Souvenirs/Souvenirs : ECOLES D ANTAN…

L’image contient peut-être : une personne ou plus et texteNaguère, c’est-à-dire, fin des années soixante, début des années soixante-dix (72/73), les premiers jours de classe étaient consacrés aux inscriptions et nettoyage de la cour et des salles. C’était le temps ou l’école disposait de tout. Aucun parent n’avait à se soucier de fournitures scolaires : le magasin du moindre établissement regorgeait de livres, cahiers, stylos, ardoises, craies de toutes les couleurs, tables, chaises, porte-plumes, buvards, encriers, crayons, gommes, règles…Le directeur était une personnalité très imposante. Les instituteurs droits dans leurs bottes, fiers de leur beau métier et beaux à voir, dans leur impeccable tenue. De vrais modèles auxquels tous les petits enfants rêvaient de ressembler un jour. L’image contient peut-être : 1 personne, texteLes tableaux étaient très noirs. La craie très blanche. Les tables bien rangées. Les classes très propres. Les cours de récréation très animées. Les rangs matinaux devant les classes. Les cahiers de roulement, devoirs et exercices bien rangés en de jolies armoires. La cravache, le symbole, le chiffon, les règles, les bâtonnets pour compter dans les petites classes, l’estrade majestueuse où se tenait le maître. Les paroles et gestes rituels que tous les élèves connaissaient par cœur : Debout/Assis, Bonjour Monsieur/Pardon Madame ; la levée spontanée et en un seul bloc de tous les élèves quand l’instituteur, le directeur ou tout autre visiteur entrait en classe. L’ânonnement des tables de multiplication, la récitation par cœur des leçons, le « par quatre », les coups sur la table organisant l’usage des ardoises, dans les opérations de calcul, la conjugaison des verbes, la déclamation impeccable des poésies, au CM1 et CM2, comme « La mort du loup » d’Alfred De Vigny,« Le loup et l’agneau », « Le laboureur et ses enfants » de La Fontaine ou « Afrique, mon Afrique » de David Diop…Ou encore quand, à quelques minutes de la fin des cours journaliers, les enfants chantaient joyeusement en chœur, devant un maître satisfait du devoir accompli ; les belles lectures, à haute voix, de quelque texte de nos plaisants manuels : « Mon Afrique », « Ton livre, mon enfant », « Amis, lisons ensemble », avec les si belles illustrations de Marie-Françoise de La Rosière. Les rédactions appliquées, l’exploit du« zéro faute » dans une dictée de contrôle tirée d’un classique de la littérature française, la résolution d’un casse-tête de Jean Auriol, genre : un « Dioula achète deux sacs de riz de même poids et de même valeur… » ou « un locataire ne peut payer que les 7/8 de son loyer… » ; et autre fin problème du « Calcul Quotidien ». Vous avez dit ministère de l’Enseignement fondamental et de la réforme de l’éducation ? Salut.
Seniba El Kory
Source : Le Calame
Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire