‘’Quelques esprits visionnaires avaient vu, avant les autres, la nécessité d’une communauté dont feu Mokhtar Ould Daddah qui est sans doute l’un des précurseurs’’

Invitée d’honneur de la 36éme Assemblée Générale du Conseil des Bureaux de la Carte Brune de la CEDEAO à l’Hôtel Pullman de Dakar du 08 au 11 octobre 2019, la Mauritanie était représentée par le secrétaire Général de l’Association Professionnelle des Assureurs de Mauritanie (APAM) en la personne de M. Mohamed Abdallahi El Hebly. Dans son discours, très applaudi, lors de la cérémonie de clôture, il a rendu un vibrant hommage au père de la Nation, Feu Mokhtar Ould Daddah, l’un des fondateurs de la CEDEAO. Voici son discours dans son intégralité : ‘’Monsieur l’Ambassadeur Représentant Résident de la CEDEAO Monsieur Le Président du Conseil des Bureaux Monsieur Le Directeur du Contrôle des Assurances Messieurs Les Présidents et Directeurs Généraux Chers Assureurs Mesdames et Messieurs, Une des particularités du mouvement actuel de la mondialisation de l’économie est la polarisation qui se manifeste dans la constitution et l’élargissement de puissants sous-ensembles dits pôles économiques. La constitution d’un espace économique et juridique intégré tels que la CEDEAO, illustre bien la prise de conscience des enjeux du positionnement de l’Afrique sur le marché africain et mondial. La construction de la CEDEAO est née d’un désir d’intégration après la décolonisation. Quelques esprits visionnaires avaient vu, avant les autres, la nécessité d’une communauté. Parmi ceux-là, feu Mokhtar Ould Daddah est sans doute l’un des précurseurs. Je vous rappelle juste pour l’histoire que sous le règne du Père de la Nation Mauritanienne, la Mauritanie avait rompu ses relations diplomatiques en 1964 avec la Grande Bretagne pour protester contre son soutien au régime raciste d’apartheid en Rhodésie actuelle Zimbabwe, et en 1967 avec les Etats Unis d’Amérique pour leur soutien à l’Israël. Le premier Chef d’Etat dans l’histoire à avoir réussi à réunir le Conseil de Sécurité en dehors de New York et des Etats Unis (Addis Abeba 1972). Mais aussi le premier Chef d’Etat au monde à avoir refusé une invitation d’un Président américain (Nixon) en guise de solidarité avec Feu Julius Nyerere Président de la Tanzanie qui s’était vu une année avant, refusé une audience alors qu’il était Président en Exercice de l’OUA. C’est aussi lui qui a fait entrer la Chine en Afrique et dans le monde arabe. Sans oublier que Feu Amilcal Cabral avait un passeport diplomatique mauritanien et son mouvement avait des heures d’antenne sur la radio mauritanienne. Donc nous n’avons jamais été hors de cette noble famille mais bien des acteurs très actifs de cet événement. C’est pourquoi nous ne pouvons que se réjouir des démarches de rapprochement entreprises ses dernières années par notre pays. Le système de la Carte Brune d’Assurance signé par les Chefs d’État et de Gouvernement de la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), le 29 Mai 1982 à Cotonou, République Populaire du Bénin est un exemple d’intégration qui peut servir comme source d’inspiration. Chers Assureurs, vous venez ajouter aux principes qui dirigent aujourd’hui les hommes d’état, les gouvernants, les législateurs, un principe supérieur en leur accordant la garantie nécessaire mais aussi le droit pour nous Chers Collègues, de proclamer dans cette ville de la Teranga la fraternité des peuples. Les politiques des Etats ne peuvent pas être distinctes de la volonté des peuples. Or, la volonté de ceux-ci, ce n’est pas de se séparer mais de se rapprocher. Bien qu’il y ait lieu de prévoir encore la poursuite de politiques divergentes sur certains sujets en raison d’attitudes ou de visions différentes, seulement il doit être visible pour tous que ces liens sont d’une autre nature que ceux qui s’établissent entre les membres d’une même communauté. La recherche constante de positions communes expliquée chaque fois comme la conséquence naturelle de l’appartenance à un ensemble, la distinction toujours soulignée entre la nature des relations à l’intérieur de cette famille et celle qui régissent nos autres rapports, doivent renforcer notre sentiment d’appartenir à un ensemble nettement différencié des autres. Messieurs, beaucoup d’entre vous viennent de plusieurs pays, le cœur plein de bonne foi; vous comptez dans vos rangs des hommes considérables, de ces hommes publics et populaires qui sont les lumières de leur nation. En faisant de la Mauritanie l’invitée d’honneur de cette 36éme Assemblée Générale, vous me faites le privilège de compter parmi ses hommes convaincus, qui ne veulent pas seulement le bien d’un peuple, mais qui veulent le bien de tous les peuples. En présence d’une telle pensée et d’un tel acte, il ne peut y avoir place pour un remerciement personnel. Permettez-moi donc, dans les premières paroles que je prononce devant vous, d’élever mes regards plus haut que moi-même, et d’oublier, en quelque sorte, le grand honneur que vous venez de me conférer, pour ne songer qu’à cette grande intégration que vous continuez de renforcer chaque jour. Aujourd’hui les seuls champs de bataille qui s’imposent sont les marchés s’ouvrant au commerce et les esprits s’ouvrant aux idées. Et comme nous sommes les seuls maîtres des finances par notre pouvoir d’accorder à tous les secteurs de développement les assurances qu’il faut, il nous appartient de continuer à adopter une haute vison et une clairvoyance. La foi et l’enthousiasme des peuples, croyez-moi, feront le reste. Ah oui j’avais certes dis qu’il ne peut y avoir de remercîment personnel, seulement se serait trop fort pour moi de ne vous révéler toute ma joie et mon bonheur à chaque fois que j’ai l’occasion de voir des pères qui me sont si chers : les Présidents Adama Ndiaye et Mouhamedou Noba sans oublier mon frère aîné Le Directeur Mokhtar Faye. Président Noba, merci infiniment pour la chaleur de l’accueil et l’hospitalité très généreuse. Toutes mes félicitations pour la réussite de cette Assemblée Générale et je vous souhaite pleins succès pour la continuité. Je vous remercie.

Le calame

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire