je suis Moriba l’invincible….Dine Moriba Wosagonjetseka

Image result for guerrier  africain l'invincibleLes yeux hagards rougis par les efforts surhumains fournis, l’homme courait comme un forcéné en se retournant de tous les côtés pour localiser ses poursuivants en tâchant d’atteindre Zarga, une montagne sur les hauts plateaux de l’Adrar à 40 kilomètres au sud-ouest de Chinguitti.

Les poursuivants à pieds et à dos d’ânes se rapprochaient inexorablement du fugitif en faisant écran entre lui et Zarga. En proie à une frayeur indiscible, les pupilles dilatées, la gorge nouée, il courait à perdre haleine, tous les sens en alerte, sans objectif précis.

Il voyait impuissant ses poursuivants s’interposer entre lui et la montagne, lui en interdisznt l’accès et le poussant vers le terrain plat et rocailleux. Les cris des poursuivants et les bruits des sabots des ânes sur la caillasse résonaient douloureusement dans sa tête.

Il était au bord de l’effondrement, mais il continuait à courir sans savoir ni pourquoi ni où. L’unique alternative qu’il avait était de continuer à courir, de creuser la distance entre lui et ses poursuivants, d’aller le plus loin possible.

Le jour tirait à sa fin et la pénombre crépuscuaire s’abattait sur le plateau. il sentait ses jambes se ramollir et prêtes à flancher. Il était au bord de l’étouffement et de l’effondrement. Il happait l’air à grandes bouffées. Il n’en pouvait plus, ses jambes flageolaient et n’arrivaient plus à le porter.

Il ne bougeait que par la force de sa volonté. Il tomba à plusieurs reprises pour se relever et continuer sa course. A la fin, il arrivait à peine à ramper. Ses poursuivants le suivaient à distance, attendant qu’il épuise totalement toutes ses ressources. Enfin n’en pouvant plus, il s’adossa à un arbre pour faire face à ses poursuivants.

Les hommes s’approchèrent de lui en demi-cercle. Ils s’accroupirent et l’observèrent d’un air curieux. Sous la lumière diaphane de la lune, la scène avait quelque chose d’irréel et d’effrayant. L’un des hommes s’approcha de Moriba, qui tenta de se relever, mais ses jambes refusèrent de lui obeir.
- Dine Moriba Wosagonjetseka, ( je suis Moriba l’invincible) repétait Moriba en en se tapant énergiquement la poitrine avec le poing.
A peine la vingtaine, élancé, la musculature impressionnante, la démarche féline, Moriba avait un visage carré émacié aux machoires puissantes, trahissant une éducation austère. D’une couleur noire ébène, il avait des cheveux crépus bien fournis, deux grands yeux noirs vifs surplombés par deux sourcils droits qui reflètent une volonté inflexible.

Un front large, un nez camus légèrement retroussé, une grande bouche aux lèvres charnues avec deux puissantes rangées de dents blanches et un menton volontaire attestent d’une forte personnalité, Deux larges épaules, deux mains massives, deux fortes cuisses et des jambes athlétiques revèlent un guerrier d’élite.

Dans les forêts de l’Afrique équatoriale où il est né et a grandi, Moriba était connu pour son intelligence, sa franchise, son honnêteté et sa loyauté. Peu de gens savaient que derrière le redoubtable masque de guerrier se cachait un homme d’une extrême sensibilité, charitable et généreux.

Moriba était la synthèse d’une harmonie du corps avec l’âme. Moriba est un guerrier Batékélé authentique. Son père était un redoubtable guerrier craint et respecté par tous. L’une de ses arrières grand-mères était une amazone parmi celles chargées de la sécurité immediate de Dan Fodio.

Pour être un guerrier Batékélé, il fallait passer la terrible épreuve du “gonjetsani kuzunzidwa” et celle du “njira yolimba”. Deux épreuves que peu d’initiés ont pu franchir. L’épreuve du “gonjetsani kuzunzidwa” commence par passer deux jours consecutifs sans manger ni boire.

Ensuite, le grand sorcier fait deux entailles au niveau des pectoraux, fait passer deux broches en bois sous les pectoraux, attache deux cordes aux extrémités des broches et l’initié est soulevé dans les airs et reste pendu jusqu’à perte de connaissance.

Beaucoup d’initiés n’ont pas survécu à l’épreuve. Seuls les guerriers exceptionnels la franchissent. Quant à l’épreuve du “njira yolimba”, il s’agit de marcher sur un chemin braisé sur une distance de dix mètres. Moriba avait passé avec succès la cérémonie d’initiation du guerrier.

Mohamed Lemine Taleb Jeddou
ZRAM ou la Saga des Mreiba

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire