et la peur un peu partout font dire au Secretaire Général de l’ONU sa terrible phrase: « Nous ne sommes pas en train de gagner la guerre au Sahel ». Les terroristes galvanisés par le déferlement vers eux des groupes de jeunes, sont aux portes des pays de l’Afrique de l’Ouest, jusqu’ici épargnés (Togo, Bénin, Côte d’Ivoire, Ghana). Dans cette confusion indescriptible, le CDS, réuni à Nouakchott, peine à rendre sa voix audible, et son président, le général Moise Minoungou ne cache plus son inquiétude quant à la situation sécuritaire au sahel et son scepticisme concernant la capacité de la FC-G5S à renverser la vapeur. Il est maintenant plus qu’évident pour les parrains des pays du G5, que la FC-G5S, qui jusqu’a la n’a pu montrer sa capacité operationnelle, n’est plus à même de contenir la menace, si jamais elle l’a été un jour. D’ailleurs, le 24/8/2019, au sommet du G7, Biarritz lorsque Merkel note la détérioration progressive de la situation au Sahel et que Macron appelle à « changer de méthode et d’échelle” en « élargissant » la Force G5 à d’autres pays, le glas de la FC-G5S semble avoir sonné.

Profitant de cette situation déletère, les pays de l’UEMAO saisissent l’occasion pour se mettre en orbite. La voix en sourdine du Sénégal depuis “la quatrième édition du Forum de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique” pour être associé aux pays du G5, reçoit en echo celles des pays de l’ UEMAO, réunis à Ouagadougou avec le Tchad et la Mauritanie. Avec leurs économies plus riches, les pays côtiers sont maintenant en mesure de mieux attirer les bailleurs internationaux » pour la sécurité comme pour le développement, déclare M. Savadogo, un expert de la sécurite au sahel. La réunion des chefs militaires des pays de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), prevue en novembre, pour le déploiement dès la fin du mois de Novembre de bataillons au Mali, au Burkina faso et au Niger pour lutter contre les groupes jihadistes, signera vraisemblablement le certificat de décès de la FC-G5S ou au mieux la verra se faire phagociter par les forces de l’UEMOA. Une décision accueillie favorablement par le Mali, le Burkina et le Niger qui permettra d’occuper l’espace, réduire l’espace des terroristes et faire souffler les armées des pays des fuseaux centres.

Avec une crédibilité fortement ébranlée et l’apparition de nouveaux protagonistes au Sahel, la FC-G5S ne semble plus avoir le vent en poupe. La lutte contre le terrorisme au sahel est une entreprise globale qui ne manquera pas d’engager tous les acteurs sous-regionaux et regionaux. Compte tenu des impératifs du moment, et au risque de se voir marginalisée, il s’avère indispensable pour la FC-G5S de se focaliser sur l’opérationnalisation de ses forces dans un cadre transnational pour garder sa centralité dans la lutte contre le terrorisme au Sahel, en optimisant la concentration de ses efforts en vue de réunir les conditions favorables à une reconnaissance internationale qui tarde à venir, sans laquelle la Force G5 ne peut ni faire légalement usage de la force, ni prétendre à un financement du départment des Opérations du Maintien de la Paix, et ce faisant, éviter de devenir un pendant des forces de l’UEMOA.

Colonel (R) Mohamed Lemine Taleb Jeddou

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire